Parc-Nature de la Pointe-Aux-Prairies

Points d'intérêts

  • Au carrefour de la rivière des Prairies et du fleuve Saint-Laurent
  • Chaîne de marais, où l'on peut observer un grand nombre d'oiseaux d'eau tel le Héron vert, des canards et sarcelles
  • Grand-duc d'Amérique
  • Érablières matures

Oiseau vedette

Héron vert

Butorides virescens

Plus discret que le Grand Héron, ce héron est toutefois assez abondant mais peu observé. Il est présent dans les marais, les étangs et les rivières avec peu de courant et bordées d'arbres. Cet oiseau est plus petit que la corneille. La première année de leur vie, les jeunes ont un plumage plutôt brun avec des rayures blanches sur la poitrine n'arborant pas encore les riches couleurs de leurs parents. Le Héron vert passe généralement la journée dans les arbres où il s'y confond aisément compte tenu des teintes de son plumage. S'il est surpris, il dresse la tête et hérisse sa huppe. Son long cou constitue un atout évident pour la pêche. En effet, le Héron vert se nourrit essentiellement de petits poissons, mais il ne méprise pas certains amphibiens, reptiles, insectes, crustacés et mollusques. Pour capturer ses proies, il pêche à l'affût, ou encore il se déplace lentement dans les eaux peu profondes. Il utilise aussi des feuilles comme appât qu'il lance à la surface de l'eau pour attirer ses proies. Le Héron vert est un nicheur migrateur. Il vient s'installer au Québec au mois d'avril. Le couple, une fois formé, s'affaire à construire un nid, à couver les œufs, à nourrir les jeunes et à défendre son territoire. La femelle pond 4 ou 5 œufs, et les deux adultes couvent durant 19 à 31 jours. Les oisillons séjournent au nid 16 ou 17 jours et demeurent dépendants des parents jusqu'à 30 à 35 jours. La couvée est menacée par les ratons laveurs, les corneilles et les quiscales. Les jeunes apprennent rapidement à se mettre à l'abri de leurs prédateurs en grimpant dans les arbres dès l'âge d'une semaine.

Intérêts floristiques et fauniques

  • Chaîne de marais
  • Érablières matures