Venez essayer le nouveau site de la Ville de Montréal

Je l'essaie

La Ville de Montréal engagée dans l'amélioration de la sécurité des usagers les plus vulnérables de la route

14 février 2018

Montréal, le 14 février 2018 - Dans le cadre des consultations pour la révision du code de la sécurité routière (CSR), la Ville de Montréal a déposé mardi son mémoire visant à rappeler les spécificités de Montréal et sa vision de la sécurité des usagers de la voie publique. Montréal y suggère des bonifications au projet de loi 165 afin de clarifier certains enjeux et assurer une meilleure mise en œuvre sur son territoire. Le projet de loi propose des améliorations notables, mais doit aller plus loin pour tenir compte de la réalité montréalaise.

« La mobilité sous toutes ses formes et la sécurité sur nos routes sont au cœur de nos priorités. À titre de métropole du Québec, Montréal dispose des atouts spécifiques qui lui permettent de s'acquitter de responsabilités plus grandes en matière de sécurité routière sur son territoire. Il importe pour Montréal d'être reconnue clairement comme un partenaire en matière de sécurité routière et cela doit se traduire par la consultation de la Ville avant la mise en place de politiques et de mesures s'appliquant sur notre territoire »,  a déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

« Les efforts déployés par Montréal ont permis une amélioration substantielle du bilan de la sécurité routière, mais nous devons faire davantage. L'adoption de ce projet de loi, qui modernisera enfin plusieurs aspects de la sécurité de tous nos citoyens et de toutes nos citoyennes, est un pas dans la bonne direction, et nous le saluons. Cependant, nous réitérons l'importance que le gouvernement du Québec prenne un engagement politique fort en adoptant officiellement, comme nous l'avons fait, la Vision Zéro, et qu'il élabore rapidement un plan d'action à cet effet en collaboration avec l'ensemble des acteurs concernés », a affirmé le responsable du transport au comité exécutif de la Ville de Montréal, Éric Alan Caldwell.

« Une part sans cesse croissante des Montréalais et Montréalaises se déplacent à vélo ou à pied. Nous sommes donc heureux de voir dans les dispositions du projet de loi plusieurs mesures favorisant le transport actif. Ces dispositions devront cependant être accompagnées d'une responsabilisation et d'une sensibilisation accrue des usagers de la route afin que les plus vulnérables puissent se déplacer en toute sécurité. Plusieurs bonifications sont encore nécessaires pour assurer une modernisation répondant aux préoccupations et aspirations de la population montréalaise », a ajouté la conseillère associée au développement durable et aux transports actifs au comité exécutif, Marianne Giguère.

Un projet de loi nécessaire, mais qui doit être bonifié

Alors que nous assistons à des changements importants de paradigmes en matière de mobilité durable, le projet de loi 165 est nécessaire pour assurer l'amélioration de la sécurité routière et pour moderniser les façons de faire. La Ville de Montréal salue plusieurs des propositions du projet de loi, mais considère que des bonifications sont encore nécessaires, dont plusieurs ont été demandées lors de la consultation de la SAAQ. Parmi les principales, notons :

1. L'obligation de protections latérales sur les véhicules lourds

Montréal demande au gouvernement du Québec de rendre obligatoire l'installation de protections latérales sur les véhicules lourds afin de réduire la gravité des blessures en cas de collision impliquant un usager vulnérable. À cet effet, notons que la Ville de Montréal a équipé tous ses camions de barres latérales et que la Commission municipale permanente sur les transports et les travaux publics a étudié la manière dont les véhicules lourds (camions et autobus) et les usagers vulnérables cohabitent dans le réseau routier municipal. Un rapport et des recommandations ont ainsi été publiés.

2. Autoriser l'utilisation des feux piétons par les cyclistes

Cette mesure favoriserait la sécurité des déplacements cyclistes en permettant une traversée protégée sans conflit avec les véhicules motorisés. Elle légalisera aussi un comportement largement répandu. Afin de préserver le sentiment de sécurité des piétons, des encadrements réglementaires devront être mis en place. La Ville demande au gouvernement d'autoriser cette mesure et offre sa collaboration pour définir les encadrements réglementaires requis à cet effet.

3. Encadrements réglementaires en prévision de la légalisation de certaines drogues par le gouvernement fédéral

Les conséquences des collisions impliquant des conducteurs avec des facultés affaiblies sont souvent majeures. La Ville réitère sa position et accueille avec une grande ouverture la volonté du gouvernement d'imposer des balises strictes en matière de conduite avec les facultés affaiblies par le cannabis. Toutefois, la Ville de Montréal souhaite que l'application du principe de tolérance zéro soit précisée pour les policiers, d'ici à ce que des tests fiables pour la détection du cannabis soient homologués par Santé Canada.

4. Encadrement des distractions

La distraction est souvent à l'origine des collisions routières, car elle dévie totalement ou en partie l'attention des usagers de leur tâche principale de déplacement. À cet effet, la Ville de Montréal demande au gouvernement de modifier le CSR pour y inclure un encadrement pour les volets suivants : l'affichage publicitaire dynamique le long des routes et les actions distrayantes au volant.

 

– 30 –