Services en ligne

Sélectionnez un service à droite pour plus de détails.

 

Choisir un service

 

Tous les services en ligne

 
Nous joindre

Les parcs de l’arrondissement

Square Saint-Louis

Sur la rue Saint-Denis, entre l'avenue des Pins et la rue Sherbrooke

Dès le 22 septembre 2014, on installera des pavés et de bordures de béton aux entrées et des clôtures décoratives pour rediriger la circulation piétonne.

Information supplémentaire

Données historiques

Le 2 septembre 1848, la Corporation de Montréal acquiert un terrain d'Alexandre Maurice Delisle du coteau Barron (ou Baron), où elle aménage un réservoir d'eau. L'inauguration prévue pour le 24 juin 1851, mais reportée deux jours plus tard, est l'occasion de dénommer le réservoir Jean-Baptiste, toponyme cependant fort peu utilisé. L'origine du toponyme actuel du square demeure obscure. D'une part, il pourrait trouver son origine du quartier où il est situé, lequel tire son nom du faubourg, le faubourg le tenant lui, du Coteau Saint-Louis (citadelle) dans la vieille ville.

D'autre part, il pourrait rappeler une famille d'entrepreneurs du nom de Saint-Louis, qui possède également plusieurs propriétés dans le secteur et habite en bordure du square. Il est intéressant de signaler que cette même dénomination de Saint-Louis identifie la paroisse, fondée dans le secteur en 1888 et consacrée au saint roi Louis de France.

L'acte de vente d'Alexandre Delisle prévoit déjà la largeur à conserver aux rues situées de chaque côté du réservoir et stipule la nature des matériaux à utiliser pour les maisons futures, tout en prohibant la construction de bâtiments industriels. Ainsi lorsque le réservoir Jean-Baptiste devient désuet, après la construction du réservoir McTavish en 1879, le lieu devient un parc public, au centre d'un ensemble résidentiel de choix.

En 1880, on entreprend l'aménagement du square, on nivelle le remblai qui retient l'eau, on refait le fond et les côtés du bassin, on érige une fontaine et trace des sentiers. La succession Delisle cède le terrain nécessaire à l'ouverture des rues Ernest (côté nord) et Albina (côté sud), qui disparaissent plus tard dans la dénomination du square.

Extrait de l'ouvrage «Les rues de Montréal — Répertoire historique» 1995 — Éditions du Méridien