Rapport de l'ombudsman sur les VAS et le REV - La Ville de Montréal prend acte et présente ses solutions

3 décembre 2020

Montréal, le 3 décembre 2020 -  La Ville de Montréal prend acte du rapport de l'Ombudsman de Montréal, Mme Nadine Mailloux, et accueille favorablement les recommandations qui y sont émises concernant le déploiement des Voies actives sécuritaires (VAS) et du Réseau express vélo (REV). Tel que mentionné à plusieurs reprises dans le rapport, les équipes de la Ville ont travaillé étroitement avec Mme Mailloux afin d'apporter les ajustements nécessaires rapidement et de manière proactive, et continueront d'améliorer leurs pratiques à la lumière des conclusions du rapport. Il est aussi important de souligner que le bureau de l'Ombudsman a reçu plus de 80 messages de citoyennes et citoyens manifestant leur satisfaction par rapport à plusieurs de ces aménagements, principalement les VAS et le REV.

« Je retiens que nous avons du travail à faire pour améliorer les communications faites aux citoyens, même si nous sommes dans l'urgence, même si les projets ont leur raison d'être. Je salue le travail du bureau de l'Ombudsman, ainsi que la grande capacité d'adaptation et d'écoute des employés de la Ville dans ces projets. Le fruit de cette collaboration a permis d'adapter les aménagements que nous avons déployés, qu'ils soient temporaires dans le cas des VAS, ou permanents pour le REV, afin d'assurer, d'abord et avant tout, la sécurité de tous les usagers de la route, particulièrement en temps de pandémie. Alors que nous avons été proactifs pour proposer des solutions de mobilité novatrices dans un contexte inédit et exceptionnel, nous avons également su nous ajuster tout aussi rapidement pour corriger les problématiques dès qu'elles étaient soulevées. Ces apprentissages précieux feront dorénavant partie intégrante de nos processus », a mentionné Valérie Plante, mairesse de Montréal.

Voies actives et sécuritaires

Rappelons que les VAS étaient des aménagements temporaires pensés afin de donner de l'espace supplémentaire à la population pour se déplacer de façon active et sécuritaire en respectant la distanciation physique dans le contexte d'urgence sanitaire. Pour des raisons logistiques, elles ont été retirées à l'automne, tel qu'annoncé dès leur implantation. Ces aménagements ont donc été déployés rapidement, et ont été conçus de manière flexible afin de pouvoir être modifiés au besoin. Soulignons que cette façon de faire, qualifiée d'urbanisme tactique, a constitué la réponse de choix de plusieurs grandes villes du monde aux prises avec les mêmes enjeux. Ainsi, des correctifs ont été faits tout au long de la démarche. De plus, le rapport souligne que le retrait des aménagements s'est bien déroulé et qu'aucune plainte n'a été reçue à ce sujet. Bien que ces aménagements soient maintenant retirés, une démarche globale d'évaluation des VAS a également été menée dans une optique d'amélioration continue.

Réseau express vélo

Le REV est quant à lui un réseau cyclable permanent déployé afin de permettre à toute la population de se déplacer à vélo de manière sécuritaire, efficace et confortable à l'année. Il a été annoncé en 2017 et fait l'objet de consultations publiques en 2018, ainsi que de séances d'information en 2019 et 2020. Devant les commentaires des citoyens en lien avec le début des travaux du REV Saint-Denis, la Ville s'est ajustée, notamment en adaptant son calendrier de travaux pour offrir aux commerçants et aux restaurateurs un répit à la suite du confinement du printemps, et en mettant en place un nouveau programme de soutien financier. Les travaux d'aménagement des axes du REV Saint-Jacques et Saint-Antoine, qui devaient débuter en 2020, ont également été reportés à une date ultérieure.

Concernant le REV Bellechasse, le rapport reconnaît la proactivité de l'arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie afin de trouver des mesures alternatives au retrait d'espaces de stationnement, parmi lesquelles la relocalisation des zones de livraison sur les rues transversales et la relocalisation des zones de stationnement de 60 minutes. L'ensemble des places réservées pour les personnes à mobilité réduite a été conservé ou relocalisé à proximité. Les services de l'arrondissement continuent de maintenir un dialogue ouvert avec les citoyens et les commerçants pour trouver des solutions aux enjeux soulevés, tout en maintenant les aménagements.

« Nous avons entendu les citoyennes et les citoyens. Beaucoup de travail a été fait pour répondre à leurs questions, leurs besoins et leurs préoccupations, mais nous pouvons toujours faire mieux. Leur contribution est essentielle à la mise en place de projets de mobilité porteurs, qui auront une incidence directe sur leur qualité de vie. Nous poursuivons et bonifierons nos démarches afin de les informer et de les impliquer dans ce processus, afin de réaliser des aménagements qu'ils seront enthousiastes de s'approprier », a conclu Eric Alan Caldwell, responsable de la mobilité et de l'urbanisme au comité exécutif.

 

– 30 –