COVID-19
Montréal est au palier alerte maximale. S'informer

Capsules

Le patrimoine du sport

En 1983, l’UNESCO a fait du 18 avril la Journée internationale des monuments et des sites et le thème retenu pour l'année 2016 par le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) est le patrimoine du sport. À cette occasion, le Conseil du patrimoine de Montréal (CPM) se joint à d’autres organismes montréalais pour faire connaître davantage ce patrimoine et certains des éléments importants qui en font la richesse.

L'héritage amérindien

Le Montreal Snowshoe Club sur le mont Royal, 1884 (Source : Musée McCord)Agrandir l'image

L’histoire des sports au Canada doit beaucoup à la culture autochtone, qui est à l’origine de la crosse, du toboggan et de la raquette. Adaptée d’une pratique religieuse amérindienne nommée le baggataway, la crosse s’implante si bien dans la colonie qu’elle en devient l’un des sports nationaux. La crosse moderne voit le jour à Montréal, où le premier club, The Lacrosse Club of Montreal, est créé en 1856. Ce sport est popularisé en 1859 grâce à la publication d’une brochure, écrite par le docteur George Beers, qui en énonce les règles.

La pratique de la raquette est également reprise par les Canadiens, comme en témoigne la fondation du Montreal Snowshoe Club en 1840. Surnommés « Tuques bleues » en raison de leurs habits, les premiers membres de cette association organisent des randonnées et des courses en raquettes sur le mont Royal. À l’initiative d’un des membres, un carnaval d’hiver est organisé de 1883 à 1889. Le programme de festivités comprend notamment des parties de curling et de hockey, des randonnées en raquettes, des courses de traîne sauvage et des activités de patinage.

Les premiers sports organisés à Montréal

Équipe de hockey de l'Université McGill, 1904 (Source : Musée McCord)Agrandir l'image

À partir des années 1800, plusieurs clubs sportifs voient le jour à Montréal et jouent un rôle important dans le développement local du sport. Le premier est le Montreal Curling Club, établi en 1807 par des Montréalais d’origine écossaise. Sa fondation représente les débuts des sports organisés au Canada. Le pavillon du Montreal Curling Club, dessiné par les architectes Hyde & Nobbs et inauguré en 1892 sur l’actuel boulevard de Maisonneuve, est encore utilisé par le club. Toujours actif, il est la plus ancienne association sportive en Amérique du Nord.

Les associations sportives se multiplient durant la seconde moitié du 19e siècle, parmi lesquelles la première organisation cycliste au Canada, le Montreal Bicycle Club (1878), qui tient des courses et expéditions en vélo. Un vélodrome tout en bois est inauguré à Verdun en 1898 (aujourd’hui démoli) et accueille l’année suivante le championnat du monde de cyclisme sur piste, témoignant de la vitalité de ce sport à cette époque.

Introduit par les colons français au 17e siècle, le patinage devient populaire comme passe-temps, puis comme sport de compétition dans les années 1860. Il est en partie à l’origine du sport qui a pris naissance au Canada et qui en est devenu la discipline nationale : le hockey. C’est en 1875 qu’aurait eu lieu la toute première partie de l’histoire, au Victoria Skating Rink de Montréal, entre des étudiants de l’université McGill. Quelques années plus tard, dans le cadre du carnaval d’hiver de Montréal de 1883, se tient le premier championnat de hockey où s’affrontent pour la première fois des équipes de hockey de villes différentes. Montréal voit la naissance en 1886 de l’Association de hockey amateur du Canada, puis en 1909 du grand club canadien-français qui fait toujours la fierté des Montréalais : les Canadiens de Montréal.

Cependant, au 19e siècle, en raison des horaires de travail imposés aux ouvriers et des frais requis pour l’inscription à un club sportif, ce type d’activités ne s'adresse pas à toutes les couches de la population montréalaise et reste l’apanage des classes dirigeantes. Ce n’est qu’à partir de la fin du 19e siècle que les sports se popularisent, notamment avec la réduction des heures de travail des ouvriers. Les premières organisations sportives francophones apparaissent d’ailleurs dans les années 1890 sur l’initiative de quelques membres de la bourgeoisie francophone.

L’attrait de la montagne

Skieurs sur le mont Royal, 1955 (Source : Archives de la Ville de Montréal)Agrandir l'image

L’inauguration du parc du Mont-Royal en 1876 offre aux Montréalais l’occasion de pratiquer plusieurs loisirs sportifs. À partir de 1884 et durant près de 60 ans, les couloirs de glisse du Toboggan and Ski Club sur le flanc ouest, près de l’actuel lac des Castors, constituent une véritable attraction. Les flancs est du mont Royal jusqu’à l’actuel parc Jeanne-Mance sont quant à eux occupés par le plus ancien club de golf d’Amérique du Nord, le Montreal Golf Club. Fondé en 1873, il occupe ce terrain durant une vingtaine d’années avant de déménager à Dixie, dans la paroisse de Dorval. Le flanc nord de la montagne, lui, est fréquenté par le club de chasse Montreal Hunt Club, qui y pratique la chasse à courre jusqu’en 1920. Aussi appelée vénerie, cette pratique consiste à chasser un animal sauvage avec le concours d'une meute de chiens. Dès le début du 20e siècle, les trois sommets de la montagne servent aussi de terrain de jeux aux skieurs, qui profitent d’un remonte-pente près du lac aux Castors de 1945 jusqu’au début des années 2000.

Infrastructures sportives

Bain Maisonneuve, s.d. (Source : Archives de la Ville de Montréal)Agrandir l'image

La nage aussi s’organise progressivement en sport et le Montreal Swimming Club, fondé en 1876, offre des cours de natation et tient des compétitions dans le Saint-Laurent. Parallèlement, plusieurs bains publics sont construits à Montréal à compter de 1883, mais surtout entre les années 1910 et 1930. Bien que leur but soit principalement de répondre à un besoin d’hygiène dans des quartiers où de nombreux logements n’ont ni bain ni douche, ces lieux remplissent la fonction de piscines publiques. Pour la plupart utilisés aujourd’hui à d’autres fins, plusieurs de ces bâtiments sont encore présents dans le cadre bâti montréalais. Certains bains publics sont apparus durant la crise économique des années 1930, dans le cadre des mesures de secours direct. Ces mesures ont d'ailleurs également permis de financer la construction d’importantes infrastructures à Verdun : l’Auditorium de Verdun (1938-1939) et le Natatorium (1940).

À partir des années 1930 environ, certains sports, tel le baseball, se développent comme une entreprise visant à attirer des spectateurs et accumuler des profits. À Montréal, les premières formes de cette activité, le Bat and Bail, remontent aux années 1860. À la fin du 19e siècle, une équipe professionnelle est créée. Il faut toutefois attendre 1928 pour voir renaître l’équipe, nommée les Royaux, dans un tout nouveau stade construit à l’angle des rues de Lorimier et Ontario. Rendue célèbre par son joueur étoile Jackie Robinson, l’équipe fait vibrer le stade De Lorimier jusqu’en 1960. En 1969, une équipe professionnelle, les Expos, est de retour à Montréal et joue au stade du parc Jarry jusqu’en 1976, avant de s'installer au Stade olympique.

Parcs publics et Parc olympique

Le Parc olympique en 1986. On voit, au premier plan, l’aréna Maurice-Richard, le Centre Pierre-Charbonneau et le vélodrome. À l’arrière, la tour du stade est en construction. (Source : Archives de la Ville de Montréal)Agrandir l'image

L’après-guerre est marqué par le baby-boom et la Ville de Montréal s’intéresse de plus en plus à la mise sur pied d’activités sportives et de loisirs pour les enfants. En 1954, elle crée le Service des parcs. Sous la direction de Claude Robillard, un réseau de piscines extérieures et plusieurs aménagements sont réalisés dans les parcs de la ville au cours des années 1950. Cette période marque ainsi les débuts de l’organisation des sports et des loisirs pour les jeunes à la Ville de Montréal. Au début des années 1960, dans l’est de la ville, la vocation sportive de la partie sud du parc Maisonneuve s’affirme par l’inauguration de grandes infrastructures : l’aréna Maurice-Richard et le Centre Maisonneuve (devenu le Centre sportif Pierre-Charbonneau).

L’emblème du patrimoine du sport à Montréal est sans contredit le Parc olympique et son Stade, érigé pour les Jeux olympiques d’été de 1976. Cet ensemble concrétise la fonction sportive de la partie sud du parc Maisonneuve. L’année 2016 marque d’ailleurs le 40e anniversaire de cet évènement. Conçu par l’architecte français Roger Taillibert, le Stade olympique représente un jalon dans l’architecture moderne par sa construction en béton précontraint, une prouesse technologique à l’époque. Son célèbre mât incliné en a fait une véritable icône du Montréal moderne. Plusieurs autres infrastructures construites pour les Jeux olympiques profitent encore aujourd’hui aux sportifs, dont le Bassin olympique de l’île Notre-Dame, conçu pour les compétitions d’aviron et de canoë-kayak, sans oublier la plus importante installation sportive montréalaise, le complexe sportif Claude-Robillard, site des compétitions de handball, de water-polo et de hockey sur gazon. Certaines autres ont été reconverties, tel l’ancien vélodrome, qui est devenu le Biodôme. Le Stade olympique, quant à lui, a été occupé par Les Expos de 1977 à 2004. Le Village olympique, aussi connu sous le nom de pyramides olympiques, érigé pour loger les athlètes, abrite aujourd’hui appartements et bureaux.

Commémoration

La toponymie rappelle le souvenir de grands sportifs montréalais. Plusieurs rues portent ainsi le nom de personnages du monde du hockey (Dick Irvin, Bernard Geoffrion, Hector Toe Blake, Arthur Therrien), d'hommes forts (Victor Delamarre, Louis Cyr) et de certains autres athlètes montréalais (Rosanne Laflamme, George Vernot, Étienne Desmarteau).

Des activités mettant en vedette le patrimoine du sport seront organisées par différents organismes partenaires réunis par Héritage Montréal en avril 2016. Restez à l’affût !

Pour en savoir plus :

Consultez le site du Conseil international des monuments et des sites

Sources :

Archives de la Ville de Montréal. Chronique Montréalité no 27 et no 28 : Le hockey à Montréal, http://archivesmontreal.com.

Archives de la Ville de Montréal. Chronique Montréalité no 32 : Le baseball à Montréal de 1860 à 1960, http://archivesmontreal.com.

Jean-Paul Massicotte et Claude Lessard. Histoire du sport de l’Antiquité au XIXe siècle. Sillery, Presses de l’Université du Québec, 1984, 324 p.