Vous ne disposez pas d’une version de Flash suffisamment récente pour visualiser cette vidéo. Vous pouvez télécharger la dernière version de Flash ici. Il est également possible que JavaScript ne soit pas activé.

Accueil > Artisans > Comédiens > Gabriel Arcand
214, 327

Gabriel Arcand (né en 1949)

Équipe de La Roulotte
Nous y remarquons, entre autres, Gabriel Arcand à gauche et Julien Poulin au centre.Archives de la Ville de Montréal
(VM94,U544)

Gabriel Arcand a 3 ans lorsque sa famille quitte le village de Deschambault, près de Québec, pour s’installer dans la métropole. Comme plusieurs Montréalais, il fréquente le Collège Sainte-Marie des Jésuites où il s’initie au théâtre. Il n’a pas encore terminé ses études qu’il obtient son premier engagement dans une troupe; c’est en 1967, il a 18 ans et vient de joindre la Roulotte. L’année suivante, il participe à la création d’une pièce (Giratoire) présentée au Festival national d’art dramatique du Canada qui lui vaut une bourse d’études théâtrales. Mais davantage intéressé par le cinéma – il commence à jouer à cette époque dans les films de son frère Denys Arcand – il tarde à l’utiliser et décide plutôt de faire une maîtrise en philosophie à l’Université McGill. Ce n’est qu’après cette formation qu’il emploie sa bourse pour perfectionner ses techniques de jeu. Fasciné par Jerzy Grotowski et la discipline du corps dans le travail de l’acteur, il suit un stage à Marseille au Centre national dramatique du Sud-Est, dans une compagnie s’inspirant du travail du célèbre metteur en scène polonais. Un second stage en Pologne auprès de Théo Spychalsky lui permet d’explorer plus avant cette dimension du travail de comédien.

De retour à Montréal en 1973, il fonde avec trois autres comédiens, dont Marie Eykel qu’il a connue à la Roulotte, le Groupe de la Veillée. Dans ce théâtre collectif expérimental, aujourd’hui L’Espace Go, ils adaptent Dostoïevski, Kafka, Balzac et Ionesco. Arcand y joue, mais il y fait aussi ses premières mises en scène, tout en continuant de se produire sur les planches de quelques théâtres, dont le TNM où il a incarné un Tartuffe inoubliable.

Au cinéma, il a joué dans la majorité des films de son frère, gagnant notamment des Prix Génie pour ses rôles dans « Le crime d’Ovide Plouffe » (1984) et « Le Déclin de l’Empire américain » (1987). Il a aussi collaboré avec la crème des réalisateurs québécois, Gilles Carle, Francis Mankiewicz, Louis Bélanger et Manon Briand. Mais au théâtre comme au cinéma, Gabriel Arcand, toujours en exploration d’une intériorité contemplative dans son travail d’acteur, est encore aujourd’hui un artiste d’une incomparable maîtrise.

1967 : Le roi Dagobert / Barbe bleue / La bébitte à patate / La bataille de la Reichtauffen
1968 : Pierre et le loup / Cadet Rouselle / Le mariage de Pantalon

Sources