Questions, commentaires

Suivez-nous sur :

Historique

Quelques dates importantes marquent l’évolution de la mesure de la qualité de l’air à Montréal :

1959 : La Ville de Montréal commence à évaluer la qualité de l’air ambiant. Elle installe alors un premier réseau d'échantillonnage comptant 22 jauges pour recueillir les retombées de poussière.

1967 : La Ville acquiert des échantillonneurs et des analyseurs en continu. Elle les installe dans neuf stations (huit sur son territoire et une à Hampstead). Ces stations mesurent les teneurs en dioxyde de soufre et les indices de souillure.

1970 : Le réseau de mesure de la qualité de l’air prend de l’expansion lors de la création de la Communauté urbaine de Montréal (CUM). Il couvre alors l’ensemble du territoire.

1980 : Les concentrations des polluants mesurés aux stations d'échantillonnage sont désormais transmises par télémétrie, c’est-à-dire par ligne téléphonique reliée à un ordinateur central. On peut ainsi surveiller ces polluants en temps réel.

1981 : Les réseaux de surveillance de la qualité de l’air ambiant de la CUM et du ministère de l’Environnement du Québec fusionnent. La CUM obtient le mandat exclusif de mesurer et de contrôler sur son territoire les émissions atmosphériques des sources industrielles, commerciales, résidentielles et institutionnelles.

2001 : La Communauté urbaine de Montréal est abolie et le réseau de surveillance de la qualité de l'air passe sous la responsabilité de la Ville de Montréal qui gère aussi l'application du règlement relatif à l'assainissement de l'air.