Questions, commentaires

Suivez-nous sur :

Réduction à la source

Particules en suspension totales

Les particules en suspension totales (PST) sont des particules solides ou liquides portées par l’air, comme la poussière.

Les premières interventions réglementaires afin de diminuer la présence de poussières dans l’air ambiant ont été réalisées par l’établissement de normes aux particules totales en suspension. Au fil des années, des épurateurs ont été installés par les industries sources de ces émissions de particules afin de respecter les normes d’émission de 50mg/m3 pour plusieurs activités industrielles.

Normes en vigueur dans l’air ambiant

Le Règlement 90 (Règlement 2001-10 de la Communauté métropolitaine de Montréal) fixe la limite maximale acceptable de concentration pour les PST à :

  • 150 µg/m3 pour la moyenne de 24 heures;
  • 70 µg/m3 pour la moyenne annuelle.

La norme pour la moyenne annuelle est respectée, alors que celle pour la moyenne de 24 heures est parfois dépassée à différents endroits de Montréal.

La Ville de Montréal a progressivement remplacé la mesure des PST par celle des particules fines dans plusieurs postes d’échantillonnage du Réseau de surveillance de la qualité de l’air.

Situation actuelle

La qualité de l’air ambiant s’est améliorée grâce à l’introduction des normes municipales. Afin de les respecter, les entreprises responsables de la plupart de ces émissions ont installé des épurateurs.

Par ailleurs, la fermeture de deux cimenteries a nettement amélioré la qualité de l’air dans les secteurs avoisinants. À preuve, la concentration de PST près de l’ancienne carrière Miron (où les valeurs de PST les plus élevées étaient enregistrées à Montréal) a chuté de 83 %, passant de 316 µg/m3 en 1969 à 53 µg/m3 en 1999 (dernière année de mesure à cet endroit). Il est à noter que ces valeurs représentent des moyennes 24h.