Ville de MontréalJeanne-Mance
Jeanne-Mance, Fondatrice de Montréal

Proclamation de Jeanne Mance à titre de fondatrice de Montréal à l’égal de Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve

Le 17 mai 2012, la Ville de Montréal proclame Jeanne Mance fondatrice de Montréal à l’égal de Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve.

La reconnaissance de Jeanne Mance fait suite à une démarche menée par la Ville visant à déterminer son rôle lors de la fondation de Montréal. C’est l’historien Jacques Lacoursière qui, mandaté par l’Administration municipale, a recensé et compilé une série de faits historiques qui précisent et attestent de l'importance de ce rôle et justifient cette proclamation officielle.

Lancer le visionnementVisionner la vidéo
C’est à l’initiative du maire de Montréal, monsieur Gérald Tremblay, que l'historien Jacques Lacoursière, appuyé par d'autres historiens renommés, a entrepris une démarche d’un an qui a mené à la reconnaissance de Jeanne Mance à titre de fondatrice de Montréal à l'égal de Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve. Cette proclamation a été adoptée lors d’une séance extraordinaire du conseil municipal le 17 mai 2012, à l’occasion du 370e anniversaire de la fondation de Montréal.

Nous tenons à remercier les organismes suivants :

  • Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centre d'archives de Montréal
  • Université McGill. Bibliothèque de l'Université McGill, Division des livres rares et des collections spécialisées
  • Prêtres de Saint-Sulpice de Montréal
  • Archives de la Ville de Montréal

Calendrier

Le 17 mai 2012

  • Le conseil municipal adopte la proclamation visant à reconnaître Jeanne Mance fondatrice de Montréal à l’égal du fondateur Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve.

Le 22 mai 2012

  • Lancement du DVD du film La Folle entreprise, sur les pas de Jeanne Mance, d’Annabelle Loyola (lancé le 8 mars 2011), en présence des invités d’honneur de Jacques Lacoursière et Sœur Thérèse Payer et Bruno Clerc, consulat général de France à Montréal. Le DVD sera disponible en version originale française et en version sous-titrée anglaise à La Boîte noire.
Du 21 au 24 mai 2012
  • Projection à Québec, au cinéma Cartier, du film La Folle entreprise, sur les pas de Jeanne Mance et présence de Jacques Lacoursière lors de la projection du 23 mai.
Le 26 mai 2012
  • Visite guidée organisée par le Centre d’histoire de Montréal « Sur les traces de Maisonneuve et de Jeanne Mance : découverte de Montréal à l'époque de la Nouvelle-France » en suivant les traces de Maisonneuve et de Jeanne Mance dans les rues du Vieux-Montréal.

Personnage
JEANNE MANCE, 1606-1673

Jeanne Mance naît le 12 novembre 1606 à Langres, en Champagne (France). Très dévote, Jeanne Mance, qui ne s’est jamais mariée, travaille comme garde-malade à l’hôpital de sa ville. La fin des guerres de religions et l’humanisme dévot qui s’ensuit donne naissance à la Société de Notre-Dame de Montréal qui préside à la fondation de Ville-Marie, une fondation mystique. C’est dans ce contexte que Jeanne Mance et Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, tous les deux très dévots, sont choisis pour remplir cette mission.

À l’âge de 34 ans, Jeanne Mance quitte son pays pour la Nouvelle-France et arrive à Ville-Marie où, avec Maisonneuve, elle fonde Montréal le 17 mai 1642. L’année suivante, elle crée l’Hôtel-Dieu de Montréal. Première infirmière laïque en Amérique du Nord, elle en assure la direction.

Jeanne Mance contribue activement au développement de la nouvelle colonie. « Jeanne Mance, en soignant les gens, en les dépannant, en les écoutant sans compter son temps ni sa peine, a su tisser à la fois un réseau de rapports humains harmonieux, mais aussi l’étoffe d’une société nouvelle » raconte Françoise Deroy-Pineau, sa biographe. De plus, écrit-elle, « dans son Hôtel-Dieu, il n’y avait pas de distinction entre pauvres ou riches, amis ou ennemis, Français ou Amérindiens, hommes ou femmes, tous et toutes trouvaient un accueil sans restriction ».

Pour l’historien et bénédictin français Dom Guy-Marie Oury, l’œuvre de Jeanne Mance est immense. En effet, « de 1641 à sa mort en 1673, Jeanne Mance a mis au service de la colonie de Montréal sa compétence et ses talents naturels. Elle a été l’intendante de la colonie à ses débuts, la créatrice et l’administratrice de l’Hôtel-Dieu, la conseillère de Maisonneuve, l’initiatrice de nombreuses décisions qui ont permis à la colonie d’assurer sa survie et son développement (1649-1651-1653), la femme de tête et de cœur à qui chacun recourait dans les difficultés. Elle a aidé sainte Marguerite Bourgeoys à s’installer (1653) et à prendre en charge l’instruction des enfants de Montréal. Elle a hâté la venue des Sulpiciens (1657). Elle a secondé les Filles de Saint-Joseph, hospitalières dans leur installation (1659) et leur développement ».

Celle que l’on a affectueusement appelée l’ange de la colonie s’éteint le 18 juin 1673, à l’âge de 66 ans avec, à son chevet, Marguerite Bourgeoys.

400e de Maisonneuve