Ville de MontréalGrands parcsBiodiversitéNouvellesDes observatoires revus et améliorés

Des observatoires revus et améliorés

Nouveau concept au bénéfice de la faune et des visiteurs

Observatoires Deux nouveaux observatoires fauniques ont été aménagés : l’un au parc-nature du Cap Saint-Jacques, l’autre au parc-nature de la Pointe-aux-Prairies. Bénéficiant d’un concept revu et amélioré, ces structures permettent l’observation de la faune sans dérangement pour celle-ci, grâce à un mur muni de fentes disposées à différentes hauteurs pour accommoder des visiteurs d’âges variés, se tenant debout ou utilisant un fauteuil roulant. Les aménagements favorisent la protection des milieux humides et riverains, ainsi que d’un habitat important de la tortue géographique, une espèce considérée comme étant vulnérable au Québec.

Observatoire Havre aux tortues

Au début des années 90, un belvédère d’observation de tortues a été installé au parc-nature du Cap-Saint-Jacques, dans la baie du secteur de la Pointe-Madeleine, en raison de sa proximité au lac des Deux Montagnes, un habitat favorable à la tortue géographique de l’Est. Après deux décennies, le temps était venu de renouveler la structure, désormais désuète. Celle-ci a été modifiée afin de répondre, simultanément, au besoin de protection des tortues et au désir des visiteurs d’observer la faune.

Crédit photo : Denis FournierCrédit photo : Denis Fournier

Les données récentes issues des travaux d’un comité provincial de rétablissement de la tortue géographique, auquel participe le Service des grands parcs, du verdissement et du Mont-Royal de la Ville de Montréal, ont permis de relocaliser le nouvel observatoire en fonction des déplacements et des activités de l’espèce. La structure, qui surplombe la baie, permet aux usagers du parc d’observer discrètement les tortues géographiques, plutôt craintives. L’observatoire constitue également un endroit privilégié pour observer les oiseaux aquatiques qui fréquentent le lac des Deux Montagnes. Les accès improvisés en berges, créés par les visiteurs au fil du temps, ont été végétalisés afin de décourager l’empiétement qui perturbe l’habitat et le comportement des tortues.

Les matériaux et le type de construction choisis répondent à des considérations de développement durable et de pérennité. L’ensemble de la structure est en acier galvanisé appuyé sur des piliers en béton de forme conique, alors que le platelage, les garde-corps, le mobilier, de même que les murs d’observation sont en bois de pruche non traité.

Venez découvrir ce nouvel observatoire faunique! Pour en connaître l’emplacement, consultez la carte ci-haut (sous Publications).

Album photos Observatoire Havre aux tortues

Album photos

Observatoire du marais

Au début des années 90, au parc-nature de la Pointe-aux-Prairies, un kiosque a été aménagé au centre d’un marais, accessible de part et d’autre au moyen de passerelles. L’installation devenue désuète devant être démolie, l’aménagement de l’ensemble du secteur a été revu afin de mieux l’adapter à la protection du marais et de la faune qui le fréquente, en tenant compte des besoins des usagers, amateurs d’ornithologie.

Le nouvel observatoire a été construit en bordure du marais, en porte-à-faux, au-dessus de la berge. La structure favorise l’observation de la faune, notamment des oiseaux aquatiques, sans nuisance pour les animaux, particulièrement durant la période de nidification, ainsi que de la reproduction des amphibiens. À cet effet, une porte permet de restreindre l’accès à une partie de la terrasse pour assurer à la faune une plus grande tranquillité au cours de cette période. Des végétaux indigènes ont été plantés pour restaurer la biodiversité du secteur et intégrer harmonieusement l’observatoire au paysage environnant.

Crédit photo Denis FournierCrédit photo Denis Fournier

En étant attentif au marais, il est possible d’y observer la grenouille léopard, le ouaouaron ou encore la tortue peinte à la surface de l’eau ou sur un tronc d’arbre. Le milieu abrite également plusieurs poissons qui font sans doute partie de l’alimentation de certains oiseaux, tels l’épinoche à cinq épines, l’umbre de vase, le tête de boule, le mené ventre-rouge, le mené ventre citron et le crapet soleil.

Parmi les oiseaux qui fréquentent le marais, notons le canard colvert, le canard branchu et la bernache du Canada. Certaines espèces installent leur nid en bordure de l’eau dans la frange herbacée. On peut parfois apercevoir un canard barboteur qui cherche sa nourriture en basculant la tête dans l’eau, sans l’enfoncer totalement comme le font les canards plongeurs. De plus, contrairement à ces derniers, les canards barboteurs ne courent pas sur l’eau pour s’envoler, grâce à leurs pattes situées au milieu du corps qui leur permet un décollage presque à la verticale!

Pour répondre à des considérations de développement durable et de pérennité, l’observatoire est construit de pièces d’acier cortène et d’acier galvanisé, alors que le platelage, le mobilier et les murs d’observation.

Album photos Observatoire du marais

Album photos