Destination patrimoniale : Vieux-Lachine

La destination patrimoniale du Vieux-Lachine, dans le sud-ouest de lle de Montral, correspond l'ancien noyau villageois dvelopp autour du canal de Lachine, de son embouchure jusqu' la 34e Avenue, auquel on adjoint le Parc rgional des Rapides. Les rapides de Lachine obstacle la navigation ont favoris limplantation de Ville-Marie, et louverture du canal pour les contourner a propuls le dveloppement de la mtropole. Lachine a dabord t un point de transit majeur du transport vers et depuis la rgion des Grands Lacs. Puis, aprs la construction du canal, Montral sest dveloppe comme mtropole conomique du Canada. Ce territoire abrite une srie dlments qui voquent les diffrentes priodes doccupation, dont des traces des premires implantations franaises, des btiments de commerce des fourrures et des infrastructures lies aux rapides, telles que le canal de Lachine et des vestiges dune centrale hydrolectrique.

Au carrefour du commerce des fourrures

Ds lexploration du territoire par les Europens, le sault Saint-Louis, ou rapides de Lachine, pose un obstacle la navigation et arrte les premiers voyageurs dans leur expdition vers lintrieur du continent. Il devient ainsi un lieu de portage oblig pour qui fait le commerce des fourrures entre Montral et la rgion des Grands Lacs.

Reprsentation du village palissad de Lachine en 168, 1898-1912 Agrandir Reprsentation du village palissad de Lachine en 1689, 1898-1912
Source : Walter Baker, Muse McCord, Montral, M967.50.8

Les sulpiciens, propritaires de lle de Montral depuis 1663, concdent des terres et des fiefs des nobles ou des militaires dans une stratgie de dfense du territoire. Ren-Robert Cavelier de La Salle reoit en 1667 un fief et une terre en censive, quil baptise cte Saint-Sulpice, et la mme anne, les premiers colons sinstallent sur des terres dfricher. Ds lanne suivante, en prvision dune expdition dans louest pour trouver un chemin vers la Chine, LaSalle se dpossde de ses proprits. Il rtrocde son fief aux sulpiciens et vend son domaine Jean Milot ainsi que sa terre en censive aux marchands Charles Le Moyne et Jacques Le Ber. Ceux-ci construisent ensemble le premier poste de traite de fourrure de Lachine entre 1669 et 1671 et contrlent dsormais les routes d'accs principales du lac Saint-Louis. Autour de 1670, une palissade de pieux est monte sur le domaine de Jean Milot, sur le territoire actuel de LaSalle, afin de protger les colons en cas dattaque iroquoise; on nomme cette construction fort Rmy ou poste de Lachine par drision pour lexpdition rate de LaSalle. Les registres de la paroisse des Saints-Anges-de-Lachine sont ouverts ds 1676 avec lrection dune chapelle en bois dans lenceinte du fort. On btit galement un moulin vent, un manoir, une forge, une boulangerie, un presbytre et quelques habitations. Cet ensemble constitue le tout premier noyau villageois du secteur. Les sulpiciens font construire cette poque des moulins eau sur les rapides. Ils resteront en activit jusqu la seconde moiti du XIXe sicle.

Durant lt 1689, en raison principalement de la concurrence lie au commerce des fourrures et en reprsailles des incursions franaises sur leur territoire, des groupes iroquois attaquent la petite colonie Lachine et font de nombreux morts et prisonniers. Cet vnement freine la colonisation des terres de tout le secteur ainsi que le commerce des fourrures jusqu la fin des guerres franco-iroquoises, officialise par la signature de la Grande Paix en 1701. Avec la reprise de la colonisation du territoire, lglise des Saints-Anges-de-Lachine est reconstruite en pierre en 1703. Ses vestiges sont mis en valeur dans le parc Saints-Anges.

Perles, XVII<sup>e</sup> sicle Agrandir Perles, XVIIe sicle
Source : Ville de Montral

Jusquau dbut du XIXe sicle, bien que le paysage soit essentiellement agricole, le commerce des fourrures constitue lactivit principale du secteur, lagriculture jouant un rle secondaire de subsistance. La traite des fourrures y est si importante quen 1815, Lachine est dcrite comme le village le plus important de toute lle, en tant que centre du commerce entre le Haut-Canada et le Bas-Canada. Plusieurs btiments tmoignent encore de lenvergure de cette activit, dont lauberge Heney, situe sur le chemin principal, qui servait de halte aux marchands et aux voyageurs entre Montral et Ottawa. Le poste de traite de Le Ber et Le Moyne, construit au XVIIe sicle, est la composante principale du Muse de Lachine et comprend un site archologique. Sur lactuel boulevard Saint-Joseph, lentrept de fourrures de la Compagnie de la Baie dHudson, construit au dbut du XIXe sicle, est aujourdhui un site d'interprtation de Parcs Canada. Le moulin vent construit par William Fleming, construit la mme poque, est toujours debout et rappelle galement les activits agricoles de ce secteur.

Le canal de Lachine et lessor de Montral comme mtropole

Entre du canal de Lachine, 1826 Agrandir Entre du canal de Lachine, 1826
Source : Anonyme, Muse McCord, Montral, MP-1976-288-2

Imagin ds 1670 par les sulpiciens, le creusage dun canal pour contourner les rapides est ralis durant la premire moiti du XIXesicle. Grce au canal, inaugur en 1825, les bateaux vitent les rapides et le portage. Sa construction facilite le transport des marchandises depuis la rgion des Grands Lacs et permet ainsi Montral de prendre la premire place sur le plan conomique; la ville simpose comme porte dentre du continent nord-amricain pour le transport commercial.

Conu au dpart pour le passage des voiliers, le canal savre rapidement trop troit pour les navires vapeur, plus grands et plus nombreux. Il fait lobjet de travaux dlargissement denvergure entre 1843 et 1848 et deux jetes sont mises en place. Le canal stimule galement limplantation de nombreuses industries sur ses abords, lesquelles profitent de lnergie hydraulique, dont la Dominion Bridge, une usine spcialise dans les armatures en acier servant notamment la construction de ponts. Limportance et la concentration des usines en bordure du canal sont telles quil devient un moteur du dveloppement conomique du Canada au cours du XIXe sicle.

La naissance de quartiers ouvriers

Le paysage du secteur est profondment modifi lembouchure du canal, et les industries attirent les ouvriers en grand nombre. La population, jusqualors canadienne-franaise, se diversifie avec larrive massive dimmigrants irlandais et dautres origines venus travailler lamnagement du canal. Deux glises anglo-protestantes sont riges dans les annes 1830 : lglise anglicane St. Stephens et lglise presbytrienne St. Andrews. Les terres agricoles environnantes sont subdivises pour permettre la construction de maisons et un nouveau noyau villageois se dveloppe prs de lentre du canal, entranant le dplacement du noyau paroissial des Saints-Anges-de-Lachine vers louest, son emplacement actuel. Lglise qui se trouvait sur le territoire actuel de LaSalle est rebtie en 1863 sur la rue Saint-Joseph, Lachine. Elle constitue, avec les deux glises protestantes et le couvent des surs de Sainte-Anne, un important noyau institutionnel. Un nouveau ple urbain et conomique voit galement le jour le long du chemin Saint-Joseph, avec la prsence dhteliers, daubergistes, dartisans et de commerants.

Employs de la brasserie Dawes, dbut du XX<sup>e</sup> sicle Agrandir Employs de la brasserie Dawes, dbut du XXe sicle
Source : Archives du Muse de Lachine, V2d-5_3,8

Paralllement, un quartier ouvrier merge plus louest, o Thomas Andrew Dawes installe sa brasserie en 1826. Il choisit un site en bordure du fleuve, lembouchure du canal, o il pourra facilement sapprovisionner en eau. La brasserie roriente le dveloppement du territoire, les terres agricoles voisines servant ds lors la culture de lorge et du houblon, et un quartier ouvrier se forme proximit. De plus, avec la construction du chemin de fer entre Montral et Lachine, en 1847, ce secteur sindustrialise rapidement et la municipalit de village de Lachine est cre en 1848.

Un peu plus tard, la construction de la gare des Highlands de mme que ltablissement dune importante industrie pharmaceutique (la Burroughs Wellcome) prs du moulin Fleming contribuent au dveloppement dun nouveau noyau rsidentiel lest du canal, qui prend le nom de Highlands.

Les diffrents usages des rapides de Lachine

Bateau dans les rapides de Lachine, s.d. Agrandir Bateau dans les rapides de Lachine, s.d.
Source : Collection personnelle Julie St-Onge

Alors que les rapides constituent un passage prilleux pour les cageux qui y font flotter dimmenses trains de bois en direction de Qubec, ils deviennent durant la seconde moiti du XIXe sicle une attraction touristique pour des centaines damateurs de sensations fortes. Les amliorations technologiques de la navigation et lapparition des bateaux vapeur permettent en effet aux touristes et aux voyageurs de sauter les rapides en toute scurit. Des excursions sont organises en train depuis Montral. La descente des rapides atteint une telle popularit la fin du XIXe sicle quelle est une activit touristique majeure, attirant prs de 20 000 passagers par anne.

la mme poque, les rapides deviennent aussi une source dnergie hydraulique avec la construction en 1897 du barrage et de la centrale hydrolectrique de la Lachine Rapids Hydraulic and Land Company (acquise en 1903 par la Montreal Light Heat and Power Co.). Au moment de sa mise en service, la centrale est la plus puissante des installations hydrolectriques au Qubec. La main-duvre ncessaire pour lrection du barrage amne la cration dun quartier ouvrier, surnomm Bronx. Ce quartier ne connat ses dbuts quun dveloppement lent. Cest seulement avec larrive du tramway, dans les annes 1920, quun nombre plus imposant de personnes sy installent. Exploite jusquen 1931, la centrale, considre comme vtuste, est dmolie en 1948. La digue subit de gros travaux de remblayage pour tre intgre lamnagement du parc des Rapides.

Nouvelle vocation

Louverture de la Voie maritime du Saint-Laurent en 1959 entrane labandon progressif du canal de Lachine, puis sa fermeture en 1970, ainsi que la fermeture graduelle des usines le long de ses berges. Montral perd alors son rle de point de rupture de charge , devenant une zone de passage qui ne ncessite plus darrt. De 1990 2002, des travaux dampleur sont entrepris pour rorienter lusage du canal. Ses remblais son dgags et ses cluses, remises en tat. Une grande partie du premier canal est restaure, tandis que la pninsule forme par un remblai pour servir dentre au canal est dveloppe en parc urbain. Nomm Ren-Lvesque, il accueille une partie importante de la collection du Muse plein air de Lachine, qui regroupe cinquante sculptures contemporaines. Le second canal est rouvert en 2002 des fins rcratives.

retour

Pour en savoir plus

Ouvrages gnraux et monographies

COUTURE, Claude, Denis GRAVEL et Jean-Marc GRENIER. Histoire de Ville de LaSalle. Montral, Mridien, 1988, 229 p.

DAGENAIS, Michle. Montral et leau : une histoire environnementale. Montral, Boral, 2011, 306 p.

DESLOGES, Yvon et Alain GELLY. Le canal de Lachine. Du tumulte des flots lessor industriel et urbain, 1860-1950. Sillery, Septentrion, 2001, 204 p.

GRAVEL, Denis. Histoire du Village des Rapides. Un quartier de LaSalle. Montral, Mridien, 1992, 245 p.

LINTEAU, Paul-Andr. Histoire de Montral depuis la Confdration. Montral, Boral, 1992, 627 p.

ROBERT, Jean-Claude. Atlas historique de Montral. Montral, Art Global/Libre Expression, 1994, 167 p.

Documents lectroniques et sites Web

HRITAGE MONTRAL. Montral en quartiers : Vieux-Lachine [En ligne].

GRAVEL, Denis. Moulin Fleming . Encyclopdie du patrimoine culturel de lAmrique franaise [En ligne].

MINISTRE DE LA CULTURE ET DES COMMUNICATIONS. Rpertoire du patrimoine culturel du Qubec [En ligne].

PARCS CANADA. Lieu historique national du Canada du Canal-de-Lachine [En ligne].

RSEAU DE DIFFUSION DES ARCHIVES DU QUBEC. Fonds Montreal, Light, Heat and Power Consolidated [En ligne].

VILLE DE MONTRAL, SERVICE DE LA MISE EN VALEUR DU TERRITOIRE ET DU PATRIMOINE. Grand rpertoire du patrimoine bti de Montral [En ligne].

VILLE DE MONTRAL, SERVICE DE LA MISE EN VALEUR DU TERRITOIRE ET DU PATRIMOINE. Inventaire des proprits municipales dintrt patrimonial [En ligne].

VILLE DE MONTRAL, SERVICE DE LA MISE EN VALEUR DU TERRITOIRE ET DU PATRIMOINE. valuation du patrimoine urbain. Arrondissement de Lachine. Montral, Ville de Montral, 2005, 65 p. [En ligne].

VILLE DE MONTRAL, SERVICE DE LA MISE EN VALEUR DU TERRITOIRE ET DU PATRIMOINE. valuation du patrimoine urbain. Arrondissement de LaSalle. Montral, Ville de Montral, 2005, 57 p. [En ligne].