Ville de MontréalGrands parcsMilieux naturelsRépertoire des milieux naturels protégés

Répertoire des milieux naturels protégés

Inspiré des démarches du gouvernement québécois et d’autres organismes mondiaux, l’agglomération de Montréal a décidé, le 17 décembre 2009, de créer un répertoire des milieux naturels protégés sur le territoire.

Ce répertoire vise principalement :

  • à confirmer officiellement les sites naturels de l’agglomération qui ont pour vocation la protection, le maintien et/ou le rehaussement de la biodiversité à long terme;
    à rendre compte des efforts consentis par la collectivité montréalaise (gouvernement fédéral et provincial, municipalités et propriétaires privés) à cet effet.

Pour faire partie du Répertoire

Tous les sites inscrits au Répertoire doivent répondre à la définition des «aires protégées» de l’Union internationale de conservation de la nature (UICN) :

«Une aire protégée est un espace géographique clairement défini, reconnu, consacré et géré, par tout moyen efficace, juridique ou autre, afin d’assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services éco systémiques et les valeurs culturelles qui lui sont associés.»

L’inscription des différentes catégories de sites résulte d’une démarche volontaire, avec l’assentiment du propriétaire du site :

  • Catégorie A - sites municipaux
  • Catégorie B - sites de propriété gouvernementale
  • Catégorie C - sites de propriété privée

L’inscription des sites de catégorie B et C n’entraîne aucune responsabilité particulière pour l’agglomération ou la Ville de Montréal puisque la gestion de ces sites ne relève pas d’eux. Il en est toutefois autrement pour les sites de catégorie A.

Conditions d’inscription pour les sites naturels municipaux de catégorie A

Pour être inscrits, les sites municipaux, qui sont pour la plupart des parcs, doivent :

  • être dotés d’un zonage dit de «conservation», pour les soustraire à de possibles usages incompatibles avec la protection des milieux naturels. correspondant à une surface équivalente sur le site ou hors site.
  • De plus, 75% de leur espace doivent être à prédominance naturelle et gérés de façon écologique.
  • Leur inscription doit être avalisée par l’instance desquels ils relèvent (conseil d’arrondissement, conseil de la Ville ou de l’agglomération de Montréal).

Règles de protection accrues pour les sites naturels municipaux de catégorie A

  • Les projets de construction de bâtiment ou d’aménagement d’envergure (bâtiment de plus de 25 mètres carrés d’implantation au sol, aménagement touchant une surface de terrain de plus de 250 mètres carrés pouvant entraîner une perte significative d’habitat) seront soumis à une évaluation basée sur une approche visant d’abord l’évitement des pertes d’habitat. Dans le cas où une perte d’habitat s’avérerait inévitable, celle-ci devrait être compensée par la naturalisation de secteurs perturbés ou encore la création d’habitats alternatifs.
  • Le but poursuivi par l’inscription d’un site vise d’abord à conférer une vocation à perpétuité ou à très long terme des espaces à prédominance naturelle, sans pour autant y interdire certaines transformations ou y restreindre l’accès pour la pratique de diverses activités de récréation extensive ou d’éducation.


Un premier site municipal est inscrit à ce jour

Le boisé du parc Marcel-Laurin, situé dans l’arrondissement de Saint-Laurent, a été consigné au Répertoire en décembre 2010, à la demande de l’arrondissement de Saint-Laurent.