Services en ligne

Sélectionnez un service à droite pour plus de détails.

 

Choisir un service

 

Tous les services en ligne

 

Afin de favoriser la biodiversité en milieu urbain, Verdun poursuit son projet de naturalisation d'espaces verts pour une troisième année

4 juillet 2018

Afin de favoriser la biodiversité sur son territoire, l'arrondissement de Verdun, en collaboration avec la Maison de l'environnement de Verdun, reconduit pour une troisième année son projet de naturalisation d'espaces verts. Débutée en 2016, à titre de projet pilote, la naturalisation consiste à laisser la nature reprendre sa place en donnant libre cours à la floraison spontanée et en réduisant la tonte de l'herbe sur des espaces verts peu fréquentés qui ne servent pas à des fins récréatives. Ces espaces favorisent les pollinisateurs, la faune et la flore indigènes en plus de mettre en valeur le patrimoine naturel de l'arrondissement, notamment ses magnifiques berges.

Un bilan positif
L'arrondissement et l'équipe de la Maison de l'environnement dressent un bilan très positif de l'évolution du projet. Une étude de l'impact écologique de cette technique de gestion des espaces verts a permis de recenser soixante-douze (72) espèces de plantes à fleurs à travers les quatorze espaces en naturalisation. Parmi ces espèces, plusieurs ont un intérêt écologique particulier, puisqu'elles sont indigènes, nectarifères et attirantes pour les papillons. Notons la présence de l'asclépiade commune, l'achillée millefeuille, l'onagre biannuelle, l'aster de la Nouvelle-Angleterre, et la rudbeckie hérissée.

En plus d'être des lieux de découverte de la nature, les espaces en naturalisation ont également une fonction importante pour les pollinisateurs et les papillons. Contrairement au gazon coupé au ras du sol, ces espaces rendent possible la floraison des plantes créant un habitat favorable aux insectes s'en nourrissant. Voilà une façon concrète de donner un coup de pouce, entre autres, aux abeilles dont le taux de mortalité a dramatiquement augmenté au Québec comme partout à travers le monde. Par les effets de la pollinisation, les abeilles sont responsables directement ou indirectement de plus de 40 % du contenu de notre assiette.

Le contrôle de l'herbe à poux
Le recensement des plantes présentes dans les espaces en naturalisation, effectué en 2017, a aussi permis de faire le suivi de l'herbe à poux, une plante dont le pollen incommode les personnes allergiques par voie aérienne. Corroborant le fait que cette plante préfère les milieux pauvres ou bouleversés, le recensement effectué indique que l'herbe à poux pousse peu dans les espaces en naturalisation où plusieurs autres espèces lui font compétition. Une équipe spéciale est chargée de faire la surveillance et l'arrachage des plants récalcitrants tout au long de l'été.

Les espaces naturalisés en 2018
Pour la troisième édition du projet « Espace naturel, lieu de découvertes », une superficie quelque peu inférieure à celle de l'année 2017 sera laissée en naturalisation. Certains espaces ne seront pas renouvelés et d'autres seront diminués, en raison de leur forte fréquentation citoyenne et de leur faible performance écologique. Environ 55 000 m2 seront naturalisés cette année. On peut consulter le tableau des espaces verts naturalisés en 2018 sur la page Naturalisation des espaces verts du site Web de l'arrondissement.

Pour permettre aux citoyens de circuler plus facilement à travers le plus vaste espace naturalisé en 2018, celui situé le long du canal de l'Aqueduc, face au secteur Crawford et à l'Institut Douglas, quatre passages ont été aménagés entre les rues Leclair et Fayolle, soit à vis-à-vis les rues Fayolle, Parkdale, Leclair et en face du 7267, boulevard Champlain.

L'équipe de la Maison de l'environnement de Verdun animera les espaces en naturalisation tout au long de la saison, par le biais d'activités de sensibilisation et d'appropriation citoyenne. De plus, quatre panneaux d'interprétation de la biodiversité urbaine seront installés sur les berges au cours de l'été.

Se protéger contre les tiques et la maladie de Lyme
Bien que depuis l'été 2017, l'Institut national de santé publique du Québec a qualifié le niveau de risque d'acquisition de la maladie de Lyme de faible pour la Ville de Montréal, il est néanmoins recommandé de suivre certaines précautions lors de sorties dans des milieux naturels afin d'éviter les piqûres de tiques. À cet effet, les citoyens peuvent consulter la page sur la maladie de Lyme sur le site de la Direction de santé publique de la Montérégie.

Pour plus de renseignements sur la naturalisation des espaces verts, les citoyens peuvent consulter la présentation à ce sujet qui a été faite le 24 mai dernier, à la mairie d'arrondissement et qui est maintenant disponible sur le site Web de Verdun. Par ailleurs, n'hésitez pas à transmettre vos commentaires et impressions sur ce projet à l'équipe de la Maison de l'environnement au 514 765-8378.