Arbres montréalais et verdissement

Bienfaits des arbres en villeCette section traite surtout des arbres de propriété municipale, appelé le «domaine public», ce sont les arbres de rues, de parcs et de places publiques.

Selon la Loi 170 du gouvernement du Québec sur la répartition des responsabilités entre la Ville-centre et les arrondissements :

  • la plantation, l’entretien, l’abattage des arbres publics et la réglementation des arbres privés et publics relèvent des arrondissements;
  • la culture des arbres en pépinière, la recherche scientifique et les inventaires globaux, la prévention des insectes ravageurs, l’analyse de la canopée relèvent de la Ville-centre.

Les citoyens ayant des requêtes spécifiques concernant les arbres à proximité de leur résidence doivent consulter le site de leur arrondissement ou s’adresser au 311.

Bienfaits des arbres en ville

La forêt urbaine est en voie d’être enfin reconnue comme une composante vivante et dynamique de l’infrastructure municipale. Elle atténue les impacts du développement urbain sur notre environnement par la création de microclimats, l’amélioration de la qualité de l’air, la réduction de la réflexion de la lumière et du bruit et le contrôle de l’érosion.

  • Selon la Fondation canadienne de l’arbre (FCA), un arbre mature absorbe environ 2,5 kg de carbone par année et un arbre en santé peut capter jusqu’à 7 000 particules en suspension par litre d’air;
  • Un arbre mature pourrait fournir leur ration quotidienne d’oxygène à quatre personnes (FCA);
  • La présence d’un arbre près des maisons peut réduire de 30 % les besoins en climatisation (Michigan State University, Urban Forestry);
  • Un arbre mature peut absorber jusqu’à 450 litres d’eau, pour ensuite les transpirer sous forme de vapeur d’eau (FCA), ce qui rafraîchit l’air ambiant;
  • Pendant une saison de croissance, un érable d’environ 30 cm de diamètre prélèverait dans l’environnement des métaux lourds : 60 mg de cadmium, 140 mg de chrome, 820 mg de nickel et 5 200 mg de plomb;
  • Selon une étude américaine, la présence d’arbres rehausse d’environ 18 % la valeur des propriétés résidentielles (US Forest Service).