Enjeux et interventions de la Ville

Depuis près de 25 ans, l’enjeu de l’errance urbaine préoccupe la Ville et elle s’y adresse avec acuité. Plusieurs interventions, mesures et programmes sont mis en place afin de prévenir ce phénomène propre aux grandes villes et de venir en aide aux personnes qui se retrouvent en situation d’itinérance. Devant l’émergence de nouvelles cohortes d’itinérants – toxicomanes, personnes ayant des problèmes de santé mentale, femmes, jeunes marginalisés et Autochtones – les instances municipales s’adaptent en contribuant à la mise en place d’initiatives permettant à ces personnes de renforcer l’exercice de leur citoyenneté.

Privilégiant le travail en partenariat, les interventions de la Ville prennent plusieurs formes. En voici quelques exemples :

  • Aide aux organismes œuvrant directement auprès des personnes en situation d’itinérance;
  • Interventions de sécurité publique et de gestion des espaces publics;
  • Soutien à la recherche et au développement d’approches concertées;
  • Aide au développement de logements pour personnes vulnérables.

La Ville de Montréal met de l’avant des initiatives visant à améliorer la qualité de vie des personnes itinérantes, à faciliter leur accès aux services de santé et aux services sociaux, à favoriser leur réinsertion sociale et à réduire les problèmes de cohabitation tout en renforçant l’exercice de la citoyenneté.

De plus, la Ville appuie officiellement le projet d'implantation de services d'injection supervisée et s’engage à collaborer avec les organismes communautaires et les établissements du réseau de la santé et des services sociaux à l’implantation de services d’injection supervisée.

Dans le respect de ses champs de compétence, la Ville de Montréal entend mener à terme, d’ici 2017, diverses actions qui s’inscrivent dans son Plan d’action montréalais en itinérance 2014-2017 [1,5 Mo - 20 pages].

Ce plan comprend :

  • 4 principes directeurs
  • 12 actions
  • 44 engagements

Les enjeux pour la Ville

La priorité pour la Ville de Montréal en matière d’errance urbaine est d’amener les personnes sans-abri à sortir du cycle de l’itinérance. Les interventions ont surtout des impacts sur le long terme et pendant ce temps, les autorités municipales doivent relever un autre défi de taille : faciliter la cohabitation dans les lieux publics. En effet, les autres usagers de l’espace public jugent parfois la présence des personnes sans-abri incommodante, sinon carrément source d’insécurité.

La question de l’itinérance recoupe plusieurs niveaux de gouvernements quand vient le temps de planifier des actions. C’est pourquoi la Ville travaille en partenariats avec différentes instances depuis le début des années 1990.

Principaux partenaires :

  • CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal
  • Direction de santé publique de Montréal
  • Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM)
  • Mouvement pour mettre fin à l’itinérance à Montréal
  • Organismes communautaires qui interviennent auprès des personnes en situation d’itinérance ou à risque de le devenir
  • Plusieurs tables de concertation, sociétés de développement commercial
  • Société Makivik
  • RÉSEAU pour la stratégie urbaine de la communauté autochtone à Montréal
  • Gouvernement du Québec
  • Gouvernement du Canada