Lutte contre les dépôts sauvages : RDP-PAT serre la vis aux pollueurs

2 décembre 2020

Montréal, le 2 décembre 2020 - Afin de lutter contre les dépôts sauvages qui sont un véritable fléau sur son territoire, l'arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles décuple les amendes pour les citoyens ou entrepreneurs qui polluent l'environnement.

« Les citoyens de RDP-PAT sont nombreux à avoir remarqué, que ce soit sur le bord d'une route, d'un boisé ou d'un terrain vague, des amoncellements de déchets laissés illégalement par des gens qui n'ont pas le sens du civisme », affirme la mairesse Caroline Bourgeois. Ces comportements mobilisent plusieurs employés de l'arrondissement, en plus de parfois contaminer des terrains à long terme et c'est pourquoi il est important de s'y attaquer. »

En effet, les dépôts sauvages constituent une problématique récurrente dans RDP-PAT. Toutes les semaines, les employés des travaux publics de l'arrondissement sont appelés à intervenir pour ramasser des amoncellements de toutes sortes. Dans la dernière année, on a remarqué une augmentation du phénomène. Les entreprises semblent également de plus en plus responsables de ces dépôts sauvages illégaux.

La conseillère d'arrondissement Lisa Christensen a décidé il y a environ un an de se pencher sur la question et s'est étonnée du montant des amendes prévues au règlement. « Les amendes étaient basses et ne semblaient pas dissuader les contrevenants, affirme Lisa Christensen. S'il se faisait attraper, quelqu'un qui jetait des déchets sur le bord de la route pouvait s'en tirer pour 100$. Il fallait à tout prix donner des dents à notre règlement », affirme la représentante de La-Pointe-aux-Prairies. 

Amendes décuplées
Après analyse, l'amende minimale pour une infraction au Règlement sur la propreté pour le territoire de RDP-PAT pour tout ce qui correspond aux dépôts sauvages passe de 100 $ à 1000 $, jusqu'à un maximum de 2000 $. En cas de récidive, un individu recevrait une amende minimale de 2500 $, jusqu'à concurrence de 4000 $.  Pour les entreprises, l'amende minimale passerait de 350 $ à 2000 $. En cas de récidive, l'amende minimale augmenterait à 4000 $ plutôt que les 600$ prévus jusqu'à maintenant. L'amende maximale pourrait atteindre 6000 $.

« On veut envoyer un message fort : arrêtez de polluer notre territoire! Il existe des alternatives responsables pour se débarrasser des matières résiduelles, à la fois publiques comme les éco-centres ou privées.  Nos citoyens ont assez enduré ces dépôts sauvages qui nuisent à notre qualité de vie et même contaminent des terrains. La propreté est l'affaire de tous », conclut la mairesse Caroline Bourgeois. 

Le dossier a fait l'objet d'un avis de motion au conseil d'arrondissement de novembre, et les élus ont adopté à l'unanimité le projet de règlement à la séance du 1er décembre.