Services en ligne

Sélectionnez un service à droite pour plus de détails.

Choisir un service

Tous les services en ligne

Nous joindre

Maison de la culture Frontenac

Expositions

Accessible gratuitement, la maison de la culture propose de découvrir chaque mois de nouvelles expositions.

Heures d'ouverture

Du mardi au jeudi de 12 h à 19 h 
Du vendredi au dimanche de 12 h à 17 h 

Expositions à l'affiche | 30 novembre 2016 au 15 janvier 2017

Light Flaps : chronique de la lumière

Une exposition de Stefan Nitoslawski | Studio 1

 Stefan Nitoslaeski, De la série Light Flaps : chronique de la lumière, 2012, 100 x 70 cm
Light Flaps : chronique de la lumière, une exposition inédite de Stefan Nitoslawski, allie photographie, vidéo et son dans un environnement sensoriel unique.

Le sacré se manifeste dans l’anodin

L’artiste s’inspire des puissantes fluctuations de la lumière solaire pour créer des images harmonieuses dont la simplicité rétorque, selon l’artiste, à la complexité de notre monde.

Modeler la lumière naturelle

À l’aide de miroirs installés dans le sable, Stefan Nitoslawski manipule la lumière naturelle pour créer une variété de formes et des volumes aux lignes droites et aux tonalités dictées par la position du soleil. Ici, la lumière bénéficie de la même présence « matérialisée » que l’ombre. C’est d’ailleurs avec la volonté de donner à la lumière un poids égal à l’ombre que l’artiste a cherché à découvrir ses pourtours et à faire ressortir ses formes.

Il en résulte des compositions abstraites géométriques, parfois sérielles, dont certaines ne sont pas sans rappeler la peinture hard edge. Cette similarité est toutefois trompeuse puisque les formes d’ombre et de lumière captées par l’objectif de l’artiste ne sont qu’éphémères. Elles sont vouées à se transformer, jusqu’à disparaître complètement puis à réapparaître, selon le mouvement de rotation de la Terre.

Exposition immersive

L’exposition est également investie d’une composition électroacoustique, qui trace des parcours et tisse des liens entre les photographies et la projection vidéo, entre les images fixes et mobiles. Cette tapisserie sonore, qui transcende le réel, reconfigure les lieux. Ainsi, l’espace sonore marque l’expérience du visuel et vice versa, de telle sorte que les spectateurs sont complètement immergés dans l’univers onirique de Stefan Nitoslawski.

À propos de l'artiste

Biographie de Stefan Nitoslawski

Par des jeux d’images photographiques et des vidéos présentés dans des environnements immersifs, Stefan Nitoslawski s’interroge sur la cristallisation de matière en mutation. Sa première exposition, Ouvrir la main, a eu lieu en 1992 à la Galerie FF de Lodz en Pologne. Il a depuis exposé ailleurs en Europe et au Canada, notamment au Musée de la photographie à Odense au Danemark (Uncovering Hidden Dimentions,1993), au Musée de la cinématographie de Lodz (Shape-shifters, 2007), à la Cinémathèque québécoise à Montréal (Méta-morphoses, 2008) et au Centre for the Visual Arts à Nassau au Bahamas (Light Flaps, 2011).

Il est également cinéaste et directeur de la photographie primé pour son travail. Il a réalisé, entre autres, le film Liberté, égalité, accommodements (2010), documentaire controversé sur la Commission Bouchard/Taylor.

En savoir + sur l'artiste

Pipeline | La traite humaine en Italie

Une exposition d'Elena Perlino | Studio 2

Présentée en partenariat avec Les Rencontres Internationales de la Photographie en Gaspésie

Elena Perlino, Joy sortant de la forêt, Turin (Italie), 2006, tirage numérique, impression Fine Art texturé, 50 x 60 cm

L'Office des Nations unies contre la drogue et le crime a classé le Nigeria dans la liste des huit pays les plus affectés par la traite des êtres humains. Depuis 2008, la photographe italienne Elena Perlino documente ce sujet sensible, se concentrant principalement sur ses connexions avec l’Italie, pays où se développe une vaste industrie du sexe, basée sur la traite de femmes africaines.

Rencontres poignantes

Le travail d’Elena Perlino tente de montrer la complexité et les contradictions de l’expérience de ces femmes en témoignant de leur quotidien dans différentes villes italiennes, de Turin à Gênes, en passant par Rome, Naples jusqu'à Palerme.

En collectant les histoires des prostituées de Benin City (dans l’État d’Edo, au Nigeria), d’où proviennent près de 80 % des femmes victimes de la traite, ce reportage témoigne des multiples raisons de leur migration – qu’elle soit forcée ou volontaire. Elena Perlino nous livre un travail documentaire franc et poignant sur la vie de ces femmes.

L'exposition Pipeline a été présentée pour la première fois au Québec à New-Richmond à l'été 2015 pour la 6e édition des Rencontres Internationales de la Photographie en Gaspésie. Découvrez l'artiste en vidéo

À propos de l'artiste

Biographie d’Elena Perlino

Née en 1972 en Italie et vivant maintenant en France, Elena Perlino a obtenu une maîtrise en littérature de l’Université de Turin. Elle se consacre depuis lors à la photographie documentaire et à des projets de recherche personnels.

Son travail a figuré dans de nombreuses expositions et publications (Visa pour l’image, Perpignan - France; Institut des Cultures d'Islam, Paris - France; Palazzo delle Arti di Napoli, Naples - Italie;  Lawndale Art Center, Texas – États-Unis).

Le projet Pipeline a reçu en 2103 le Prix Portfolio ANI, Vendôme, France.

Elle a reçu une subvention en 2015 de la Fondation Magnum ainsi qu’une bourse de l’Open Society Foundations pour son livre Pipeline. Ses photos font parties de collections privées.

Un ouvrage photographique éponyme a été publié aux éditions André Frère (version française) et aux éditions Schilt Publishing (version anglaise). Site internet des maisons d'édition : www.andrefrereditions.com  / www.schiltpublishing.com

En savoir + sur l'artiste

Expositions à venir

Du 25 janvier au 26 février 2017

Le hasard contenu
Tableaux de Brigitte Radecki et Antonietta Grassi 
Depuis près de 20 ans, Brigitte Radecki et Antonietta Grassi poursuivent un dialogue autour de la question – toujours pas réglée – de la peinture abstraite.

 

::::::::::

Antonietta Grassi, Sideways, 2016, huile et acrylique sur toile | Brigitte Radecki, collage

Fit in the Crowd
Installation de Julien-Robert
Fit in the Crowd est un triptyque vidéo interactif illustrant certains aspects de la vie urbaine. Avec des images projetées à la manière d’un stroboscope aveuglant, l’œuvre évoque la sursaturation de messages auxquels nous sommes exposés tous les jours.

Fit in the Crowd de Julien-Robert

Du 8 mars au 15 avril 2017


Transfigurations
Tableaux de Pol Turgeon
Cette exposition se présente comme une suite de tableaux de personnages chevauchant les époques et les dimensions. On se trouve ici face à une galerie d’êtres chimériques dont l’identité semble toujours fluide, échappant constamment à une définition claire, ni tout à fait humaine ni tout à fait animale, souvent à la fois mâle et femelle, contemporaine mais avec un relent d’une autre époque.

 ::::::::::
Dr. Louis Martinet, 2009, graphite, gouache et collage sur Stonehenge, 27 x 25 cm. J.-A.-D. Ingres, 2013, graphite, gouache et encre sur Stonehenge, 37 x 28,5 cm.
Martin Bureau – Œuvres récentes
Tableaux
Les tableaux récents, films et installations vidéo de Martin Bureau explorent les tensions de l’image depuis différents contextes géopolitiques troubles. Son travail s’affirme dans une démarche alliant l’art visuel et le documentaire expérimental.
Anthropocène 1, 2016, graphite et acrylique sur bois, 122 x 183cm. Crédits : Martin Bureau


Du 26 avril au 3 juin 2017

Printemps autochtone d’art 3
Multidisciplinaire
Le travail des artistes kahnawakeró:non Babe et Carla Hemlock touche un large éventail de médiums pour nous plonger au cœur de leurs identités contemporaines de Kanien’kehá:ka. L’exposition célèbre ces artistes renommés à l’international, mais peu connus sur leur propre territoire.

::::::::::

Babe et Carla Hemlock, Continuance, 2015, 25
Spectres
Tableaux de Jérémie St-Pierre
L’exposition Spectres jette un regard critique sur les mouvements migratoires humains, sur leurs causes, sur leurs effets et sur les bouleversements qu’ils engendrent.
Spectre 4, 2016, acrylique et crayon de plomb sur papier BFK Rives, 40,5 cm X 51 cm. Crédit : Jérémie St-Pierre

Expositions passées

 

Perdre et retrouver le Nord
Une exposition de Marie-Hélène Cousineau
À l'affiche du 19 octobre au 20 novembre 2016

 

 

 

:::::::::::

Marie-Hélène Cousineau présente Perdre et retrouver le Nord
 

L’ombre du corps
Une exposition de Dominic Papillon
À l'affiche du 19 octobre au 20 novembre 2016

L’ombre du corps de Dominic Papillon

 

Feuilletez le calendrier Automne 2016 pour ne rien rater

Calendrier de la maison de la culture Frontenac