COVID-19
État de la situation. S'informer

Saint-Laurent demande au gouvernement fédéral d'interdire les armes d'assaut et de poing au Canada

4 mars 2020

Lors de la séance du Conseil d'arrondissement du 3 mars 2020,
Saint-Laurent a adopté une résolution demandant au gouvernement fédéral d'interdire les armes d'assaut et les armes de poing au Canada. La résolution souligne également l'importance de maintenir cette compétence au niveau fédéral puisque les villes n'ont pas le pouvoir de contrôler les personnes qui entrent ou sortent de leur territoire avec des armes.

 

Citation

« Malgré une baisse dans les crimes contre les personnes sur le territoire de Saint-Laurent en 2019, les deux incidents impliquant des armes à feu près du métro Côte-Vertu depuis le début de l'année 2020 prouvent que nous devons aller encore plus loin. Notre premier devoir est de tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité de nos citoyens et travailleurs sur notre territoire. Nous collaborons déjà avec le SPVM qui fait déjà un travail remarquable. Mais avec l'interdiction fédérale des armes d'assaut et de poings ainsi qu'un programme de rachat volontaire d'armes à feu, nous pourrions réduire encore plus significativement le nombre d'armes en circulation tout en diminuant le risque de vol, d'accident ou de suicide ».

Alan DeSousa, maire de Saint-Laurent

 

Faits saillants

Dans la résolution, Saint-Laurent demande également à la Ville de Montréal et à la Communauté métropolitaine de Montréal de mette en place un programme de rachat volontaire d'armes à feu sur leur territoire. Un tel programme mis en place par la ville de Toronto en 2019 a par exemple permis de récupérer 3100 armes pour un coût de 750 000$.

Parallèlement, Saint-Laurent demande que le SPVM collige et diffuse des données plus précises sur le nombre de meurtres, de crimes, de suicides et d'accidents dus aux armes à feu ainsi que leur statut (légal ou illégal), en plus du nombre d'armes volées.

En effet, selon Statistique Canada, le nombre d'homicides par armes à feu a augmenté pour la quatrième année consécutive (de 2013 à 2017), soit de 103 % en quatre ans. Le taux actuel représente ainsi le taux « le plus élevé observé au Canada depuis 1992 ». Le nombre d'armes de poing au Canada a plus que doublé depuis 2012 (passant de 465 000 à 935 000) et ces armes sont à l'origine d'environ 24 % de tous les homicides au pays.

La Ville de Montréal avait adopté en 2018 à l'unanimité une motion demandant au gouvernement fédéral de bannir les armes d'assaut et les armes de poing. Avec cette résolution, Saint-Laurent réclame en outre la cessation immédiate de l'importation et de la fabrication des armes de poing au Canada

 

Lien connexe

Statistiques Canada