Les arbres urbains et le verdissement

Bienfaits des arbres en villeCette section traite surtout des arbres de propriété municipale, appelé le
« domaine public », ce sont les arbres de rues, de parcs et de places publiques.

Voici la répartition des responsabilités entre la Ville-centre et les arrondissements :

  • la plantation d'arbres dans le Programme régulier de plantation, l’entretien, l’abattage des arbres publics et la réglementation des arbres privés et publics relèvent des arrondissements;
  • la culture des arbres en pépinière, la recherche scientifique et les inventaires globaux, la prévention des insectes ravageurs, l’analyse de la canopée et la gestion des contrats de plantation sur le domaine public en lien avec le Programme de la forêt urbaine relèvent du Service des grands parcs, du mont Royal et des sports.

Les citoyens désirant obtenir un permis d'abattage ou ayant des requêtes spécifiques concernant les arbres à proximité de leur résidence doivent consulter le site de leur arrondissement ou s’adresser au 311.

Pourquoi Montréal plante-t-elle des arbres?

De plus en plus de villes à travers le monde reconnaissent l’importance d’avoir un programme de foresterie pour maintenir leur forêt urbaine en santé et en maximiser les bénéfices. Montréal ne fait pas exception à cette tendance. C'est pourquoi elle travaille activement à augmenter son couvert arboricole urbain (la canopée).

L’arbre urbain permet d’assurer une meilleure qualité de vie des citadins. En plus de soutenir le caractère identitaire et la beauté paysagère des quartiers, les arbres urbains offrent une multitude de services écosystémiques indispensables aux villes. La valeur de ces services se chiffre en millions de dollars annuellement. Planter plus d’arbres permet donc à Montréal de faire des économies tout en créant un milieu de vie plus agréable pour les citoyens.

La forêt urbaine joue également un rôle primordial dans la résilience de Montréal face aux changements climatiques. Par exemple, les arbres permettent de réduire la vitesse des vents de même que les risques d’inondation lors d’épisodes de fortes pluies. Les bouleversements climatiques risquent de s’intensifier dans les décennies à venir. Il est donc important de planter davantage d’arbres aujourd’hui pour faire la différence demain.

Le rôle des arbres dans les grandes villes est d'autant plus important que depuis 2012, plus de
50 % de la population mondiale vit en milieu urbain.

Les bienfaits des arbres en ville

La forêt urbaine est une composante vivante et dynamique de l’infrastructure municipale. Elle atténue les impacts du développement urbain sur notre environnement par la création de microclimats, l’amélioration de la qualité de l’air, la réduction de la réflexion de la lumière et du bruit et le contrôle de l’érosion.

  • Selon la Fondation canadienne de l’arbre (FCA), chaque année, un arbre mature de taille moyenne absorbe environ 2,5 kg de dioxyde de carbone (CO2) présent dans l’atmosphère pour le transformer en hydrates de carbone qui permettent à l’arbre de croître tout en libérant de l’oxygène et un arbre en santé peut capter jusqu’à 7 000 particules en suspension par litre d’air;
  • Selon Arbres Canada, il faut environ 500 arbres matures pour absorber la quantité de dioxyde de carbone (CO2) générée par une automobile parcourant 20 000 km/année.
  • Selon Arbres Canada, un arbre mature pourrait fournir leur ration quotidienne d’oxygène à quatre personnes (FCA);
  • La présence d’un arbre placés stratégiquement près des maisons peut réduire de 30 % les besoins en climatisation en été (Michigan State University, Urban Forestry);
  • Selon l’Université d’État de Caroline du Nord, un arbre mature peut absorber jusqu’à 380 litres d’eau du sol en une journée, pour ensuite les rejeter sous forme de vapeur d’eau, ce qui rafraîchit l’air ambiant;
  • Pendant une saison de croissance, un érable d’environ 30 cm de diamètre prélèverait dans l’environnement des métaux lourds : 60 mg de cadmium, 140 mg de chrome, 820 mg de nickel et 5 200 mg de plomb (Georgia University);
  • Selon la Fondation TD des amis de l’environnement, les arbres contribuent à réduire de plus de 4 % la facture annuelle de traitement des eaux de la Ville de Montréal, ce qui représente une économie de 16 millions de dollars;
  • Selon une étude américaine, la présence d’arbres rehausse d’environ 18 % la valeur des propriétés résidentielles (US Forest Service).

Les périodes de plantation

Il y a deux périodes dans l’année pour planter des arbres feuillus : au printemps, lorsque le sol est dégelé (entre la mi-avril et la mi-juin) et à l’automne, de la chute des feuilles jusqu’au gel (fin septembre au début décembre).

  • Certaines essences hivernent mieux si elles sont plantées au printemps (peuplier, saule, orme et bouleau).
  • Les conifères peuvent être plantés tôt au printemps jusqu’à la quatrième semaine après la feuillaison des décidus (pousse des feuilles) ou à l’automne, de la première semaine d’août jusqu’à la fin octobre.

Source : ArbresCanada.ca

Publications