Suivez nos alertes sur :

Épidémie et pandémie

Pandémie d’influenza

Phénomène

Épidémies et pandémies

Une pandémie, c'est la propagation à l'échelle mondiale d'une nouvelle maladie et l’absence d’immunité dans la grande majorité de la population face à ce virus.
L'influenza humaine - qu'on appelle aussi « la grippe » - est une infection respiratoire causée par le virus de l'influenza. Diverses souches de ce virus circulent régulièrement, causant la maladie dans nos collectivités. Toutefois, vous ne serez peut-être pas malade si vous avez les anticorps pouvant combattre la souche de virus à laquelle vous êtes exposé.

Si un virus de l'influenza change et devient une nouvelle souche contre laquelle les gens ont une immunité faible ou nulle, et si, en plus, cette nouvelle souche se répand aisément entre humains, de nombreuses personnes partout dans le monde pourraient tomber malades et même mourir. Cette situation constituerait une pandémie d'influenza. Une telle pandémie s'est produite environ trois fois par siècle.

Le virus de la grippe pandémique entraîne souvent de graves complications chez des personnes en santé, notamment la pneumonie ou la mort. Les trois dernières pandémies sont survenues en 1918-1919, en 1957-1958 et en 1968-1969.

Pour obtenir de plus amples renseignemnents : Agence de la Santé publique du Canada 

Se préparer et se protéger

Risque à Montréal

La pandémie de grippe A H1N1 de 2009 a démontré que la gestion des épidémies se fait à l’échelle internationale. Avec une augmentation du transport des personnes à l’échelle du globe, les épidémies engendrées par des nouveaux virus de l’influenza se propagent à une très grande vitesse et deviennent pandémiques plus rapidement que jamais.

Montréal n’est donc pas à l’abri d’une telle menace et a été par le passé touché par plusieurs épidémies d’influenza. La grippe espagnole de 1918 en est un exemple, où en quelques mois, plus de 3500 Montréalais ont été affectés par la grippe et en sont morts.

Les montréalais peuvent avoir des informations générales sur les risques d'infections et d'intoxications sur le site du Directeur de santé publique de Montréal et peuvent consulter l'indice de grippe sur le site de Météo Média.

Impacts sur la population et les infrastructures

  • Hausse du taux de mortalité
  • Perceptions et peurs des citoyens
  • Absentéisme élevé des travailleurs
  • Difficulté d’offrir les services essentiels à la population et le minimum des services d’urgence (police, pompier, soins de santé)
  • Difficulté pour les fournisseurs d’assurer la livraison de biens et de services essentiels (exemples: pétrole, entretien et réparation du matériel roulant, etc.)
  • Rupture dans l’approvisionnement de certaines denrées. Par exemple, difficulté d’importation et d’exportation au niveau de l’alimentation
  • Impacts économiques (baisse du tourisme, arrêt d’événements internationaux et d’événements majeurs) et désorganisation socio-économique.

Type de virus

Grippe A (H1N1)

La présence du virus de la grippe A (H1N1) a été signalée partout dans le monde. Le virus A (H1N1) est une souche du virus de la grippe qui auparavant n’infectait habituellement que les porcs. Au printemps 2009, le virus est apparu chez des Nord-Américains et s’est propagé dans diverses régions du monde. Il s’agissait d’une nouvelle souche grippale contre laquelle les humains avaient peu ou pas d’immunité naturelle. L’Organisation mondiale de la santé a déclaré l’état de pandémie de grippe A (H1N1) en juin 2009.

Source : Agence de la santé publique du Canada

Grippe aviaire A (H5N1)

La grippe aviaire est une virose contagieuse qui peut toucher toutes les espèces d'oiseaux et qui peut, plus rarement, se transmettre aux mammifères. En janvier 2004, nous avons assisté à travers le monde (surtout en Asie) à une flambée du virus de la grippe A (H5N1), la grippe aviaire. Pour atteindre le niveau pandémique, le virus doit se transmettre d’humain à humain. Ce stade n’a pas été atteint en 2005 et au Québec, aucun cas de grippe H5N1 n’a été répertorié par les autorités de santé publique. Cependant, plusieurs travaux ont été effectués et ont conduit à l’élaboration du Plan particulier d’intervention pour la pandémie d’influenza.

Source : Agence de la santé publique du Canada

Virus du Nil

Le nom « Nil occidental » est celui d’une région du centre de l’Afrique où le virus a fait son apparition, il y a plus de 60 ans. Le virus a par la suite été détecté dans plusieurs autres parties du monde, notamment au Moyen-Orient, en Asie et en Europe. En 1999, il a été détecté pour la première fois en Amérique du Nord, plus précisément à New York. Depuis, il a poursuivi sa progression. À Montréal, le virus du nil ne représente pas de risque de pandémie ni d'épidémie depuis plusieurs années.

Source : Agence de la santé publique du Canada

SRAS

Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) est une maladie respiratoire qui se propage au moyen de contacts étroits avec une personne infectée. Les contacts étroits incluent le fait de vivre dans la même maison qu'une personne affectée par le SRAS, de donner des soins à une personne atteinte ou d'avoir un contact direct avec des sécrétions des voies respiratoires ou des liquides organiques d'une personne atteinte.

Source : Santé Canada

PPI Pandémie d’influenza

Indicateurs et actions

Les niveaux de mobilisation de l’Organisation de la sécurité civile de l’agglomération de Montréal (OSCAM) face à une pandémie d’influenza sont déterminés par l’Agence de la santé et des services sociaux (ASSS) qui oriente ses actions en fonction de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les actions prises par le Centre de sécurité civile et ses partenaires dépendent du niveau de mobilisation.

OMS ASSS OSCAM
Phase 4
Alerte pandémique Elle se caractérise par la transmission d’humain à humain d’un virus grippal capable de provoquer des « flambées à l’échelon communautaire ». La phase 4 indique une majoration importante du risque de pandémie mais ne signifie pas nécessairement qu’une pandémie est inéluctable.
Préalerte
  • Veille passive si cas animaux et humains à l’extérieur du Québec
  • Veille active si cas animaux ou humains au Québec
Normal
Phase 5
Alerte pandémique Lorsqu’au moins deux pays d’une même région de l’OMS sont touchés et que le virus se propage d’un humain à un autre. La phase 5 nous indique qu’une pandémie est imminente et que la mise en place de mesure d’atténuation doit s’effectuer
Préalerte et veille active
  • Mise à jour et mise en œuvre du Plan montréalais de lutte contre la pandémie d’influenza
  • Information aux partenaires sur les directives du MSSS et les états de situation épidémiologique mondiale, nationale et municipale
Veille
  • Mise à jour du PPI pandémie d’influenza
Phase 6
Pandémie Dite aussi phase de pandémie, elle se caractérise par des flambées à l’échelon communautaire dans au moins un pays d’une autre région de l’OMS en plus des critères définis à la phase 5. La déclaration de cette phase indiquera qu’une pandémie mondiale est en cours.
Alerte
(tant que la pandémie n’est pas installée régionalement)
  • Mise en alerte du réseau dès que l’OMS annonce l’entrée en phase 6
  • Élaborer les recommandations et les conseils concernant la prévention et les équipements de protection des infections à utiliser selon les niveaux d’exposition.
Veille ou Alerte
(fonction de la virulence du virus)
  • Faire le suivi sur l’intégration des recommandations du MSSS (par exemple, port du masque antiprojection, distribution d’antiviraux, vaccination, etc.
  • Suivi sur la livraison des activités essentielles
Intervention
(dès que la pandémie est confirmée régionalement)
  • Colliger les données de surveillance
  • Identifier les groupes devant être vaccinés de façon prioritaire
Intervention
  • Suivi des directives concernant l’interdiction des grands rassemblements et la fermeture des lieux publics, s’il y a lieu
  • Consolidation des ressources humaines pour répondre aux activités essentielles
  • Mise en oeuvre de la stratégie globale de relève

Les essentiels

Info-Santé
8-1-1
Transports Québec
5-1-1
Ville de Montréal
3-1-1
Urgence
9-1-1

Centre antipoison

Service téléphonique sans frais
24 heures sur 24, 7 jours sur 7 1 800 463-5060