Jardins communautaires

Jardin communautaireLa Ville a entrepris, en 2006, une campagne de caractérisation de tous les jardins communautaires qu’elle gère afin d’y évaluer la qualité des sols. Un comité had hoc formé par des intervenants de la section des sols et des arrondissements a élaboré un programme de caractérisation adapté aux différents jardins ainsi qu’un plan d’action pour faire face à la problématique des sols contaminés.

À ce jour, 95 des 98 jardins montréalais ont été caractérisés. Les rapports d’études qui signalaient la présence de sols contaminés ont été transmis à la Direction de santé publique (DSP). Celle-ci a évalué s’il était encore approprié d’y cultiver des légumes. En tout, la DSP a formulé 80 avis.

Résultat : 61 des 95 jardins étudiés ne nécessitaient aucune intervention, 12 ont dû être décontaminés et 1 a été fermé. Enfin, 19 jardins devront être décontaminés, soit parce qu’il n’est plus recommandé d’y cultiver des plantes comestibles, soit pour améliorer la qualité environnementale des sols à long terme.

Plan d’intervention

Afin de maintenir l’accessibilité des jardins communautaires affectés par la contamination, le comité ad hoc a mis au point une stratégie d’intervention et des solutions pour décontaminer les terrains. Le comité a choisi de prioriser les jardins pour lesquels la Direction de santé publique a recommandé d’interdire la culture de plantes potagères.

Il existe toute une gamme de solutions envisageables en fonction du degré de contamination des sols, de la profondeur affectée ou du nombre de jardinets. Le comité de la Ville a proposé diverses interventions, notamment l’enlèvement des sols contaminés dans le secteur touché et leur remplacement par des sols propres, la construction de bacs de culture hors-sol et la relocalisation du jardin.

Dans l’attente d’une intervention, certains jardins restent ouverts à la culture de fleurs ou de plantes ornementales afin que les citoyens puissent continuer à profiter des bienfaits du jardinage.