La pauvreté à Montréal

Les données relatives à la pauvreté à Montréal

Données générales1

Bonhommes en  équipe de deux tenant les pièces d’un casse-tête qui s’assemble, image  symbolisant le travail d’équipe.
  • Montréal se caractérise par un taux élevé de pauvreté (36% des ménages);
  • 29% de la population vit sous le seuil de faible revenu (avant impôt);
  • 413 875 Montréalais vivent dans un ménage à faible revenu après impôt (22,8% des Montréalais);
  • En 2006, 36% des familles étaient monoparentales à Montréal comparativement à 28% il y a 20 ans. C’est 8 points de pourcentage de plus que le reste de la province. 39% de ces familles monoparentales sont sous le SFR;
  • 92 200 Montréalais sont chômeurs (mai 2011) (8,7% de la population active);
  • 561 500 Montréalais sont inactifs (2009) (42,6% des 15-64 ans);
  • 175 328 Montréalais sont prestataires d’un programme d’aide financière de dernier recours (2010) (9,7% des Montréalais) – 83 964 (4,6%) le sont depuis plus de 2 ans;
  • 140 697 Montréalais sont aidés mensuellement par Moisson Montréal (2009) = (l’équivalent de 7,8% des Montréalais);
  • 14,5% des familles biparentales ont un revenu inférieur à 30 000$;
  • Rappel : Salaire minimum = 9,65 $ soit 17 563 $ / année à temps plein;
    Le SFR pour une personne seule est de 17 954 $ / année
  • En 2005, le taux de travailleurs pauvres s’élevait à 46,6% parmi les ménages à faible revenu, 38,3% bénéficiant d’un seul revenu d’emploi et 8,2% de plus d’un2.
  • Alors que le pourcentage de personnes vivant sous le seuil de faible revenu (avant impôt) est de 29% pour l’agglomération, 17 des 30 territoires de CLSC présentent des taux de faible revenu supérieurs à cette moyenne, dont 11 affichent des taux supérieurs à 33%, avec des pointes à 42, 45, 46 et même 53%. À l’autre bout du spectre, 9 territoires de CLCS comptent moins de 25% de personnes vivant sous le seuil de faible revenu, dont 4 sont à moins de 20%.  Si l’on modifie les échelles pour considérer les milieux de vie ou les voisinages, les disparités sont plus frappantes.

1Source : Statistique Canada, recensement 2006, Montréal en statistiques, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, DSP (2010-2011), Service du Développement économique (VDM).

2Selon une étude du CÉPE, Centre d’étude sur la pauvreté (2008), Le faible revenu au Québec : état de la situation, Direction générale adjointe de la recherche, de l’évaluation et de la statistique, ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Québec, 31 p.