Historique du CESM

1895 : On commence à exploiter une carrière de calcaire sur le site.

1925 : La famille Miron achète cette carrière. Elle l’exploitera pendant plus de 60 ans et y dirigera une cimenterie.

1968 : La firme Miron utilise une partie de la carrière comme site d’enfouissement.

1984 : La Ville de Montréal acquiert le terrain.

1988 : La Ville reprend l’exploitation du site d’enfouissement selon les normes imposées par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec.

1989-2008 : On installe plus de 375 puits de captage des biogaz afin de prévenir les émissions et les gaz à effet de serre polluants.

1989 : La Ville y installe son Centre de récupération et de tri des matières recyclables.

1995 : Le site est rebaptisé Complexe environnemental de Saint-Michel (CESM).

1996 : La centrale Gazmont convertit les biogaz en électricité.

2000 : Le site d’enfouissement ne reçoit plus de déchets putrescibles. Ceux-ci sont réorientés vers d’autres endroits.

2009 : Après l’accumulation de plus de 40 millions de tonnes de déchets, le CESM met fin à ses activités d’enfouissement des matériaux secs provenant des travaux de démolition, de construction et de rénovation.

2011 : Les sols BC, les matériaux d'excavation (roche, gravats de béton et d'asphalte) ne sont plus acceptés.

Présentement, on n’y accueille plus que des matériaux d’excavation (terre AB) pouvant servir à recouvrir le site d’enfouissement. Les principaux clients du Complexe sont les arrondissements montréalais, les entreprises d’excavation et les entrepreneurs en construction.