Prolongement du REM dans l'Est : un projet majeur qui gagne à être bonifié pour le bénéfice des citoyen.ne.s de MHM

15 décembre 2020

Montréal, le 15 décembre 2020 - Prenant connaissance aujourd'hui des détails du projet de prolongement du Réseau express métropolitain (REM) de l'Est présenté par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ-Infrastructure), maître d'œuvre de ce grand chantier, l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve salue cet investissement pour l'Est de Montréal. Si nous nous réjouissons de l'arrivée d'un projet de transport collectif structurant dans l'Est, nous sommes toutefois préoccupés par son implantation harmonieuse dans l'arrondissement, et nous nous interrogeons quant à son apport complémentaire à l'offre actuelle.

« Je reconnais bien sûr l'incroyable opportunité que constitue l'avènement d'un projet de cette envergure dans l'arrondissement, et plus largement, à l'échelle de la ville. Mais à titre de représentant élu par la population de MHM, je me questionne sur certains aspects du projet qui auront un impact sur nos citoyen.ne.s, présents et futurs », a déclaré le maire de l'arrondissement, Pierre Lessard-Blais.

Le déploiement d'une infrastructure de cette ampleur dans une trame urbaine représente évidemment un défi sur le plan de l'intégration. Considérant la forte densité de certains secteurs qui seront traversés par le futur REM, et par conséquent, la grande proximité de plusieurs habitations avec un mode de transport conçu en voie aérienne, les enjeux de cohabitation sont réels, notamment sur la portion empruntant la rue Sherbrooke. De plus, sa quasi-juxtaposition sur la ligne de métro parcourant ce même secteur suscite des questionnements quant à sa bonification au réseau déjà existant, le sud de l'arrondissement, à cette hauteur, demeurant nettement désavantagé en termes de transport collectif.

« Je suis satisfait de voir que la CDPQ-Infra prévoit consulter les parties prenantes et les partenaires afin de trouver des solutions aux différents enjeux que soulève un projet de cette envergure. Nous espérons que la population de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve aura l'écoute du gouvernement et de la Caisse. Les citoyen.ne.s, notamment ceux de Tétreaultville, ne pourront accepter de voir le train passer sans pouvoir y embarquer. En plus de s'intégrer harmonieusement aux quartiers, ce projet de transport collectif structurant doit contribuer à la desserte des résident.e.s touchés, et en aucun cas, compromettre leur qualité de vie. Donc, pour que cette proposition soit réellement attractive et qu'elle contribue à réduire la dépendance à l'automobile, elle doit répondre aux besoins des gens auxquels elle s'adresse », a souligné M. Lessard-Blais.

« C'est probablement le chantier du siècle dans l'Est, et c'est sans conteste le plus important depuis le méga chantier olympique. Il va sans dire qu'un projet de cette importance s'accompagne d'une responsabilité équivalente et nécessite, par conséquent, une réflexion rigoureuse et bien ancrée dans la réalité afin de rallier la population d'aujourd'hui, mais aussi celle de demain. Or, ce sera notamment le mandat du Bureau des audiences publiques sur l'environnement (BAPE), à l'automne prochain », a-t-il conclu.