Sécurité alimentaire

Portrait montréalais de la sécurité alimentaire

Situation économique

Il n'existe pas de seuil officiel de la pauvreté au Canada, mais le seuil de faible revenu (SFR) est généralement considéré comme le seuil non officiel de la pauvreté. Le SFR prend entre autres en considération le coût de la vie et la variation de celui-ci entre les régions rurales et urbaines.

  • À Montréal, le taux de personnes sous le seuil de faible revenu (SFR) est de 29 % pour le territoire de l’île de Montréal;
  • Au Québec, le revenu médian des familles est plus élevé (59 734 $) que celui à Montréal (54 660 $);
  • Au Canada, la proportion de personnes vivant sous le SFR est beaucoup plus élevée à Montréal (29 %) qu’à Vancouver (27 %), Toronto (25 %) ou Calgary (14 %).

Insécurité alimentaire

Dans une société industrialisée comme la nôtre, la faim et l'insécurité alimentaire sont l'objet d'une stigmatisation sociale. L'incapacité de se nourrir et de nourrir ses enfants peut être extrêmement embarrassante et humiliante. La nature délicate de cette question a des implications à la fois sur la façon d'administrer des mesures directes de sécurité alimentaire dans le cadre d'enquêtes sur la population et sur l'interprétation des réponses.

  • Montréal se situe au 2e rang des villes canadiennes où l’insécurité alimentaire touche une bonne partie de la population : 16,2 % de la population montréalaise de 12 ans et plus, soit une personne sur six, vit l’insécurité alimentaire contre 17,1 % pour Calgary qui vient en tête (DSPM 2004 : 1).
  • L’insécurité alimentaire est plus répandue chez les personnes de 12 à 39 ans, tout particulièrement de 30 à 39 ans (23,1 %).

Banques alimentaires

En l'absence de données d'enquêtes directes, le nombre de Canadiens qui recourent aux banques alimentaires est considéré depuis longtemps comme le principal indice de l'insécurité alimentaire au Canada. Périodiquement, les données sont compilées à l'échelle provinciale et nationale.

En 2011, selon le Bilan-Faim de l’organisme Moisson Montréal :

Données générales
  • 148 460 personnes aidées mensuellement
  • 212 organismes desservis
Profil de la clientèle / Sources de revenu
  • 52% des personnes aidées ont comme principale source de revenu l’aide sociale
  • 13% des personnes sont en emploi
  • 10% des personnes ont un revenu de prêts et bourses
  • 7% des personnes ont un revenu d’assistance-emploi
  • 7% ont un revenu de pension
  • 11% ont d’autres sources de revenus (CSST, régime privé, sans revenu, etc.)
Situation d’habitation
  • 63,5% des bénéficiaires sont locataires
  • 26% des personnes vivent dans la rue
  • 9,5% des personnes sont hébergées dans des centres d’hébergement, chez des amis ou de la famille
  • 1% des bénéficiaires sont propriétaires
Statut familial
  • 61% des personnes sont célibataires
  • 39% sont des familles
Évolution
  • 7 763 nouvelles personnes
  • 32% d’augmentation générale de 2008 à 2011 (3 ans)
  • 5,5% d’augmentation générale de 2010 à 2011