Portlet 7377,90685616 responded with content-type text/plain when the client was requesting content-type text/html

Canopée et îlots de chaleur

Indice de canopée à Montréal

Pourquoi un indice de la canopée?

La canopée en villePour plusieurs raisons :

  • Cet indice fournit une référence utile pour évaluer l’ampleur de la forêt urbaine et la mesurer dans le temps,
  • L’analyse des différentes zones du territoire en fonction du couvert arborescent permet de cerner les sites où il faut planter en priorité des arbres pour éviter les îlots de chaleur,
  • Des mises à jour régulières de la canopée vont permettre de constater si la situation s’améliore, est stable ou se détériore, et de vérifier les résultats des plantations d’arbres.

Vue sur le centre-villeLe couvert arborescent d’une ville a également un impact économique :

  • sur la valeur des propriétés immobilières (en hausse de 18 à 20% dans les secteurs plus verts),
  • sur les coûts de santé (traitement des maladies respiratoires, vulnérabilité des aînés à la chaleur accablante...),
  • sur les coûts des infrastructures : les arbres absorbent en partie l’eau de pluie et évitent les débordements du réseau pluvial résultat de la minéralisation du sol,
  • sur les coûts de production : certaines industries doivent ralentir ou parfois même, cesser leur production lors d’épisodes de chaleur intense.

Depuis quelque 200 ans, la Ville de Montréal supporte le développement d’un patrimoine arboricole qui représente aujourd’hui une grande richesse collective. Bon an, mal an, la Ville plante entre 6 000 et 10 000 arbres. L’inventaire total des arbres plantés sur le domaine public est estimé aujourd’hui à 1,2 M spécimens, soit près d’un arbre par résident montréalais (1,6 M).

Vue vers l'OuestDe récentes études sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal révèlent une concentration des zones minéralisées dans les secteurs industriels et autour des grands centres commerciaux. On ne s’étonne pas de constater un indice de canopée limité à 3% sur le territoire des industries montréalaises et de 2% sur les zones occupées par de grands centres commerciaux. À l’inverse, les espaces verts compte pour 22% de la canopée montréalaise. Si l’on souhaite réduire les îlots de chaleur, le secteur privé devra contribuer sensiblement aux efforts de plantation d’arbres.

Un objectif ambitieux

Le Plan de développement durable de la collectivité montréalaise (2010-2015) propose d’accroître l’indice montréalais de canopée de 5%, le faisant passer de 20% à 25% d’ici 2025.

Pour participer aux efforts de plantation, tout citoyen peut s’adresser :