Une nouvelle murale de Marianne Chevalier voit le jour dans l'arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointes-aux-Trembles

4 novembre 2022

Montréal, le 4 novembre 2022 -La Ville de Montréal s'enrichit aujourd'hui d'une nouvelle murale de l'artiste Marianne Chevalier, intitulée Au diapason. Formée de deux interventions artistiques, la murale recouvre la façade du nouveau chalet du parc Armand-Bombardier, qui sert de salle polyvalente dans le parc depuis l'été 2022. L'œuvre a été financée dans le cadre de l'Entente sur le développement culturel de Montréal, conclue entre le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal. 

Au diapason, de l'artiste Marianne Chevalier

Se mettre au diapason

L'œuvre est composée de lignes brisées colorées en relief, complétées de longues planches noires qui reprennent les motifs horizontaux du toit de la terrasse arrière du bâtiment. Les lignes noires représentent des trajectoires : celles de personnes, d'organismes ou de groupes culturels. Ces lignes se mettent à palpiter dans un espace distinct qui pourrait représenter celui du chalet ou tout autre lieu où l'on se regroupe pour créer ou vivre une expérience collective.

« Les portions colorées représentent l'exaltation que l'on peut ressentir lors d'activités, de rencontres et d'évènements culturels. Elles symbolisent la vibration sociale et le lien que l'on peut créer les uns avec les autres pendant ces moments de communauté. Se mettre au diapason, c'est se placer  en phase avec autrui et avec les circonstances du moment. C'est créer une énergie positive afin de maintenir le lien entre tous et chacun, comme l'œuvre l'illustre », a déclaré l'artiste Marianne Chevalier.

Faire place aux jeunes du quartier

Des activités de médiation culturelle ont permis aux enfants et aux adolescents du secteur de s'impliquer dans le projet.

« Marianne Chevalier, artiste dont la facture est organique et colorée, a intégré des textures et des motifs créés par des jeunes qui fréquentent Le Phare, un organisme communautaire voisin bien ancré dans le quartier et très actif auprès des familles depuis plus de 40 ans. L'œuvre porte donc la parole et le geste de la communauté locale. Cet échange entre l'art et la population offre une profondeur unique à la murale », a souligné la responsable de la culture et du patrimoine au comité exécutif, Ericka Alneus.

« Nous inaugurons aujourd'hui une magnifique murale réalisée par l'intermédiaire de l'Entente sur le développement culturel de Montréal. L'œuvre Au diapason témoigne de l'importance d'inclure les jeunes et la communauté dans le processus de création artistique. Je tiens à saluer l'engagement de la Ville de Montréal dans la promotion de la culture et à souligner le talent de l'artiste Marianne Chevalier. Je félicite également les jeunes de l'organisme Le Phare pour leur contribution à la concrétisation de cette murale », a mentionné le ministre de la Culture et des Communications, ministre responsable de la Jeunesse et ministre responsable de la région de l'Abitibi-Témiscamingue et de la région de l'Outaouais, Mathieu Lacombe.

« L'arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointes-aux-Trembles est extrêmement fier d'avoir eu la chance de prendre part au développement de cette murale en plein cœur du quartier. L'œuvre symbolise parfaitement l'essence même de cet espace voué à être un lieu de rassemblement et d'échanges au bénéfice de nos organismes et de la population », ajoute la mairesse de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Caroline Bourgeois

À propos de Marianne Chevalier

Marianne Chevalier s'intéresse à l'élaboration d'allégories par l'entremise d'assemblage d'éléments photocopiés provenant de différentes sources. Elle détient un baccalauréat en design graphique de l'UQAM (2005) et une maîtrise en arts visuels de l'Université Laval à Québec (2008). Son travail a été présenté au Canada, en Écosse et en Irlande. Depuis 2019, elle est invitée à participer à des concours d'intégration des arts à l'architecture.  

La Ville de Montréal tient à féliciter pour leurs propositions les finalistes au concours d'art public: Isabelle Demers et Patrick Bérubé. 

À propos du Bureau d'art public 

Depuis 1989, le Bureau d'art public est responsable de la gestion de la collection municipale d'art public. Celle-ci compte aujourd'hui plus de 360 œuvres, la plus ancienne datant de 1809, qui sont intégrées aux espaces publics (parcs, squares et places publiques), ainsi qu'aux édifices municipaux (bibliothèques, maisons de la culture, centres sportifs et autres). 

Découvrez la collection d'art public de la Ville de Montréal

-30-