Vous ne disposez pas d’une version de Flash suffisamment récente pour visualiser cette vidéo. Vous pouvez télécharger la dernière version de Flash ici. Il est également possible que JavaScript ne soit pas activé.

Accueil > Artisans > Comédiens > Yvan Ponton
219, 344, 348

Yvan Ponton (né en 1945)

Yvan Ponton et Robert Toupin sur la scène de La Roulotte
Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Centre d'archives de Montréal. Fonds Paul Buissonneau.
(MSS465)

Est-ce qu’Yvan Ponton est un sportif qui a choisi l’art dramatique ou un acteur qui joue avec la rigueur d’un athlète? Depuis plus de trente ans, il conjugue les deux mondes avec une rare élégance.

C’est tout jeune que Ponton rêve de devenir acteur en regardant les cow-boys évoluer dans les westerns télévisés. Il se passionne déjà pour le sport et, adolescent, il devient assez habile au tennis pour jouer au niveau junior. Après une formation au Conservatoire d’art dramatique, il peine toutefois à percer le milieu. Certes, on le voit sur les planches de quelques théâtres, dont celui de la Roulotte en 1969 et 1970, mais c’est surtout derrière la scène qu’il fait ses premières armes. Il évolue principalement en coulisses en tant qu’assistant metteur en scène au théâtre fondé par Jean Duceppe. À l’époque, ce dernier, qui est son mentor, lui dit qu’il ne travaillera sans doute pas en tant qu’acteur avant d’atteindre la quarantaine. Duceppe voit juste puisque Ponton décroche ses premiers rôles d’importance une fois ses 30 ans passés. L’une de ses premières prestations à cet égard survient au cinéma dans le film culte Slap shot (George Roy Hill, 1977).

Depuis, Ponton est très présent à la télévision tant francophone qu’anglophone. On lui doit notamment deux personnages inoubliables du milieu du hockey, Jacques Mercier dans les cinq générations de « Lance et Compte » (de 1987 à 2006), et Jean Charles dans les films et la série « Les Boys ».

En plus d’avoir enseigné plusieurs années à l’école secondaire Jean-Jacques Bertrand, Ponton incarne aussi le redouté arbitre de la Ligue Nationale d’Improvisation depuis la toute première joute à l’automne 1977 (de 1977 à 1989 et de 1998 à 2002). Par sa rigueur et ses exigences, souvent teintées d’un humour pince-sans-rire, il pousse les joueurs à se dépasser et à exceller. Parallèlement à ces activités, il a animé le jeu télévisé « Ultimatum » au réseau TVA et il est animateur à RDS depuis 1993, notamment pour les grands tournois de tennis.

1969 : Le Générique / Lavo-Matic (Arlequin, blanchisseur) / Il faut sauver la lune
1970 : Enzime Boum Boum / Astérix et ses romains

Sources