Venez essayer le nouveau site de la Ville de Montréal

Je l'essaie

Stratégie de lutte contre l'agrile du frêne: La Ville de Montréal fait abattre plus de 6 300 arbres morts ou dépérissants dans le parc-nature du Bois-de-Saraguay

6 décembre 2018

Montréal, le 6 décembre 2018 - Des travaux d'abattage de plus de 6 300 frênes seront réalisés dans le parc-nature du Bois-de-Saraguay, de janvier à mars 2019. Ces travaux, au coût de plus de 1,3 M$, s'inscrivent dans le cadre de la stratégie de lutte contre l'agrile du frêne. Outre l'abattage des frênes dépérissants ou morts, l'entreprise Serviforêt, qui a obtenu le contrat, enlèvera également quelque 150 arbres jugés dangereux pour les visiteurs. 

D'une superficie de 93 hectares, le parc-nature du Bois-de-Saraguay est délimité en partie par la rivière des Prairies, le boulevard Gouin Ouest, l'avenue Joseph-Saucier, l'avenue Jean-Bourdon et une voie ferrée. Situé dans l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville, ce boisé est devenu un parc-nature ouvert au public en 2016. Aujourd'hui, trois sentiers totalisant 1,8 km parcourent le secteur Est de la forêt. Désigné site patrimonial par le ministère de la Culture et des Communications, le Bois-de-Saraguay demeure l'un des derniers sites de la végétation caractéristique de la région métropolitaine. 

Les arbres coupés à l'hiver 2019 sont répartis sur la superficie accessible du parc-nature. Ils seront transformés et valorisés selon les normes en vigueur. La forêt de ce parc-nature étant bien régénérée naturellement, la restauration nécessitera peu de plantation. Le parc-nature sera fermé au public pendant les travaux. 

« Les travaux d'abattage se feront dans un esprit de conservation du patrimoine et du développement durable. Ainsi, tout sera mis en œuvre pour préserver le riche écosystème du parc-nature du Bois-de-Saraguay. Les travaux de coupe seront ainsi planifiés et exécutés en tenant compte des périodes de nidification des diverses espèces d'oiseaux qui l'habitent », explique Luc Ferrandez, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, responsable des grands parcs et des espaces verts. 

Rappelons que l'agrile du frêne est un insecte ravageur originaire de l'Asie qui infeste les frênes montréalais depuis 2011. Aujourd'hui, l'agrile du frêne fait des ravages sur tout le territoire montréalais. La Ville protège par des traitements plus de 52 000 frênes en rues et parterres aménagés. En 2018, Montréal a fait abattre 4 000 frênes sur le mont Royal et 1 800 autres dans le réseau des grands parcs et des parc-natures. La Ville de Montréal offre deux programmes de soutien financier aux propriétaires montréalais soit pour le traitement des frênes sains, soit pour le remplacement des frênes morts ou dépérissants sur leur terrain.

 -30-