Écoterritoires

Coulée verte du ruisseau De Montigny

Des paysages à découvrir

Coulée verte du ruisseau De Montigny Carte de l’écoterritoire.
Agrandir

Situé dans un secteur fortement urbanisé, traversé par l’Autoroute 25, cet écoterritoire recèle une étonnante diversité de paysages, incluant un ruisseau qui coule directement sur un roc calcaire riche en fossiles, des îles, des bois, des prairies et des friches. Sur les rives du ruisseau parsemé de cascades, on retrouve des frênaies rouges, jeunes et matures. Se côtoient également des spécimens de chêne rouge, de chêne à gros fruits et de caryer cordiforme. La couleuvre tachetée et la couleuvre brune, deux espèces à statut précaire, y ont notamment été observées.

La rivière coule dans une zone non construite Sur la rivière des Prairies un peu à l’est du ruisseau, les îles Boutin, Rochon, Lapierre et Gagné cachent dans leurs marais et leurs herbiers des lieux de reproduction pour poissons, canards, rats musqués, amphibiens et reptiles. On y retrouve une plante à statut précaire : le rubanier rameux. Leurs eaux sont fréquentées par trois espèces de poissons à statut précaire : l’esturgeon jaune, l’alose savoureuse et le chevalier de rivière. De plus, les îles servent d’aires d’alimentation pour le grand héron.

Actions de protection

CascadesDepuis 2003, des acquisitions et des ententes entre des propriétaires et la Ville de Montréal ont permis de protéger un corridor boisé le long du ruisseau. En 2005, le parc-nature du Ruisseau-De Montigny, qui s’étend sur 3,3 km, voit le jour. Trois ans plus tard, la protection de l’île Lapierre permet d’envisager la création d’un lien avec les îles.

En 2007, dans le cadre des travaux de parachèvement de l’Autoroute 25, Montréal saisit l’occasion pour s’entendre avec le ministère des Transports du Québec et son partenaire, la firme Kiewit-Parsons, afin d’obtenir une contribution financière de ce dernier, proportionnelle au volume de terre enlevé et déposé le long de l’A-25, de façon à former des buttes qui serviront d’écrans visuels et sonores pour le parc. La Ville de Montréal a complété un ensemencement de ces buttes qui, avec le temps, se transformeront en paysages allant de la zone boisée au pré fleuri. Un bassin de rétention des eaux pluviales à l’aspect naturel, incluant une passerelle pour les visiteurs, a également été construit.

En janvier 2011, un plan concept pour l’écoterritoire a été adopté par le Comité exécutif de la Ville. Le document, qui tient compte des préoccupations de la population, identifie notamment 3 objectifs pour l’écoterritoire, soit la valorisation de la biodiversité et des paysages, l’amélioration de la continuité et du sentiment d’intimité sur le site, ainsi que l’amélioration de la connexion avec les quartiers avoisinants.

Objectifs de conservation et d’aménagement (2004)

  • Préserver un écosystème viable autour de ce ruisseau exceptionnel situé dans un secteur de la ville fortement urbanisé et carencé en espaces naturels;
  • Préserver la grande biodiversité des îles Boutin, Rochon, Lapierre et Gagné en permettant des activités récréatives compatibles avec la protection des milieux naturels;
  • Assurer un volume d’eau adéquat et de qualité au ruisseau De Montigny;
  • Créer un parc linéaire qui permet de mettre en réseau un territoire s’étendant de la rivière des Prairies jusqu’au lac de rétention d’Anjou.
  • Plan concept coulée verte ruisseau De Montigny [1,9 Mo - pages]