Les résidus de jardin... pas dans les parcs!

Avec la belle saison vient le plaisir du jardinage. L’entretien du jardin engendre la production de résidus végétaux, dont on souhaite disposer. Dans le but de préserver les écosystèmes des parcs montréalais, les résidus verts issus des jardins, des potagers ou des aménagements paysagers ne doivent en aucune circonstance être déposés dans un parc.

Jardinage en ville

Une question d’équilibre

Dans un système naturel, le sol se nourrit de matières organiques qu'il se charge de transformer, par l'intermédiaire des organismes du sol, à un état assimilable par les plantes. Le travail de décomposition est réalisé par des bactéries, champignons et autres organismes décomposeurs. Dans cette optique, le dépôt de résidus de plantes dans un parc peut sembler constituer une action louable de compostage, à l’instar du cycle de décomposition qui se fait en nature... Mais détrompez-vous! Faire du compost en milieu naturel à partir de résidus verts issus des activités de jardinage n’est pas une bonne idée.

Ces résidus verts de jardinage (branches, feuilles, terre, végétaux, etc.), même s’ils sont compostables, peuvent nuire à l’équilibre de l’écosystème lorsqu’ils se retrouvent, par la suite, en milieu naturel. Ils peuvent répandre des maladies susceptibles d’affecter les plantes du milieu récepteur ou propager par leurs graines des espèces de plantes indésirables, non indigènes, voire envahissantes dans certains cas. Des plantes de jardin qui se retrouvent, par exemple, en forêt risquent de supplanter les végétaux qui devraient naturellement s’établir dans la communauté végétale en place. Il s’ensuit un déséquilibre et une perte de biodiversité dans l’habitat. Quelques tiges d’une plante couvre-sol, déposées dans le sous-bois, peuvent se répandre rapidement, du fait que la plante possède un fort potentiel d’adaptation et qu’elle est compétitive. Son implantation empêchera les plantes caractéristiques de cette strate végétale de se développer et ainsi, la composition du sous-bois changera complètement, ce qui n’est pas sans conséquence sur la faune qui fréquente cet habitat.


L'égopode podagraire convient en cour privée, mais en milieu naturel, elle peut devenir très envahissante... Quel désastre!

Disposer adéquatement des résidus verts

Les arrondissements font la collecte gratuite des résidus verts. Informez-vous auprès de votre arrondissement pour connaître l’horaire des collectes, les modalités de fonctionnement et les résidus acceptés. Les écocentres sont aussi des lieux où il est possible d’apporter les déchets organiques, qui seront ensuite transformés en engrais naturel et réutilisés.

Disposer de ses résidus verts dans les lieux adéquats permet de réaliser la bonne action de compostage souhaitée, en transformant les résidus en engrais naturel sans déséquilibrer les écosystèmes, tout en évitant la production de gaz à effet de serre associée à leur décomposition au site d’enfouissement.