Écoterritoires

Trame verte de l’Est

À la pointe de l’île

Trame verte de l’Est Carte de l’écoterritoire.
Agrandir

Situé à l’extrémité est de l’île de Montréal, ce vaste territoire comporte plusieurs zones bâties, mais aussi des milieux naturels de grand intérêt. Le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies, qui s’étend sur plus de 240 ha, constitue un oasis de fraicheur dans le secteur.

La trame verte est formée d’une grande diversité de milieux, incluant des bois, des marais, des cours d’eau intérieurs et une île. Cette diversité se traduit par la présence d’une faune et d’une flore caractéristiques de ces types d’habitat.

Parmi les exemples de richesse écologique :

  • Le Bois-de-la-Réparation, situé dans le parc-nature, est dominé par une érablière à caryer et a été désigné écosystème forestier exceptionnel par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec
  • La coulée Grou constitue l’un des sites les plus importants à l’échelle de l’agglomération pour la couleuvre brune, une espèce à statut précaire.
  • On peut observer, dans les marais du parc-nature et ceux associés à la Coulée Grou, une quinzaine d’espèces d’oiseaux aquatiques (dont plusieurs canards et hérons), ainsi que de nombreuses espèces d’amphibiens et de reptiles (dont des grenouilles, des tortues et des couleuvres).
  • Le ruisseau Pinel, deuxième cours d’eau intérieur d’importance dans l’écoterritoire, forme un corridor écologique d’intérêt, dont ses parties amont et centrale sont caractérisées par des marais et de jeunes bois.
  • L’île Bonfoin est dominée par des prairies herbacées et son marais central représente un habitat de reproduction pour les poissons et la sauvagine. Son littoral abrite des plantes à statut précaire.

Le cerf de Virginie fréquente l’ensemble de l’écoterritoire, particulièrement les milieux diversifiés du parc-nature, ainsi que les prairies et marais de la coulée Grou.

Actions de protection

Une zone boisée en hiverParmi les actions entreprises depuis 2004, citons la densification d’un projet immobilier, avec échange de terrains, qui a permis de conserver 9,6 ha de milieux d’intérêt et d’y réaliser des aménagements fauniques.

La Compagnie des Chemins de Fer Nationaux du Canada a également consenti à céder des terrains accolés à des terrains municipaux et au secteur du bois de l’Héritage. Cet ensemble d’environ 6 ha comprend bois, friches, prairies et un grand marais.

Une entente de conservation a permis de préserver, en amont, les abords du ruisseau Pinel d’une superficie d’environ 7 ha. La Ville a aussi acquis un terrain d’environ 4 ha stratégique pour l’alimentation de l’ensemble du ruisseau.

L’île Bonfoin, d’une superficie de près de 13 ha, a été acquise conjointement par la Ville et Conservation de la nature Canada. À titre de «réserve naturelle», l’île bénéficie d’une protection à perpétuité et sera intégrée au parc-nature de la Pointe-aux-Prairies.

La société Gaz Métro a consenti une servitude de conservation, à titre gratuit, sur des parties de terrains. La société s’est engagée à conserver une superficie boisée de 0,34 ha, répondant à l’objectif de conservation des bois le long de l’autoroute 40.

Il faut également souligner le dépôt en 2007 du plan concept de la trame verte de l’Est, qui identifie les conditions gagnantes pour la réalisation des objectifs de la Politique pour cet écoterritoire, sous la thématique nature-eau.

Objectifs de conservation et d’aménagement (2004)

Deux grandes aigrettes dans le marais

  • Suppléer à la carence d’espaces naturels dans l’est de l’île de Montréal;
  • Préserver la biodiversité en protégeant les quelques milieux naturels d’intérêt écologique encore présents;
  • Maximiser la connexion et l’accessibilité des espaces naturels pour la population et la faune;
  • Consolider les limites du parc-nature de la Pointe-aux-Prairies;
  • Assurer une alimentation d’eau adéquate au ruisseau Pinel, à la Coulée Grou et aux marais de tête ainsi qu’une eau de qualité;
  • Conserver les bois le long de l’autoroute 40 comme protection antibruit et comme élément de qualité visuelle d’un milieu fortement industrialisé, qui constitue une porte d’entrée sur Montréal.
  • Plan concept de la trame verte de l'Est [1,9 Mo - pages]