COVID-19
Montréal est au palier alerte maximale. Couvre-feu en vigueur de 20 h à 5 h. S'informer

Interdiction de nourrir les pigeons, les mouettes et les goélands dans l'arrondissement d'Anjou

18 juillet 2011

Montréal, le 18 juillet 2011 - Savez-vous qu'il est interdit à toute personne de nourrir les pigeons (Pigeon biset), les mouettes et les goélands sur le territoire angevin?

Il faut voir que les pigeons (Pigeon biset), les mouettes et les goélands représentent un risque pour la santé publique puisqu'ils sont porteurs de plusieurs parasites internes et externes tels que poux, puces, tiques et mites. Il faut voir aussi qu'ils peuvent transmettre certaines maladies comme la salmonellose, l'ornithose et le psittacosis.

D'autre part, ces oiseaux nuisent à l'environnement en souillant, par leurs excréments, les immeubles, les automobiles, les trottoirs, les balcons, etc. Puis ils peuvent troubler le sommeil et le repos des gens par leurs roucoulements et leurs cris bruyants et incessants.

En un mot, le Pigeon biset, les mouettes et les goélands constituent une nuisance, ce qui a justifié, en mars 1995, l'adoption du règlement no 1552 interdisant aux citoyennes et aux citoyens de les nourrir.

D'un point de vue comportemental

Il a été clairement établi que toute municipalité compte autant de pigeons que sa population veut bien en nourrir.

Très attaché à l'environnement humain, le Pigeon biset construit son nid sur des structures tels les édifices, les ponts et les viaducs. Il peut se reproduire à longueur d'année. Il s'alimente surtout de graines mais ne dédaigne pas le pain, le maïs soufflé et les frites en milieu urbain.

Une fois son territoire délimité, le Pigeon biset y reste aussi longtemps qu'il a à sa portée nourriture ou abri. En plus de ne pas le nourrir, veillez donc à ce que vos balcons, porches et cours soient exempts de tout objet qui pourrait servir à la construction de nids. Les propriétaires d'immeubles doivent fermer ou grillager les ouvertures susceptibles de permettre aux pigeons d'entrer et de nidifier. Ils s'assureront aussi que l'eau ne s'accumule pas sur les toits.

Les amendes

Quiconque contrevient au règlement no 1552 commet une infraction et est passible :

  • pour une première infraction, d'une amende minimale de 100 $ et d'au plus 1000 $;
  • en cas de récidive, à l'intérieur d'une période de 12 mois, d'une amende minimale de 200 $ et d'au plus 2000 $.

L'arrondissement d'Anjou remercie ses citoyennes et ses citoyens d'accorder à la qualité du milieu de vie toute l'importance qu'il se doit.

-30-