Venez essayer le nouveau site de la Ville de Montréal

Je l'essaie

Corridor de biodiversité de Saint-Laurent: reconnecter l'humain à la nature!

22 mai 2019

À l'occasion de la Journée internationale de la diversité biologique, Saint-Laurent a dévoilé les grandes lignes de son corridor de biodiversité lors d'une conférence de presse organisée le mercredi 22 mai 2019 devant les Ateliers municipaux de l'arrondissement. Situé au cœur de ce projet ambitieux, ce lieu accueillera les premiers travaux dès cette année. Le corridor couvrira à terme environ 450 hectares, passant par des secteurs industriels, commerciaux et résidentiels. La vision novatrice qui l'anime a été développée dans un plan directeur d'aménagement, élaboré par l'équipe lauréate en 2018 du concours national d'architecture de paysage pluridisciplinaire, composée des firmes Biodiversité Conseil, civiliti, LAND Italia et Table Architecture. Ce plan a été réalisé en collaboration avec la Division de l'environnement et de la protection du territoire de l'arrondissement.

Citations

« Ce projet de long terme, qui engage Saint-Laurent sur plus de 20 ans, est unique en son genre et totalement révolutionnaire! Le défi est de taille puisque notre territoire comprend la plus grande zone industrielle du Québec et est constitué à 82 % d'éléments bâtis ou minéralisés propices aux îlots de chaleur. Plus généralement, les phénomènes de changements climatiques nous commandent d'agir rapidement avec des solutions innovantes. Le corridor de Saint-Laurent servira donc de laboratoire pour Montréal, le Québec, le Canada et – osons-le dire – le monde entier! En effet, c'est le premier projet du genre en milieu urbain à allier architecture de paysage, architecture urbaine, environnement, écologie, culture, art et social. Un véritable concentré de développement durable pour notre arrondissement qui s'est justement déclaré territoire municipal durable en janvier 2019. Ce corridor permettra de passer d'un paysage grandement modifié par l'humain, perdant sa biodiversité, sa résilience et chassant même la vie, à une nature urbaine abondante, diversifiée, connectée et reliée à l'humain. »  

Alan DeSousa, maire de Saint-Laurent

« Avec notre équipe pluridisciplinaire, nous proposons dans ce plan directeur une série d'aménagements ramenant la vie dans tous ses états. Par exemple, à l'extrémité nord du corridor, au bout du boulevard Thimens, nous suggérons l'aménagement d'un passage supérieur multiusage au-dessus du chemin de fer. Nous imaginons également un passage faunique souterrain entre les boisés du parc Marcel-Laurin et de Cavendish — Raymond-Lasnier — Beaulac — Poirier. La colonne vertébrale du corridor de biodiversité consistera à végétaliser des terre-pleins en friche sous les lignes aériennes de transport d'électricité le long des boulevards Cavendish, Poirier et Thimens. Tous les aménagements envisagés constitueront surtout autant de nouveaux habitats favorables à l'accueil d'espèces végétales diversifiées, d'oiseaux et d'insectes pollinisateurs. »

Fannie Duguay-Lefebvre, porte-parole des firmes Biodiversité Conseil, civiliti, LAND Italia et Table Architecture

Faits saillants

Ce premier corridor de biodiversité en milieu urbain au Québec reliera les noyaux de biodiversité déjà existants à Saint-Laurent tels que le boisé du parc Marcel-Laurin, le boisé Cavendish — Raymond-Lasnier —Beaulac — Poirier, les parcs‐nature du Bois‐de‐Liesse et du Bois-de-Saraguay ou encore le ruisseau Brook. Tous recèlent un fort potentiel écologique mais sont actuellement inscrits dans un territoire très fragmenté. Le corridor doit restaurer leur connectivité à l'aide d'aménagements ramenant la vie dans tous ses états.

La colonne vertébrale de ces aménagements consistera en la végétalisation des terre-pleins en friche sous les lignes aériennes de transport d'électricité le long des boulevards Cavendish, Poirier et Thimens. Le projet prévoit des prés fleuris aux couleurs et textures qui varient selon les saisons, des lisières boisées, de nouveaux sentiers piétons et des parcours cyclistes améliorés ainsi que des aires de repos ou d'activités pour les travailleurs et les résidents de Saint-Laurent. Des ondulations de sol introduiront également du relief, servant notamment à briser l'horizontalité et l'homogénéité du paysage actuel et à lui conférer une nouvelle identité. Ces ondulations amèneront aussi la tridimensionnalité tout comme les tours d'observation proposées visent à offrir des points de vue diversifiés sur le territoire environnant.

Ces aménagements constitueront surtout autant de nouveaux habitats favorables à l'accueil d'espèces végétales diversifiées, d'oiseaux et d'insectes pollinisateurs. Cette colonne vertébrale sera réalisée en collaboration avec Hydro-Québec, qui a récemment annoncé son intention de moderniser son réseau électrique entre LaSalle et Saint-Laurent.

Une meilleure connectivité est également nécessaire afin de favoriser le déplacement de la flore, de la faune et des humains.

À l'extrémité nord du corridor, au bout du boulevard Thimens, il est ainsi proposé l'aménagement d'un passage supérieur multiusage au-dessus du chemin de fer. Il constituera un véritable pont vert pour la connectivité humaine et faunique, reliant le corridor aux parcs-nature du Bois-de-Liesse et du Bois-de-Saraguay, ainsi qu'à la rivière des Prairies. Les spécialistes imaginent aussi un passage faunique souterrain entre les boisés du parc Marcel-Laurin et de Cavendish — Raymond-Lasnier — Beaulac — Poirier.

Le projet invite parallèlement à exploiter les toits, notamment dans les secteurs industriels. Ces toits représentent effectivement des superficies considérables à utiliser pour soutenir la diversité faunique et floristique, favoriser la végétalisation et sa propagation horizontale. Ils rejoignent aussi une volonté d'impliquer à terme autant le domaine public que privé.

Enfin, une meilleure gestion des eaux pluviales est envisagée pour irriguer l'ensemble du territoire du corridor de manière équilibrée. Cette gestion se concrétisera par des jardins de pluie ou bassins de rétention qui permettront une meilleure absorption et filtration des eaux. Cela contribuera aussi à réduire le renvoi d'eau de surface à l'égoût et à lutter contre les îlots de chaleur laurentiens, considérés comme les plus importants sur l'île de Montréal.

Plan directeur d'aménagement du corridor de biodiversité

Ce document de 180 pages, réparties en 12 chapitres et annexes, a nécessité près d'un an de travail de la part des firmes Biodiversité Conseil, civiliti, LAND Italia et Table Architecture, à l'issue du concours national d'architecture de paysage pluridisciplinaire. Après une caractérisation du territoire de Saint-Laurent, le plan propose notamment une vision, des lignes directrices, un échéancier, une cartographie et, surtout, des aménagements pour le corridor. Il constitue à ce titre un véritable guide de décisions pour les interventions à venir.

La première phase débutera dès cette année avec des travaux autour des Ateliers municipaux de l'arrondissement, au croisement des boulevards Cavendish et Poirier. Un financement de 485 000 $ a été prévu pour cette première étape, incluant l'entente sur le verdissement avec Hydro-Québec d'un montant de 152 000 $. Au total, l'arrondissement a prévu pour le corridor une somme de 1 800 000 $ pour la période 2019-2021 dans son Programme triennal d'immobilisations. Il compte également s'appuyer sur de nombreux partenaires pour réaliser les objectifs de ce plan.

Avec cette boussole, Saint-Laurent se met au service de la faune, de la flore et d'un meilleur cadre de vie pour ses citoyens et ses travailleurs. Ce corridor forme une véritable infrastructure verte, bleue et sociale qui permettra aux Laurentiens de se déplacer, de se divertir et de cohabiter avec la nature, dans un contexte urbain pourtant très asphalté au départ. En un mot, dans un contexte d'accélération de la disparition de nombreuses espèces en liaison avec les changements climatiques, ce corridor assure une résistance durable et cohérente.

Lien connexe

Plan d'aménagement du corridor de biodiversité de Saint-Laurent