Venez essayer le nouveau site de la Ville de Montréal

Je l'essaie

Contrôle et bien-être des animaux domestiques - La Ville de Montréal crée un centre de services animaliers intégrant les meilleures pratiques

18 octobre 2012

Montréal, le 18 octobre 2012 - Le vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable des services aux citoyens, M. Richard Deschamps, donne suite à l'annonce de décembre 2011 de mettre en place une vision intégrée de la gestion animalière où les services de contrôle animalier et le volet humanitaire seront assurés. Il annonce la création d'un centre de services animaliers municipal afin de mieux répondre aux besoins montréalais en matière de gestion animalière. La Ville souhaite par ailleurs conclure une entente avec un partenaire de choix qui prendra en charge le volet humanitaire des services offerts à la population. Un nouveau règlement harmonisé sera également proposé aux arrondissements pour adoption.

« La Ville de Montréal franchit une étape importante dans l'amélioration et la réorganisation de la gestion animalière sur son territoire. La création d'un centre de services animaliers et le développement d'un partenariat avec un organisme humanitaire permettront une meilleure intégration des activités de contrôle animalier, des soins vétérinaires et des soins de bien-être animal. Notre Administration est confiante que cette solution durable réponde aux préoccupations exprimées par la population et contribue à enrayer la surpopulation animale observée dans la métropole », a affirmé M. Deschamps.

Aux prises avec une offre de services insuffisante et inadéquate, véritable problématique régionale, la Ville a entamé un important virage en matière de gestion animalière. Un comité d'experts accompagne Montréal dans sa réorganisation. Un travail rigoureux a été effectué afin d'évaluer divers scénarios opérationnels, techniques et financiers, et une première campagne de sensibilisation a été déployée sur tout le territoire montréalais.

Pour enrayer la surpopulation et assurer le bien-être des animaux
Le coût de ce centre de services animaliers est évalué à 23 M $ et son ouverture est prévue en 2014. L'administration municipale est consciente qu'il s'agit d'un effort financier important, mais la construction d'un tel centre à Montréal est devenue nécessaire. Plusieurs grandes villes canadiennes aux prises avec des problématiques semblables ont également tranché en faveur d'un centre de services animaliers municipal. La gestion de ce centre pourrait être confiée à un organisme à but non lucratif qui veillera notamment à capturer et abriter les animaux errants, rechercher les propriétaires, prodiguer les soins vétérinaires, recenser la population de chiens et de chats, réaliser des activités de sensibilisation, et prendre part à l'application de la réglementation harmonisée.

Pour sa part, l'organisme retenu pour l'indispensable volet humanitaire aura pour mandat d'accueillir les animaux abandonnés par leur propriétaire et de leur chercher un nouveau foyer.


Un règlement harmonisé pour plus de cohérence
Le projet de règlement dévoilé aujourd'hui est le fruit d'un travail rigoureux effectué par la Ville de Montréal, en collaboration avec les arrondissements et le comité d'experts. Le règlement harmonisé regroupe, dans un ensemble plus cohérent, plusieurs bonnes pratiques dont certaines sont déjà en place. Il vient clarifier plusieurs définitions qui faciliteront son application. Finalement, il vise à remplacer toute règlementation en vigueur dans les arrondissements afin de doter Montréal d'un règlement uniforme.

Ce projet de règlement prévoit notamment :

• Que les propriétaires de chiens et de chats devront obligatoirement détenir un permis;
• Qu'un total de quatre animaux, dont un maximum de deux chiens pourra se retrouver chez un propriétaire;
• Qu'un chien devra toujours être en laisse, sauf lorsqu'il est chez son propriétaire ou dans un parc canin;
• Le respect de bonnes pratiques par les propriétaires d'animaux, pour ne pas nuire à la qualité de vie de leur voisin;
• Un contrôle à l'égard des chiens dangereux; à cet effet, le propriétaire d'un animal déclaré dangereux qui réfute l'opinion de la Ville à la suite de cette décision bénéficiera d'un délai de 72 heures pour signifier son intention de faire examiner son animal par un expert de son choix.

« La réorganisation de la gestion animalière à Montréal est un projet d'envergure. L'administration municipale a pu compter sur la contribution d'un comité d'experts, composé notamment de vétérinaires chevronnés, afin de définir un mode de gestion performant, ainsi qu'un projet de règlement harmonisé juste et équitable. C'est sans relâche que, de concert avec les arrondissements et le comité d'experts, nous travaillerons à intégrer les meilleures pratiques de gestion animalière », a conclu M. Deschamps.

Les propriétaires ou futurs propriétaires d'animaux peuvent consulter le site web suivant, où se trouve une foule d'informations pratiques : www.ville.montreal.qc.ca/animaux.

- 30 -