Villes et biodiversité : agir aux échelles locale et internationale

Les collectivités urbaines pour la biodiversité

Mtl-point de vue du belvédèreLa protection du patrimoine naturel, tant à l’échelle de la ville qu’à l’échelle planétaire, est au cœur des préoccupations de nombreux Montréalais.

La Ville de Montréal est fière d’accueillir le Secrétariat de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique, dont les bureaux sont situés dans le quartier international. La Convention sur la diversité biologique (CDB) a pour objectifs principaux la conservation de la biodiversité, l’utilisation durable de ses composantes et le partage juste et équitable des avantages qui découlent de l’exploitation des ressources génétiques. En date du mois de novembre 2015, la CDB a obtenu 196 ratifications, dont celle du Canada : l’importance de protéger la biodiversité fait donc l’objet d’un large consensus!

Mère-fille dans un quartier résidentielLa CDB constitue l’un des accords internationaux issus du Sommet de la Terre, tenu à Rio de Janeiro en 1992. Lors du Sommet, le rôle des villes pour le développement durable a été officiellement reconnu, en raison de l’importance des activités qui relèvent des instances municipales comme l’aménagement du territoire. De plus, les villes représentent un palier de gouvernement bénéficiant d’une grande proximité avec la population, facilitant la mise en place d’initiatives visant à sensibiliser et à impliquer les citoyens.

Enfants de la base de plein air en hiverAujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale vit en milieu urbain. Selon le Programme des Nations unies pour l’environnement (2012), les collectivités urbaines sont responsables de plus de 50% des déchets produits et de 60% à 80% des émissions de gaz à effet de serre, ainsi que de la consommation de 75% des ressources naturelles. L’enjeu urbain s’avère incontournable dans la perspective d’améliorer la santé des écosystèmes de la planète, ainsi que la qualité de vie des populations, compte tenu des immenses bénéfices pour la santé humaine découlant de la présence de nature en ville.

Les villes sont des centres effervescents de rencontres et d’innovation, des carrefours d’idées, abritant un grand bassin de population et d’expertises, réunissant une diversité d’acteurs engagés. Les collectivités urbaines doivent être proactives et s’engager en faveur de la biodiversité!

Le Partenariat mondial sur l’action locale et infranationale pour la biodiversité

Reconnaissant le caractère primordial de l’action locale pour la protection de la biodiversité, le Secrétariat coordonne le Partenariat mondial sur l’action locale et infranationale pour la biodiversité : un réseau international composé notamment d’agences des Nations unies, de gouvernements infranationaux, de grandes ONG internationales et d’institutions scientifiques.

Réunion de travail au SCDBLe Partenariat mondial encourage l’action et fournit une plateforme d’échange et de mise en valeur des meilleures pratiques au niveau infranational. Le Partenariat fait également valoir aux États l’intérêt d’impliquer et d’appuyer le palier de gouvernement local pour atteindre les objectifs de la CDB. En effet, l’établissement d’aires protégées en milieu urbain, la lutte contre les espèces envahissantes, la protection d’espèces à statut précaire ou encore la mise en place de corridors verts à travers les paysages urbains fragmentés apportent une contribution significative aux efforts nationaux.

À titre de ville hôte du Secrétariat de la CDB, Montréal a été invitée à participer à l’initiative à ses tous débuts.

Pour obtenir davantage de renseignements sur le Partenariat mondial et le rôle des villes pour la protection de la biodiversité, veuillez consulter le site du Secrétariat de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique ou le site Internet du Conseil international pour des initiatives écologiques locales (ICLEI – Les gouvernements locaux pour le développement durable).