COVID-19
Montréal est au palier alerte orange. S'informer

Ouverture de trois sites d'hébergement d'urgence et des services de stabilité résidentielle pour les personnes en situation d'itinérance à Montréal

27 août 2020

Montréal, le 27 août 2020 - La mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante, le ministre délégué à la santé et aux services sociaux, M. Lionel Carmant, et la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Mme Chantal Rouleau, annoncent aujourd'hui l'ouverture de trois sites d'hébergement qui accueilleront des personnes en situation d'itinérance à Montréal jusqu'au 31 mars 2021. Ces sites se situent dans l'ancien hôpital Royal Victoria, au Complexe Guy-Favreau et dans l'ancien YMCA dans l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

L'annonce a été faite aujourd'hui, à l'ancien hôpital Royal Victoria, en présence notamment de Mme Sonia Bélanger, présidente-directrice générale du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal (CCSMTL), de M. Samuel Watts, président-directeur général de Mission Bon Accueil, de Mme Heather Johnston, directrice générale de Projets Autochtones du Québec, et de Mme Isabelle Piché, directrice générale du CAP St-Barnabé.

Rappelons que pour soutenir les personnes en situation d'itinérance, au plus fort de la pandémie et du confinement, l'agglomération de Montréal, le réseau de la santé et des services sociaux ainsi que les partenaires communautaires ont déployé des mesures exceptionnelles pour compenser la fermeture et la réduction de certains services communautaires et l'impact des consignes sanitaires dans les refuges. Des hébergements temporaires ont ainsi été mis sur pied dans des arénas et des centres, lesquels reprennent graduellement leurs activités régulières. En prévision de la fermeture de ces ressources temporaires et de la reprise partielle des activités des services d'hébergement d'urgence traditionnels, le Centre de coordination des mesures d'urgence (CCMU) de l'agglomération de Montréal et le CCSMTL ont élaboré un plan de transition, de concert avec le RAPSIM, le MMFIM et le Cercle consultatif pour la santé des autochtones à Montréal.

Le plan de transition, qui comprend notamment les trois sites d'hébergement annoncés aujourd'hui, permettra aux Montréalaises et aux Montréalais en situation d'itinérance de disposer de quelque 850 places. Cet hiver, 200 lits supplémentaires à haut seuil d'accessibilité  pour hommes et femmes sont également prévus dans un lieu qui demeure à confirmer. Les travaux des partenaires se poursuivent également pour assurer la vigie de la réponse aux différents besoins.

●      Depuis le début juillet, à l'ancien hôpital Royal Victoria, près de 200 places sont offertes. Les organismes Mission Bon Accueil et Mission Old Brewery, conjointement avec la Maison du Père, assurent la gestion de quatre étages permettant d'accueillir des hommes et des femmes, dont un étage pour les personnes en attente de résultats d'un test de dépistage ou atteintes de la COVID-19 (en partenariat avec la Direction du programme santé mentale et dépendance du CCSMTL). Un étage héberge également des femmes sous la supervision du Chaînon et du pavillon Patricia Mackenzie.

●      Depuis le 19 août, administré par Projets autochtones du Québec (PAQ), le Complexe Guy-Favreau dispose de près d'une cinquantaine de lits d'urgence à haut seuil d'accessibilité pour la population autochtone et inuit en situation d'itinérance.

●      À compter du 31 août, géré par CAP Saint-Barnabé et CARE Montréal, l'ancien YMCA Hochelaga offrira de l'hébergement  d'urgence à haut seuil d'accessibilité à 65 personnes. Les deux organismes offriront également de nouvelles places dans leurs sites, incluant un espace dédié aux jeunes. 

●      De plus, certains refuges traditionnels augmentent leur capacité d'accueil.

●      Enfin, quelque 200 personnes en situation d'itinérance obtiendront de l'accompagnement personnalisé et une aide pour se loger dans le cadre du programme de supplément au loyer de la Société d'habitation du Québec.

Citations

Valérie Plante, mairesse de Montréal

« L'agglomération de Montréal, le réseau de la santé et les organismes communautaires ont réussi, depuis le début de la pandémie, à éviter que la crise sanitaire ne se transforme en une crise humanitaire en mettant rapidement sur pied des sites d'hébergement temporaires et alimentaires dans le cadre des mesures d'urgence. En ouvrant trois nouveaux sites d'hébergement, Montréal et ses partenaires poursuivent leurs efforts pour que les personnes en situation d'itinérance à Montréal puissent bénéficier d'un toit pour dormir, prendre des repas et recevoir un accompagnement de qualité malgré les défis que nous imposera la pandémie au cours des prochains mois. »

 

Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux

« Depuis le début de la crise sanitaire, le CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal est à pied d'œuvre avec les autorités de la Ville de Montréal, la santé publique et les partenaires communautaires pour assurer une réponse rapide, inclusive et évolutive aux besoins des personnes en situation d'itinérance. Dans le cadre de l'Instance stratégique en itinérance, le ministère de la Santé et des services sociaux a assuré un soutien et un accompagnement constant. Un travail exemplaire qui a permis de mettre en place une trajectoire spécifique et qui amorce un nouveau virage alors que les projets structurants annoncés aujourd'hui prennent graduellement le relais des mesures d'urgence des derniers mois. Des mesures qui continueront d'évoluer en fonction de la crise sanitaire et des mesures hivernales notamment. »

 

Samuel Watts, président-directeur général de Mission Bon Accueil et Matthew Pearce, président et chef de la direction sortant de la Mission Old Brewery

« L'initiative de Mission Bon Accueil et de la Mission Old Brewery à l'ancien hôpital Royal Victoria démontre notre engagement commun à travailler de concert avec nos collègues qui desservent les personnes vulnérables, le réseau de la santé et la Ville pour offrir plusieurs pistes de solution. L'objectif : aider les personnes en situation d'itinérance à trouver un logement permanent et ainsi mettre fin à l'itinérance chronique à Montréal. »   

 

Heather Johnston, directrice générale de Projets autochtones du Québec

« La pandémie de la COVID-19 a été difficile pour tout le monde, mais pour ceux et celles qui n'ont pas de maison où ils peuvent s'isoler, ou de cuisine où ils peuvent préparer un repas, ces derniers mois ont été extrêmement difficiles, et souvent accablants. L'ouverture de ce refuge d'urgence temporaire à haut seuil d'accessibilité avec 48 places au Complexe Guy-Favreau nous permet de respecter les mesures de la santé publique et de continuer d'offrir à la communauté autochtone itinérante de Montréal un espace unique, adapté aux réalités culturelles des femmes et hommes autochtones. »

 

Michel Monette, directeur général de Care Montréal et Isabelle Piché, directrice générale du CAP St-Barnabé

« Le refuge CAP-Care est le fruit d'un partenariat entre nos organismes, mais, d'abord et avant tout, il est le résultat d'une mobilisation impressionnante entre la Ville de Montréal, l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, le réseau de la santé et les partenaires du milieu communautaire. Un projet de quartier qui sera dédié, dès le 31 août, à l'accueil sécuritaire de 65 femmes et hommes qui pourront ainsi dormir, manger et obtenir un accompagnement adapté à leurs besoins. »