COVID-19
Montréal est au palier alerte maximale. Couvre-feu en vigueur de 20 h à 5 h. S'informer

Place des Montréalaises - La Ville de Montréal présente sa stratégie d'hommage aux Montréalaises

2 décembre 2020

Montréal, le 2 décembre 2020 - La mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante, a dévoilé ce matin lors de la séance du comité exécutif, le concept de la place des Montréalaises visant à rendre hommage aux femmes de Montréal, qu'elles soient connues, méconnues ou oubliées. Rappelons que ce grand projet urbain, aménagé aux abords de la station Champs-de-mars et au-dessus de l'autoroute Ville-Marie, deviendra un lieu d'arrêt et de rassemblement, un belvédère sur la ville et une place publique phare de la métropole.

Avec l'hommage aux femmes comme thème unificateur, la Ville de Montréal souhaite créer un lieu de rencontres et de découvertes pour l'ensemble de la population montréalaise.

« Aujourd'hui, nous soulignons l'apport de Montréalaises de tous les horizons, qui ont ouvert des portes dans des domaines où les femmes étaient généralement exclues. Par leur vision, leurs convictions et leurs actions, elles ont pavé la voie à d'autres femmes. Avec cette nouvelle place publique, nous rendons également un hommage permanent aux 14 femmes qui ont perdu la vie dans l'attentat féminicide du 6 décembre 1989 à Polytechnique. Il était essentiel pour moi que ce projet phare de la Ville puisse reconnaître l'apport de toutes ces Montréalaises à notre histoire », a souligné la mairesse.

Au cœur de la place publique, un concept imaginé par l'artiste Angela Silver, en collaboration avec la firme Lemay, rend hommage à 21 Montréalaises. Ce concept se décline en trois composantes : un pré fleuri, une oeuvre-miroir et un emmarchement.

Sur le miroir des Montréalaises, qui sera illuminé le soir, on retrouve d'un côté les noms des 14 victimes du féminicide de l'École polytechnique. De l'autre côté, sont inscrits les noms de sept pionnières de la métropole issues de différents domaines :

  • Myra Cree (1937-2005) – Culture et communications;
  • Jessie Maxwell-Smith (1920-2000) – Éducation et développement social;
  • Agnès Vautier (1896-1976) – Sports et loisirs;
  • Ida Roth Steinberg (1885-1942) – Affaires et économie;
  • Idola Saint-Jean (1880-1945) – Démocratie et société;
  • Harriet Brooks (1876-1933) – Sciences et éducation;
  • Jeanne Mance (1606-1673) – Santé et administration.

Le nom de chacune de ces 21 femmes n'apparaîtra qu'une seule fois de manière complète et sera ensuite fragmenté en un champ de lettres découpées dans la surface du miroir. Ces mêmes lettres se retrouvent aussi transposées sur les contremarches de l'emmarchement.

La place Marie-Josèphe-Angélique, située à l'ouest du métro Champ-de-Mars, sera aussi mise en valeur dans le cadre du projet de la place des Montréalaises. Cette désignation vise à rendre hommage à Marie-Josèphe-Angélique (1705-1734), une esclave qui a connu un destin tragique. Accusée d'avoir allumé un incendie ayant détruit une partie de la ville de Montréal, elle a été reconnue coupable puis exécutée au terme d'un procès biaisé. Le destin de Marie-Josèphe-Angélique témoigne du sort tragique imposé aux personnes autochtones et noires réduites en esclavage au cours de notre histoire.

Le toponyme "La place des Montréalaises" est une initiative du Conseil des Montréalaises. Soulignons finalement que le projet s'est vu décerner un prix d'excellence du Canadian Architect. Le concept complet de l'aménagement devrait être présenté en 2021, et les travaux seront réalisés de 2022 à 2024.