Écoterritoires

Coulée verte du ruisseau Bertrand

Des parcs industriels aux parcs-nature

Coulée verte du ruisseau Bertrand Carte de l’écoterritoire.
Agrandir

Le ruisseau Bertrand constitue la colonne vertébrale de cet écoterritoire situé au nord-ouest de l’île de Montréal. La partie amont du ruisseau prend sa source au nord des terrains de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau et sillonne à travers les milieux humides situés en bordure du parc industriel de Dorval. À la tête du ruisseau Bertrand, les terrains de l’aéroport et du Technoparc de Saint-Laurent comportent une diversité insoupçonnée. On y trouve d’importants réseaux de milieux humides et de cours d’eau fréquentés par le castor, le rat musqué, la sauvagine, le grand héron, des amphibiens (comme la grenouille léopard et la salamandre à points bleus) et des poissons (comme l'umbre de vase et l'épinoche à cinq épines). Une hêtraie centenaire, peuplement forestier peu commun dans l'agglomération de Montréal, trouve sa place sur les terrains de l’aéroport.

Une hutte de castor dans la rivièrePlus en aval, le ruisseau Bertrand coule vers la rivière des Prairies en passant par le parc-nature du Bois-de-Liesse. Ce parc abrite la forêt centenaire des Bois-Francs, à haute valeur écologique, où se côtoient des essences d’arbres représentatives de la région de Montréal (érablière sucrière à hêtre, érablière sucrière à caryer), plusieurs marécages à érable argenté connectés à un réseau de ruisseaux, de même qu’un peuplement très rare (érablière sucrière à érable noir). Plusieurs animaux peuvent y être observés parmi lesquels figurent le renard roux, la chouette rayée et le canard branchu.

L’écoterritoire comprend aussi le parc-nature du Bois-de-Saraguay, un secteur que le gouvernement du Québec a reconnu « arrondissement naturel » dès 1981. La forêt abrite des espèces d’intérêt, tel le petit-duc maculé, des espèces à statut précaire comme, parmi les arbres, le caryer ovale et le chêne bicolore et parmi les oiseaux, le martinet ramoneur. Le parc inclut également la maison Mary-Dorothy-Molson (aussi appelé le manoir MacDougall), demeure patrimoniale construite vers 1930. Puis, au nord, dans la rivière des Prairies, se trouve l’Île-aux-chats qui renferme une petite forêt dominée par l’érablière sucrière et des marécages à érable argenté.

Actions de protection

: Zone boisée marécageuseAu printemps 2011, le Comité exécutif a adopté une résolution qui officialise le début du processus menant à l’ouverture au public du parc-nature du Bois-de-Saraguay, moment très attendu des citoyens après une longue mobilisation pour la protection et la mise en valeur de ce site de grand intérêt. L'approche privilégiée pour l’aménagement du parc tiendra compte de la fragilité des écosystèmes et de l’histoire du milieu.

La création d’un autre parc-nature, cette fois dans la partie sud-ouest de l’écoterritoire, sur les terrains de l’aéroport fait l’objet de discussions. Le site comprend notamment un grand marais fréquenté par le castor, ce qui permettrait à la population de se familiariser avec son habitat.

Des discussions se poursuivent à propos d’un projet de conservation sur les terrains du Technoparc de Montréal. Ce projet inclurait le drainage des eaux de surface afin d’alimenter des milieux humides d’importance qui, à leur tour, alimenteraient le ruisseau Bertrand.

Objectifs de conservation et d’aménagement (2014)

  • Assurer une alimentation en eau adéquate en quantité et en qualité au ruisseau Bertrand, notamment en redirigeant les eaux de drainage des terrains du Technoparc Montréal
  • Recréer un écosystème riverain aux abords du ruisseau Bertrand, entre les terrains de l’aéroport et le parc-nature du Bois-de-Liesse
  • Consolider les limites des trois parcs-nature en incluant les milieux naturels d’intérêt écologique
  • Prévoir un lien vert entre l’écoterritoire et le lac Saint-Louis
  • Élaborer et mettre en oeuvre un plan de protection et de mise en valeur du parc-nature des Sources
  • Favoriser l’aménagement de liens pédestres et cyclables afin de relier les différents secteurs de l’écoterritoire aux quartiers environnants