Peuples autochtones

Événements

Réconciliation avec les peuples autochtones - Consultez la programmation

Semaine de la Réconciliation avec les peuples autochtones – du 17 au 21 juin 2019

Montréal est riche d'une présence autochtone millénaire, comme en attestent les nombreuses découvertes archéologiques sur le territoire de la Ville. Malheureusement, l'histoire telle qu'elle nous est enseignée en fait rarement mention, et de nombreuses tentatives d'assimilation au cours des derniers siècles ont tenté d'atténuer leur présence et leurs cultures. C'est pourquoi l'une des priorités de la ville est la réconciliation avec les peuples autochtones. Dans cette perspective, l'administration a instauré en 2019 une semaine dédiée à cette réconciliation et que nous vous invitons à découvrir ci-dessous.

Présentation de la Charte montréalaise des droits et responsabilités en langue mohawk

Photo : Marie-Ève Trahan, Ville de Montréal

Pour marquer 2019, année internationale des langues autochtones, la Ville a fait traduire sa Charte montréalaise des droits et responsabilités en kanien'kéha, la langue mohawk. Attendue depuis longtemps, cette première traduction de la Charte en une langue autochtone a été présentée officiellement par la Ville le 17 juin 2019.

Au cours des prochaines années, cette Charte, conçue par et pour les citoyens, sera traduite dans les 10 autres langues autochtones du Québec

Journée nationale des peuples autochtones au Jardin des Premières Nations

Au Jardin botanique de Montréal, le Jardin des Premières Nations montre un superbe environnement naturel nordique et les rapports qu'entretiennent les cultures des Premières Nations avec la nature.

Festivités au Jardin des Premières Nations le 21 juin 2019, journée nationale des peuples autochtones : Nicole O'Bomsawin et sa troupe de danse, activité de découverte des plantes du Jardin et projection des nouveaux courts métrages autochtones du Wapikoni mobile.

Programmation d'été du Jardin des Premières Nations

Inauguration de la plage de Verdun

Inaugurée le 20 juin 2019 par la mairesse de la Ville, Mme Valérie Plante, la plage dans l'arrondissement de Verdun est ouverte au public à compter du 22 juin 2019. Cette plage urbaine et écologique est le résultat d'un travail considérable et de consultations, auprès des citoyens de Verdun, mais aussi auprès de la communauté autochtone de Kahnawake dans la perspective du partage du fleuve. Son inauguration lors de la Semaine de la Réconciliation avec les peuples autochtones nous rappelle les rapports privilégiés entre la nation mohawk et le kahyonhowanen (fleuve).

Changement de nom de la rue Amherst, qui devient rue Atateken

Le 21 juin 2019, la rue montréalaise d'Amherst est devenue officiellement la rue Atakenen. Ce nouveau nom, qui signifie « frères et sœurs » en langue mohawk, porte en lui la notion que nous sommes reliés par nos valeurs et croyances partagées. Cette idée de relations représente bien l'esprit de Montréal, métropole de réconciliation. Il invite à la paix et à la concorde, en place et lieu, du général Jeffrey Amherst.

Cérémonie d'accueil des nouveaux citoyens

De nouveaux citoyens canadiens seront accueillis à l'hôtel de ville le vendredi 21 juin dans le cadre de leur cérémonie de citoyenneté, conjointement par Citoyenneté et Immigration Canada et par les peuples autochtones représentés par le Chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador et des représentants de la nation mohawk.

Célébrations de la Journée nationale et montréalaise des peuples autochtones

Pour celles et ceux qui veulent fêter, Terres en Vues organise une célébration urbaine de la Journée nationale et montréalaise des peuples autochtones à la Pyramide PY1 du Quai de l'Horloge (vendredi 21 juin, 10 heures). Une prestation multimédia sera réalisée par l'artiste atikamekw Catherine Boivin et sera suivie du dévoilement d'une sculpture éphémère.

Sommet des Premières Nations et des municipalités sur la réconciliation

Le 30 août 2018 à l'hôtel de ville de Montréal

Penser globalement et agir localement, pour la réconciliation

Les villes ont un rôle de plus en plus important dans la reconnaissance des droits des peuples autochtones.

Présenté par la Ville de Montréal, l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, l'Union des municipalités du Québec et la Fédération québécoise des municipalités, ce Sommet engage un dialogue basé sur la collaboration et encourage les maillages régionaux entre les municipalités et les communautés des Premières Nations.

Le Sommet des Premières Nations et des municipalités sur la réconciliation est un premier jalon dans un dialogue de gouvernement à gouvernement.

Des enjeux et des préoccupations communes, des occasions de partenariats régionaux :

  • Le contexte canadien dans lequel fonctionnent les municipalités : la réconciliation, la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation (CVR);
  • Les municipalités et les communautés des Premières Nations n'ont pas les mêmes rôles et responsabilités envers leurs populations, mais partagent de nombreux enjeux locaux, notamment en matière de qualité de vie, d'infrastructure routière, de gestion des matières résiduelles ou de services incendies, ou encore de développement économique et touristique régional ou d'ouverture à la diversité;
  • Les municipalités, selon leur taille et leur localisation, ne disposent pas des mêmes ressources pour faire face à de nouveaux enjeux.

Objectifs et résultats attendus

Dans un contexte marqué par une croissance de la population autochtone au Québec et un mouvement pour la réconciliation, ainsi que par la redéfinition des pouvoirs et des responsabilités des villes à titre de gouvernements de proximité, le Sommet des Premières Nations et des municipalités sur la réconciliation pourrait permettre :

  • d'améliorer les relations entre les municipalités et les communautés des Premières Nations dans le sens de la réconciliation (Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, appels à l'action de la CVR);
  • de déterminer des enjeux communs et des occasions de partenariats par la présentation et le partage d'exemples concrets.

« Ensemble, les Canadiens doivent faire plus que juste parler de réconciliation; nous devons apprendre à mettre en œuvre cette réconciliation dans nos vies au quotidien – avec nous-mêmes, nos familles, et dans nos communautés, nos gouvernements, nos lieux de cultes et nos lieux de travail (…) en développant et maintenant des relations respectueuses. Pour de nombreux survivants et leurs familles, cela implique surtout de trouver la voie de la guérison pour eux-mêmes, leurs communautés et leurs nations afin de renforcer les individus comme leurs cultures, leurs langues, leurs spiritualités, leurs lois et leurs systèmes de gouvernance. Pour les gouvernements, construire des relations respectueuses implique démanteler des cultures politiques et bureaucratiques vieilles de plusieurs siècles, dont les politiques et programmes ont tenté depuis toujours de promouvoir l'assimilation des peuples autochtones. »

Commission de vérité et réconciliation, appels à l'action, 2015