Campement Notre-Dame - L'incendie du 5 décembre mène à l'évacuation d'urgence du campement

6 décembre 2020

Montréal, le 6 décembre 2020 - À la suite de l'incendie qui s'est déclaré hier matin, 5 décembre, au campement Notre-Dame, et afin d'assurer la sécurité des campeurs et des résidents du secteur, le directeur par intérim du Service de sécurité incendie et coordonnateur de la Sécurité civile de l'agglomération de Montréal, Richard Liebmann, ordonne l'évacuation d'urgence du campement de la rue Notre-Dame, situé sur le terrain du ministère des Transports du Québec (MTQ). En effet, à la suite de plusieurs incendies et devant l'important nombre de dangerosités sur le site, incluant beaucoup de matériel inflammable, le directeur conclut que la sécurité des occupants est gravement menacée et qu'il faut agir sans plus de délai. 

« Depuis l'installation du campement sur la rue Notre-Dame, nous travaillons dans la tolérance et dans le respect de la dignité des campeuses et des campeurs pour répondre à leurs besoins et assurer leur sécurité. C'est dans cet esprit que, dans les derniers mois, nous avons travaillé sans relâche pour leur offrir des options et mettre à leur disposition tous les moyens pour qu'ils puissent s'abriter au chaud pour l'hiver en mettant en place des centres d'hébergement d'urgence, des haltes-chaleurs, des navettes et un service d'entreposage. L'opération de mise à l'abri volontaire et solidaire a d'ailleurs permis de passer de 123 tentes à 58 sur le site. Mais l'incendie survenu samedi est non seulement très préoccupant, il aurait pu être tragique et entraîner des décès. Comme administration municipale, nous avons la responsabilité d'assurer la sécurité de nos concitoyennes et concitoyens, nous allons donc faire le nécessaire pour loger les campeuses et campeurs dans un endroit sécuritaire dès maintenant », déclare la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Le ministère des Transports du Québec, propriétaire du site sur lequel s'est érigé le campement, est sur place et demande aux occupants de démanteler leurs campements, de retirer leurs biens et de quitter les lieux.

Rappelons que la décision d'évacuer d'urgence fait suite à un incendie survenu samedi matin au campement Notre-Dame. Ce dernier incident, causé par l'utilisation d'une chandelle, aurait pu avoir des conséquences catastrophiques, telles que l'explosion de la bonbonne de propane située à proximité, entraînant de graves blessés et même des décès, si un camion incendie n'avait pas été à proximité au moment de l'incident. Par ailleurs, avec l'arrivée du froid, les intervenants sur le terrain observent une augmentation importante de l'utilisation d'équipement chauffant artisanal et de matériel inflammable au campement, et ce sans supervision et sans dispositif d'alerte pour les occupants. « Nous avons l'obligation de prévenir toute situation dangereuse pour la population. Au cours des dernières semaines, nos équipes ont visité le campement sur une base régulière pour vérifier le matériel présent et faire de la sensibilisation auprès des campeurs en matière de prévention des incendies. Devant la multiplication des incidents liés à des équipements de chauffage artisanaux, la présence de dispositifs inflammables sans supervision, posant des risques pour la santé et la vie des personnes présentes sur le site, nous concluons que la sécurité des personnes est menacée et nous ne pouvons plus tolérer ce niveau de risque », a ajouté le directeur par intérim du service de sécurité incendie.

Une équipe d'intervenants sociaux accompagne les campeuses et campeurs vers des ressources d'hébergement d'urgence et un service de déménagement est disponible afin de les aider à emballer leurs effets personnels. Ces biens seront désinfectés, transportés et consignés gratuitement jusqu'au 31 mars 2021. Un service de transport est également mis à la disposition des personnes du campement pour les accompagner vers la halte-chaleur CAP-CARE situé dans l'ancien YMCA de l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve ainsi qu'au refuge opéré par Mission Bon Accueil à l'hôtel Place Dupuis, où des centaines de lits sont disponibles pour l'hiver. 

De concert avec le réseau de la santé et les organismes communautaires,  la Ville déploie des efforts sans précédent pour assurer la sécurité des personnes en situation d'itinérance et en particulier pour les hommes et les femmes du campement Notre-Dame. Un important plan de mesures hivernales a été mis en place, offrant deux fois plus de ressources que l'hiver dernier, avec notamment 400 lits d'urgence supplémentaires et 9 haltes-chaleur pour les soirs et les nuits partout sur le territoire, afin de ne laisser personne derrière.

 

– 30 –