Peuples autochtones

Peuples autochtones

La population autochtone à Montréal

Sommet des premières nations et des municipalités

En 2016, 34 745 personnes ont déclaré avoir l’identité autochtone dans la région métropolitaine de Montréal. 

La région métropolitaine de recensement de Montréal est la 8e des régions métropolitaines canadiennes où l’on retrouve le plus grand nombre de personnes autochtones.

De 2001 à 2016, la population autochtone de la région métropolitaine de Montréal s’est accrue de 211 %, comparativement à 130 % au Québec. De plus en plus de personnes autochtones font donc le choix de s’établir à Montréal, en provenance des 11 nations autochtones au Québec (Premières Nations et Inuit), mais aussi d’autres nations autochtones au Canada.

De toutes les municipalités du Québec, Montréal est celle où l’on retrouve la plus importante population ayant une identité autochtone.

La réconciliation à Montréal

Depuis 2008, la Ville de Montréal contribue à l’amélioration de la qualité de vie des personnes autochtones à Montréal, par son soutien et sa participation au RÉSEAU pour la stratégie urbaine de la communauté autochtone de Montréal.

En 2016, elle s’est résolument engagée sur la voie de la réconciliation avec les peuples autochtones et a affirmé sa volonté de devenir une métropole de la réconciliation. Cet engagement passe notamment par la mise en œuvre des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation et par l’endossement, à l’unanimité, de la Déclaration des Nations unies pour les droits des peuples autochtones, le 21 août 2017.

La stratégie de réconciliation repose sur :

1) Une relation de gouvernement à gouvernement : la Ville considère les gouvernements autochtones comme les interlocuteurs principaux dans l’élaboration des politiques, tout en reconnaissant la compétence des organismes communautaires autochtones dans les questions et les programmes du milieu urbain.

2) La transversalité du processus de réconciliation : un processus global qui touche tous les services de la Ville et qui intègre un « réflexe autochtone » dans l’élaboration des projets ou des programmes qui pourraient avoir un impact sur les membres des peuples autochtones.

3) La pérennité de la démarche de réconciliation pour en assurer sa continuité et son succès.

Une commissaire aux relations avec les peuples autochtones a été nommée en 2018 pour développer la stratégie de réconciliation de la Ville. 

Le projet de stratégie de réconciliation avec les peuples autochtones s’articule autour de 6 grands axes de travail :

  1. Le développement d’une relation de nation à nation au sein des instances de la Ville.
  2. L’amélioration de la visibilité de la présence autochtone dans la ville de Montréal, en reconnaissant sa présence historique passée, présente et future.
  3. L’accompagnement de la communauté autochtone urbaine, en facilitant la concertation et la rétroaction.
  4. L’amélioration du sentiment de sécurité des membres des peuples autochtones à Montréal.
  5. Le soutien au développement culturel autochtone en milieu urbain.
  6. Le soutien au développement économique des membres des peuples autochtones à Montréal.
Sommet des premières nations et des municipalités