Écoterritoires

Sommet et flancs du Mont-Royal

Sommet et flancs du Mont-Royal Carte de l’écoterritoire.
Agrandir

Les sommets et les flancs du Mont-Royal possèdent une grande valeur paysagère et écologique. La richesse des écosystèmes est bien illustrée par la variété des milieux naturels (clairières, friches, bois, milieux humides et cours d’eau) que l’on y trouve. Cet écoterritoire, d’une étendue encore plus vaste que celle de l’Arrondissement historique et naturel du Mont-Royal, bénéficie déjà de mesures de protection de la biodiversité, depuis l’adoption du Plan de protection et de mise en valeur du Mont-Royal en 2009. Beaucoup de travail a déjà été fait pour gérer les eaux de surface et limiter l’érosion, pour restaurer des secteurs dégradés et pour restreindre l’emprise des plantes envahissantes.

Une biodiversité à préserver

Sommet et flancs du Mont-RoyalLes bois de cet écoterritoire sont majoritairement composés de forêts centenaires, surtout constituées de chênaies rouges, d’érablières sucrières et de frênaies d’Amérique. Les peuplements forestiers, en particulier sur les flancs Nord et Sud de la montagne, représentent de rares vestiges de la forêt originelle, ce qui leur confèrent un caractère exceptionnel.

Rares sont les bois au coeur de Montréal qui ont préservé une telle intégrité écologique. Ces forêts centenaires sont des lieux d’alimentation et de nidification d’une grande diversité d’oiseaux, incluant des rapaces. On y trouve une quinzaine d’espèces floristiques à statut précaire, dont le podophyle pelté une espèce unique au mont Royal. Autre présence notable : la couleuvre à collier qui ne se retrouve nulle part ailleurs sur l’île de Montréal.

Un flanc boisé du Mont-RoyalL’écoterritoire des sommets et des flancs du Mont-Royal fait déjà l’objet d’un suivi de sa biodiversité sur plusieurs aspects :

  • contrôle des plantes envahissantes,
  • consolidation des corridors écologiques,
  • fermeture des sentiers qui fragmentent ces corridors,
  • et aménagement des réseaux de drainage, incluant la création de milieux humides. L’aménagement du futur parc du 3e sommet tient compte de ces aspects et profite des analyses déjà réalisées. Dans un avenir rapproché, ces mesures, inventaires et analyses devront faire l’objet d’un plan de gestion écologique intégré pour tout l’écoterritoire.

Un flanc boisé du Mont-RoyalQuant au parc du Mont-Royal, qui occupe un des trois sommets de l’écoterritoire, sa biodiversité est étonnante compte tenu de sa fréquentation, évaluée à 5 millions de visiteurs par année. On y retrouve une grande diversité d’essences d’arbres et une faune animale et ailée variée, allant du renard roux au passerin indigo.

Enfin, un programme de subvention a été adopté en 2008 à l’intention des propriétaires de terrains institutionnels sur le mont Royal qui souhaitent prendre des initiatives reliées à la protection et au rehaussement de la biodiversité. Ce programme est financé conjointement par le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine et la Ville de Montréal.

Objectifs de conservation et d’aménagement (2004)

  • Mettre à jour le plan de mise en valeur du mont Royal en y intégrant notamment les objectifs liés à la gestion écologique comme celle appliquée actuellement dans les parcs-nature;
  • Préserver la valeur emblématique des sommets et des flancs verts de la montagne;
  • Protéger les espaces forestiers constitués de trois strates végétales (herbacée, arbustive et arborescente) sur les sommets et les flancs en tant que lieux d’alimentation et de nidification pour une grande diversité d’oiseaux;
  • Apporter une attention particulière à la préservation des peuplements forestiers exceptionnels sur le flanc nord de la montagne, rares vestiges de la forêt originelle du mont Royal;
  • Maximiser les vues et les possibilités de contact avec la nature sur tout le pourtour de la montagne;
  • Favoriser les liens verts entre les îlots naturels situés sur les trois sommets à l’intérieur comme à l’extérieur des parcs existants;
  • Préserver le couloir boisé qui encadre la voie Camilien-Houde.