Services en ligne

Sélectionnez un service à droite pour plus de détails.

Choisir un service

Tous les services en ligne

Nous joindre

L'arrondissement annonce

Histoire des quartiers

Un passé riche en histoire et en patrimoine

L’arrondissement du Sud-Ouest comprend cinq quartiers : Petite-Bourgogne, Pointe-Saint-Charles, Saint-Henri, Côte-Saint-Paul-Émard et Griffintown.

Avec des figures emblématiques telles que le marché Atwater, le canal de Lachine et le quartier des antiquaires, l’arrondissement se distingue par son passé riche en histoire et en patrimoine.

Voici un résumé historique de chacun des quartiers

Saint-Henri

En 1685, Saint-Henri comptait une douzaine de maisons où l’on vivait du tannage de peaux, grâce au ruisseau descendant du Mont-Royal. En 1825, Saint-Henri-des-Tanneries est devenu un village important et le canal de Lachine est inauguré. Il est d’ailleurs considéré comme le berceau de l’industrialisation canadienne. De nombreuses industries s’installent sur ses rives. La crise économique des années 1930 a touché durement le quartier, mais maintenant, il connaît un nouveau souffle.

Émard et Côte-Saint-Paul

Le développement de ces deux quartiers est intimement lié. En 1878, la partie du village  de Côte-Saint-Paul, situé à l’ouest du territoire, est détachée pour constituer Ville-Émard. En 1899, Ulric Émard achète une ferme et entreprend le développement d’un projet résidentiel. Il fonde sa petite ville de banlieue qui prend rapidement de l’expansion grâce à la présence du canal de Lachine. Quant à la ville de Côte-Saint-Paul, elle a connu un bel essor, passant d’un milieu agricole à une ville industrielle. En 1910, Ville-Émard et Côte-Saint-Paul ont été annexées à Montréal.

Petite-Bourgogne

En 1864, la Petite-Bourgogne portait le nom de village Delisle en hommage à un important promoteur immobilier. Incorporée en ville dès 1876, elle reçoit le nom de Sainte-Cunégonde. Par la suite, elle sera annexée à la Ville de Montréal en 1908 et prendra le nom de la Petite-Bourgogne. L'origine du nom de Bourgogne remonterait au XVIIe siècle. Un verger était alors connu sous le nom de Bourgogne. Ses premiers habitants d'origine française ont été rejoints par la communauté irlandaise, des Afro-Américains et des Antillais. La majorité des immigrants travaillaient pour les compagnies de chemin de fer.

Pointe-Saint-Charles

En 1654, une partie du territoire a été concédée à Marguerite-Bourgeoys qui y a construit la maison de la Providence (Maison Saint-Gabriel). Le développement du quartier s’amorce après la construction du canal de Lachine. Des immigrants irlandais s’y installent. Jusqu’en 1960, ce quartier est au cœur du développement industriel. L’ouverture de la voie maritime du Saint-Laurent entraîne l’exode des entreprises vers l’Ontario, ce qui provoque de graves conséquences sur l’économie locale. Par contre, par sa mobilisation sociale, le quartier a créé des organismes (clinique communautaire, clinique populaire juridique) qui serviront d’exemples. Aujourd’hui,  Pointe-Saint-Charles est en pleine métamorphose.

Griffintown

En 1654, les terres ont été concédées à Jeanne-Mance et les lieux étaient nommés fief de Nazareth. Ce secteur était administré par les sœurs de l’Hôtel-Dieu. Vers 1783, un promoteur irlandais au nom de Thomas McCord signe un bail emphytéotique de 99 ans pour développer le fief de Nazareth. En 1804, le fief, dont Mary Griffin est propriétaire de plusieurs lots, devient connu sous le nom de Griffintown. Dix-huit ans plus tard, alors que M. McCord est en Irlande, son terrain est sous-loué (vendu?) à son insu à Robert Griffin. Celui-ci et son épouse, Mary Griffin, construisent une usine à savon à l’angle des rues Nazareth et Wellington et bâtissent des maisons à loyer modique pour loger leurs employés. Les travailleurs devaient tellement à Mme Griffin que l’endroit a été officiellement nommé Griffintown. En 1847, les Irlandais fuient la famine de leur pays pour venir s’y installer et contribuent à la construction du canal de Lachine et du pont Victoria. Aujourd’hui, la revitalisation bat son plein avec l’arrivée de l’École de technologie supérieure (ÉTS) et d’importants projets immobiliers (complexe Lowney et District Griffin).