Qu’est-ce que la biodiversité?

passants au cœur du Square des Frères CharronLa diversité biologique ou biodiversité est la diversité du vivant et la dynamique de ses interactions. Il s’agit de la diversité des plantes, des animaux et des microorganismes, mais aussi la diversité génétique au sein des espèces et la diversité des écosystèmes. Il s’agit de l’ensemble des formes de vie, ainsi que leurs interactions entre elles et avec leur milieu de vie.

L’humain est partie intégrante de cette diversité du vivant et il est en constante interaction avec ses composantes, même dans un contexte urbain!

Diversité biologique : Variabilité des organismes vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie; cela comprend la diversité au sein des espèces et entre espèces ainsi que celle des écosystèmes (Convention des Nations unies sur la diversité biologique, Texte de la Convention, 1992)

Pourquoi se préoccuper de biodiversité?

La nature est un système complexe où toutes les composantes sont liées et chacune y a sa place et son rôle. La perte de biodiversité menace l’équilibre des écosystèmes.

La chouette laponePlusieurs espèces dépendent d’une diversité d’habitats pour compléter leur cycle de vie. Par exemple, des rapaces chassent et se nourrissent en milieu ouvert, mais construisent leur nid en milieu forestier. Certaines tortues passent la plupart de leur temps en milieu aquatique, mais pondent leurs œufs sur la terre ferme.

Les êtres vivants dépendent aussi les uns des autres. Un exemple de cette interdépendance est la chaîne alimentaire : les végétaux grandissent en captant l’énergie du soleil, les animaux herbivores se nourrissent de végétaux, les animaux carnivores se nourrissent d’autres animaux, les détritivores se nourrissent de débris d’animaux et de végétaux, puis de petits organismes décomposent la matière organique en minéraux pour les végétaux.

MonarqueLa dispersion de graines par les écureuils, les oiseaux et autres petits animaux, ainsi que la pollinisation de plantes par l’action des abeilles, des papillons et autres insectes constituent quelques exemples additionnels de ces fascinantes interactions.

Plus un écosystème est diversifié, plus il est résilient face aux perturbations, comme l’introduction d’une maladie ou d’un insecte ravageur. La forte représentation de l’essence de frêne dans les rues et les parcs de Montréal a rendu l’écosystème urbain vulnérable à l’attaque de l’agrile du frêne, contre laquelle tous sont actuellement mobilisés pour permettre à la forêt urbaine de se régénérer, notamment par le biais de la diversification des nouvelles plantations.

À l’échelle mondiale, la biodiversité est menacée principalement par la perte et la dégradation des habitats naturels, la surexploitation des ressources naturelles, la pollution, les espèces exotiques envahissantes, ainsi que les changements climatiques (Programme des Nations unies pour l’environnement, Global Environment Outlook 5, 2012).

En milieu urbain, espace densément bâti aux multiples usages, les défis sont certes nombreux. Selon le Rapport sur la biodiversité 2013 de la Ville de Montréal, la richesse de la flore et de la faune montréalaise fait face à diverses menaces, dont les principales sont la perte d’habitats et la fragmentation ainsi que la progression des espèces envahissantes.

En quoi la présence de nature est-elle bénéfique pour les citoyens?

Nos sociétés dépendent du bon fonctionnement des écosystèmes et ce, même en ville!

À la demande du Secrétaire général des Nations unies, des experts du monde entier se sont penchés sur les liens entre la santé des écosystèmes et le bien-être humain : l’Évaluation des écosystèmes pour le Millénaire a été complétée en 2005.

Quatre grandes catégories de services rendus par la nature ou services écologiques ont été identifiées par le millier d’experts ayant participé à cette évaluation.

Marécage
  • Services de régulation : régulation du climat, purification de l’air et de l’eau, protection contre les catastrophes naturelles, etc.
  • Services d’approvisionnement : fourniture de biens tels la nourriture, l’eau potable, le bois de construction, les plantes médicinales, etc.
  • Services culturels : esthétique des paysages, loisirs, valeur éducative, etc.
  • Services de soutien : formation des sols, photosynthèse, etc.

À Montréal, la nature procure une variété de précieux services :

Pratique de la raquette dans le parc-nature
  • Approvisionnement en eau potable par le biais des grands plans d’eau
  • Amélioration de la qualité de l’air, notamment grâce à l’action des grands arbres
  • Rafraîchissement de l’air ambiant et réduction de l’effet des îlots de chaleur
  • Absorption des eaux pluviales et réduction de la charge sur le réseau de collecte des eaux usées
  • Embellissement des paysages urbains et accroissement de l’attractivité des quartiers
  • Effets bénéfiques sur la santé psychologique (ex. réduction du stress)
  • Incitation à l’activité extérieure sportive ou de détente, notamment par le biais des parcs
  • Possibilités de découverte/d’observation de la nature à proximité du domicile
  • et plusieurs autres!

Qui peut agir en faveur de la biodiversité montréalaise?

Pour permettre aux citoyens de bénéficier des précieux services rendus par la nature, la Ville met en œuvre une série d’initiatives visant à protéger le patrimoine naturel montréalais (plusieurs de ces initiatives sont d’ailleurs présentées sur les différentes pages de ce site Internet). Ceci dit, la Ville est loin d’être le seul acteur pouvant contribuer à la protection et à l’accroissement de la biodiversité à Montréal. Les citoyens, la communauté scientifique, les organismes à but non lucratif, les grands propriétaires institutionnels et le milieu des affaires, notamment, ont tous un rôle complémentaire à jouer dans la perspective de maximiser la biodiversité à Montréal.

Cours végétalisées dans un quartier résidentielLes efforts des citoyens sont particulièrement importants. En végétalisant les terrains privés, en adoptant des comportements positifs envers la nature (respecter les sentiers dans les parcs, ne pas nourrir les animaux sauvages, etc.), en prenant part à des projets d’action citoyenne et en restant informés et engagés en faveur de la biodiversité, les citoyens apportent une contribution fort significative. Ensemble, on va plus loin!

Y’a-t-il une flore et une faune intéressante à Montréal?

Oui! Le Sud du Québec est une zone riche sur le plan de la biodiversité, car elle représente la limite nord de l’aire de répartition de plusieurs espèces. Montréal abrite une biodiversité de grand intérêt et peut constituer des refuges pour des espèces menacées ou vulnérables tant animales que végétales, comme la couleuvre brune, la tortue géographique, la renoncule à éventails et l’érable noir. L’agglomération compte plus de 1 000 espèces de plantes vasculaires, des centaines d’espèces de papillons et d’oiseaux, ainsi que de nombreux poissons, amphibiens, reptiles et mammifères.

Nous vous invitons à poursuivre votre visite de la section « Biodiversité » du site Internet, afin de découvrir la surprenante richesse floristique et faunique de Montréal.