Réseau d’égouts

L’eau que nous utilisons pour la douche ou le lavage et qui disparaît dans le drain de la maison va d’abord rejoindre une conduite d'égout locale enfouie sous la rue. Chaque rue possède un égout capable de recevoir toute les eaux usées sanitaires générées dans les résidences, les institutions, les commerces et les usines situés en bordure. Une fois captée par l'égout local, cette eau sanitaire entreprend un long périple à travers l'immense réseau de collecte d'égouts souterrain qui sillonne l'île. Les conduites d'égout locale d'un quartier convergent vers un tuyau de plus grand diamètre appelé collecteur. Tous les collecteurs se déversent dans des conduites très profondes et de très grande dimension appelées intercepteurs. L'intercepteur Sud et l'intercepteur Nord qui ceinturent l'île de Montréal recueillent les millions de litres d'eaux usées produites quotidiennement.

Avant 1984, toute cette eau usée était simplement rejetée dans les cours d’eau et les lacs entourant l’île.  Avec le temps, ces rejets ont fini par constituer une source importante de pollution. Heureusement, ce problème a été réglé en très grande partie grâce à la mise en place d’un réseau d’intercepteurs et à la construction d’une usine d’épuration. Certaines portions du réseau d’intercepteurs sont si énormes que le métro de Montréal pourrait y circuler. Les deux intercepteurs (un réseau combiné) acheminent approximativement 1000 milliards de litres d'eaux usées chaque année vers la Station d’épuration des eaux usées Jean-R.-Marcotte de la Ville de Montréal. Là, toute cette eau souillée est débarrassée en très grande partie de ses saletés et de ses polluants avant d’être rendue au fleuve.

Pour obtenir des statistiques sur le réseau de collecte des eaux usées visitez la page l'eau en chiffres.

Types de réseaux à Montréal

Des réseaux simples ou doubles

Les réseaux d’égouts de l’Île de Montréal se divisent en deux catégories, unitaires (combinés) ou séparatifs. En d’autres mots, simples ou doubles. Les réseaux unitaires, n’ont qu’une seule conduite capable de recevoir les eaux sanitaires des maisons, des usines et des commerces, ainsi que l’eau de pluie. Les réseaux séparatifs ont deux conduites séparées, un pour les eaux sanitaires et l’autre pour l’eau de pluie.

Les réseaux unitaires couvrent les deux tiers du territoire de l’île, surtout au centre et à l’est. Comme ils transportent l’eau de pluie en plus de l’eau sanitaire, leur débit peut augmenter de beaucoup en période d’orage ou de pluie intense et même, présenter des risques de débordement.

Dans les réseaux séparatifs, qui desservent le tiers ouest de l’Île, c’est différent. L’eau sanitaire et l’eau de pluie empruntent des chemins différents. Seule l’eau sanitaire se rend aux intercepteurs et à la Station d’épuration. L’eau de pluie est déversée directement dans les cours d’eau entourant l’île.

Raccordement inversés:  En savoir plus

Des chefs-d’œuvre souterrains

On trouve un grand nombre de vieilles conduites d’égouts en briques dans le Vieux-Montréal. Ce sont des chefs-d’œuvre de maçonnerie dont certains ont plus  de cent ans. Ces conduites, de type unitaire, demeurent en bon état puisque la brique, ayant été cuite, est plus résistante que le béton.

En savoir plus

Refoulement d'égoût dû aux pluies intenses
Au fil de l'eau