Activités spéciales


L’espace d'exposition Expo Extra! accueille à compter du mois d'octobre 2017 des activités, des conférences, et des échanges autour d’Expo 67.

Programmation automne 2017

D’autres conférences seront annoncées en 2018


L’homme et son estomac : l’expérience gastronomique à l’Expo

Conférence de Roger La Roche

Samedi 21 octobre 2017 à 13 h 30

Durée : 1 h 30
Lieu : au Centre d'histoire de Montréal

Tarifs réguliers du musée
* Inclus l’accès à toutes les expositions avant ou après la conférence

Réservation au 514 872-3207

Il est très difficile aujourd’hui de comprendre le choc alimentaire que l’Expo provoque chez les Montréalais. La ville est devenue au fil des ans une capitale gastronomique reconnue à travers le monde. En 2017, visiter Montréal, c’est avant tout une aventure culinaire et culturelle. Mais, en 1967, le pain pita ou les falafels, les sushis et la viande de bison ou encore la fondue suisse ou au chocolat ne font pas partie du paysage gourmand des Montréalais. Il faut une modification législative pour que l’on puisse servir de la viande cheval à l’Expo (qui était interdite de consommation au Québec) ou encore une autorisation spéciale du gouvernement fédéral pour approvisionner les restaurants en viande de bison. La Toundra, au pavillon canadien, propose des plats de viande de baleine (du béluga) de la baie d’Hudson. L'importation des fromages de lait cru ou encore de plusieurs types de charcuteries est interdit au Canada, sauf durant l’Expo.

L’autre découverte est celle des single malt, ces whiskies écossais tellement prisés aujourd’hui, mais totalement inconnus en 1967, car on ne les importait pas au Québec. C’est au Bulldog Pub de La Ronde que l'on goûte les premiers single malt… et les bières britanniques, elles aussi pratiquement inconnues des Montréalais.

L’expérience gastronomique du visiteur à l’Expo 67 va complètement bousculer ses habitudes… Car la clientèle des restaurants dits ethniques de l’Expo est avant tout Québécoise (tout autant anglophone que francophone). Le citoyen local part à la découverte gastronomique lorsqu’il visite l’Expo… et il sera souvent surpris par l’offre!

Cette conférence vous fera non seulement revivre l’expérience foodies de l’Expo 67, mais traitera aussi de la place de la gastronomie au fil des expositions universelles de 1867 à aujourd’hui.

 

Roger La Roche

Œuvrant depuis plus de 25 ans dans le domaine de la protection de l’environnement et du développement durable, Roger La Roche a été enseignant au Collège de Rosemont ainsi que chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. De plus, il a agi comme chef de mission et enseignant dans de multiples pays, dont le Vietnam, la Bolivie et le Bénin. Il se consacre depuis une dizaine d’années à la recherche historique sur les expositions universelles, en particulier celle de Montréal en 1967. Il a entre autres publié une cinquantaine de fiches historiques sur les pavillons de l’Expo 67 ainsi que sur un certain nombre de sujets connexes. Passionné de l’Expo, il a eu le privilège d’y travailler de 1967 à 1973 (Expo 67 et Terre des Hommes).


Que reste-t-il d’Expo 67?
Les vestiges dune époque charnière

Conférence de Julie Bélanger

Samedi 4 novembre 2017 à 13 h 30

Durée : 1 h 30
Lieu : au Centre d'histoire de Montréal

Tarifs réguliers du musée
* Inclus l’accès à toutes les expositions avant ou après la conférence

Réservation au 514 872-3207

Cinquante ans après la tenue de l’Exposition universelle de Montréal, un événement temporaire destiné à ne durer que 6 mois, que reste-t-il de l’héritage matériel d’Expo 67?

Est-ce que tout a réellement été démoli comme plusieurs le prétendent?

Julie Bélanger, passionnée par l’héritage d’Expo 67, vous invite à découvrir les vestiges d’une période charnière pour le développement du Québec moderne. Au-delà des quelques pavillons connus, comme ceux des États-Unis et de la France, les vestiges d’Expo 67 sont toujours nombreux et activement utilisés, et ce, bien au-delà des frontières de l’île de Montréal.

Venez découvrir l’évolution du site au fil des ans et découvrir où sont rendus, aujourd’hui, ce qui a marqué la planète il y a 50 ans.

 

Julie Bélanger

Passionnée d’Expo 67 depuis aussi loin qu’elle ne s’en souvienne, Julie est une des plus grandes spécialistes de tout ce qui touche à Expo 67 et à son héritage. Il y a 12 ans déjà, elle s’est donnée pour mission de sensibiliser un maximum de gens à l’héritage d’Expo 67 et à l’évolution du site qui a accueilli l’événement.

Pour y arriver, elle a créé un circuit de visites commentées de l’héritage d’Expo 67 qu’elle offre gratuitement d’avril à octobre toutes les années depuis 2007. Elle est aussi la créatrice du plus important regroupement de passionnés, chercheurs, architectes, historiens, muséologues et autres fans d’Expo 67.

Au fil des ans, son groupe est devenu la référence par excellence pour toute information au sujet de l’exposition universelle de Montréal. Julie a littéralement Expo 67 dans la peau, puisqu’on peut facilement la reconnaître à son tatouage du logo d’Expo 67 qu’elle porte fièrement sur son bras. Avide collectionneuse, son mur de salon accueille rien de moins que le devant d’un Expo Express. C’est à Julie que l’on doit la concrétisation des visites publiques à Habitat 67 en 2017, un rêve qu’elle caressait depuis plusieurs années déjà.


Terre des femmes. Terre de jeunes.
La présence de la jeunesse et des femmes à l’Expo 67

Conférence de Roger La Roche

Samedi 18 novembre 2017 à 13 h 30

Durée : 1 h 30
Lieu : au Centre d'histoire de Montréal

Tarifs réguliers du musée
* Inclus l’accès à toutes les expositions avant ou après la conférence

Réservation au 514 872-3207

L’exposition de 1967 était-elle un monde d’homme? A regarder les films et les photos de l’époque, il est effectivement difficile d’y retrouver une présence féminine, hors les hôtesses évidemment. Mais en réalité, les femmes ont joué un rôle important dans la préparation de l’évènement, mais surtout durant les six mois de l’exposition.

Grâce à une commandite importante des représentants de l’industrie du gaz naturel, les regroupements féminins ont pu bénéficier d’un lieu pour elles : le pavillon de l’Hospitalité – interdit aux hommes.

Ce pavillon, entièrement administré par des femmes, propose aux femmes une série de conférences tout autant politiques que sociales ou scientifiques. Animées par des conférencières de réputation internationale, ces grandes causeries influencent profondément les futurs leaders des mouvements féminins du Québec. Mais on y présente aussi des défilés de mode, des ateliers sur le maquillage ou des causeries sur l’enfance. Un mouvement vers l'émancipation se fait sentir dans ce pavillon, mais la vision traditionnelle du rôle des femmes dans la société y est aussi présente.

Parallèlement, les jeunes eux se retrouvent dans leur pavillon, situé à La Ronde pour y discuter de politique, de culture et contreculture, d’art, de sport, de consommation de drogue et de musique. Jamais le Québec n’a connu une telle pépinière pour des jeunes artistes, de futurs professionnels de tous les secteurs des arts, de la littérature, et de la politique. Véritable ruche culturelle de l’Expo 67, le pavillon de la Jeunesse est le rendez-vous de la nouvelle génération qui cherche désespérément un nouveau sens au monde de 1967, un nouvel espoir pour les générations futures. Pourtant, ce lieu presque sacré pour les adolescents et les jeunes adultes de la période a bien failli ne jamais voir le jour.

Cette conférence démystifie le rôle réel des femmes et des jeunes tout autant dans l’élaboration de l’Exposition que dans son animation et analyse les impacts à court et à moyen terme de l’Expo 67 sur elles et eux.

 

Roger La Roche

Œuvrant depuis plus de 25 ans dans le domaine de la protection de l’environnement et du développement durable, Roger La Roche a été enseignant au Collège de Rosemont ainsi que chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. De plus, il a agi comme chef de mission et enseignant dans de multiples pays, dont le Vietnam, la Bolivie et le Bénin. Il se consacre depuis une dizaine d’années à la recherche historique sur les expositions universelles, en particulier celle de Montréal en 1967. Il a entre autres publié une cinquantaine de fiches historiques sur les pavillons de l’Expo 67 ainsi que sur un certain nombre de sujets connexes. Passionné de l’Expo, il a eu le privilège d’y travailler de 1967 à 1973 (Expo 67 et Terre des Hommes).


Bang! Expo 67 : l'explosion musicale!

Conférence de Louis Rastelli de ARCMTL

Samedi 9 décembre 2017 à 13 h 30

Durée : 1 h 30
Lieu : au Centre d'histoire de Montréal

Tarifs réguliers du musée
* Inclus l’accès à toutes les expositions avant ou après la conférence

Réservation au 514 872-3207

Pendant six mois en 1967, Expo 67 a accueilli des centaines de musiciens, groupes, chanteurs et orchestres, des plus grandes stars internationales jusqu’aux groupes pop et rock émergents montréalais. Louis Rastelli, directeur de l’organisme de promotion et de préservation artistique ARCMTL, mettra en lumière l’explosion massive de musique apparue il y a 50 ans à Expo 67, soulignant quelques-uns des concerts, événements, compositeurs et musiciens les plus marquants et démontrant l’immense impact que cela a eu sur le milieu musical au Québec.

L’art, le design, les films et l’architecture d’Expo 67 se sont fait connaître par un style avant-gardiste, à l’affût des nouvelles tendances et technologies. Ce fut le cas en musique également : des compositeurs phares, des musiciens et groupes de partout dans le monde ont joué à Expo 67 et ont aussi créé des trames sonores futuristes pour des films expérimentaux, expositions et installations dans divers pavillons.

Des prestations musicales très courues avaient lieu tous les jours à Expo 67, tant sur des scènes intérieures et extérieures qu’à la Place des Arts. Presque tous les styles musicaux s’y retrouvaient, du jazz au rock, en passant par le rhythm & blues et l’opéra, à une période où la musique pop elle-même vivait de grands bouleversements. Venez tout découvrir au sujet de l’incroyable musique de l’Expo à Montréal en 67!

 

Louis Rastelli

Louis Rastelli est le cofondateur et le directeur actuel d’ARCMTL, un OBNL à Montréal qui fait à la fois la promotion et la préservation de la culture locale à travers son centre d’archives et différents projets, festivals et expositions. Il est aussi à la barre de l’émission hebdomadaire Montreal Sound Ark d’ARCMTL sur les ondes de CKUT 90.3 FM, tous les vendredis de 15 h à 17 h, diffusant seulement la crème de la musique montréalaise du passé. Il a coordonné plusieurs projets en lien avec le 50e anniversaire d’Expo 67 en 2017 et il a visité Terre des Hommes plusieurs fois dans les années 1970 lorsqu’il était enfant.

ARCMTL

ARCMTL est un organisme sans but lucratif fondé en 1998 qui a pour mandat de promouvoir et préserver la culture indépendante montréalaise. Il s’agit du seul organisme à Montréal ayant pour but de préserver le milieu underground ou indépendant— des artéfacts culturels qui sont en soi très éphémères et qui ne sont pas normalement sur le radar des archives ou bibliothèques institutionnelles. Ses collections comprennent des milliers de publications, œuvres d’art, matériel audiovisuel datant de 1950 à aujourd’hui. Le centre d’archives est ouvert pour consultation sur rendez-vous par des chercheurs, étudiants et pour ceux qui s’intéressent à l’histoire et la culture montréalaise. Archive Montréal prête du matériel à différents organismes à des fins d’expositions et autres projets comme des anthologies, compilations, documentaires requérant du matériel rare ainsi que les droits d’auteur.