Surverses

Le réseau d'égout (réseaux secondaire et principal) de l'Île de Montréal comporte 162 ouvrages de surveses. Un ouvrage de surverse est composé d'une chambre souterraine qui permet aux eaux usées de s'écouler vers deux directions selon les conditions d'opération: le réseau d'égout principal et le cours d'eau récepteur. En temps normal, c'est à dire en temps sec, en temps de fonte de neige et durant les périodes de pluie usuelle, les eaux usées s'écoulent entièrement vers le réseau d'égout principal avant d'atteindre la station d'épuration des eaux usées. Parfois, sous l'effet des débits d'eau pluvial captés lors de pluies exceptionnelles, le réseau d'égout n'a pas la capacité suffisante pour laisser toutes les eaux s'écouler vers la Station. C'est sous cette condition qu'une partie des eaux combinant des eaux de pluie et des eaux usées s'écoule vers le cours d'eau récepteur durant une courte période. Évidemment, le cours d'eau récepteur au sud est le Fleuve Saint-Laurent et celui au nord, la rivière des Prairies.

Schéma typique d'un ouvrage de surverseConsulter un schéma découlement typique d'un ouvrage de surverse [PDF - 0,84 Mo - 1 page]

Une question de comportement

Chaque ouvrage de surverse montre un comportement hydraulique qui lui est propre. C'est-à-dire que chaque ouvrage réagit de façon différente aux volumes d'eau générés par un événement pluvieux. Certains ouvrages de surverse sont statiques, c'est-à-dire que c'est la capacité du réseau qui contrôle le débit qui s'écoule vers le réseau principal. Certains autres ouvrages de surverse sont dynamiques. C'est le cas de 36 ouvrages qui sont contrôlés par des vannes actionnées automatiquement en temps réel (système CIDI) selon la capacité résiduelle des intercepteurs et de la station d'épuration des eaux usées.

 

Un débordement d'eau usée, même combiné à de l'eau de pluie constitue une nuisance pour les usagers des cours d'eau. La station d'épuration des eaux usées a donc entrepris des études pour améliorer l'opération de son réseau d'intercepteurs (le système CIDI est une exemple) et envisage fortement l'utilisation de réservoirs de rétention.  
Refoulement d'égoût dû aux pluies intenses
Au fil de l'eau