Services en ligne

Sélectionnez un service à droite pour plus de détails.

 

Choisir un service

 

Tous les services en ligne

 

Les graffitis

Historique des graffitis

Le graffiti existe depuis l'homme des cavernes. À travers les âges, le graffiti a pris différentes formes reflétant ainsi la société ou la civilisation qui le pratique. Le graffiti moderne qu'il prenne la forme d'une contestation, d'une revendication, d'un gribouillis ou d'un dessin artistique, ne fait pas l'unanimité auprès de la population. Aussi, il appartient à la municipalité de mettre en place des moyens pour répondre aux besoins de l'ensemble des citoyens. Certains veulent l'élimination complète des graffiti alors que d'autres veulent en faire. C'est pourquoi, la Ville de Montréal a choisi une approche globale afin de respecter ses citoyens et offrir des solutions viables pour tous.

Le graffiti moderne se singularise par rapport aux autres formes de vandalisme en milieu urbain. En effet, les jeunes qui s'adonnent à cette activité visent la notoriété en réalisant des graffitis les plus visibles possibles auxquels ils peuvent être identifiés grâce à leur signature, tout en demeurant anonymes en tant qu'individus. Ce faisant, ce n'est plus un acte gratuit visant simplement à briser un bien quelconque (banc, fenêtre, etc.) sans raison, ni logique. Il s'agit plutôt de laisser sa marque, la trace de son passage de manière à être reconnu par ses pairs. À ce sujet, la majorité des jeunes justifient le fait de graffiter partout par la prolifération de la publicité dans l'espace urbain.

En raison même de cet aspect ludique et malgré qu'il s'agisse d'un acte répréhensible et réprimé socialement, le graffiti est une activité récurrente, difficile à enrayer.

Une analyse plus poussée fait ressortir que le graffiti est, dans certains cas, un symptôme d'un malaise plus profond que ne le laisse croire le geste de graffiter illégalement.