Vous ne disposez pas d’une version de Flash suffisamment récente pour visualiser cette vidéo. Vous pouvez télécharger la dernière version de Flash ici. Il est également possible que JavaScript ne soit pas activé.

Accueil > Artisans > Comédiens > Marie Eykel
205, 207, 213, 217, 218, 336

Marie Eykel (née en 1948)

Comédiens rassemblés sur la scène de La Roulotte
On y voit, entre autres, Marie Eykel (à l'avant), Julien Poulin, Angèle Coutu, Ghislaine Paradis, Hubert Gagnon, Roland Lanoix et Jean-Luc Bastien. Archives de la Ville de Montréal
(VM94,S54)

Née le 2 avril 1948, Marie Eykel fait ses débuts sur les planches après son baccalauréat en littérature française et en théâtre. Son implication dans la troupe de la Roulotte, dès 1967, lui procure ses premières expériences théâtrales. Elle y rencontre Julien Poulin, à côté de qui elle participe à ses premiers films. Elle assure notamment la narration dans certains courts et longs métrages du duo Pierre Falardeau-Julien Poulin, dont « Pea Soup » (1978) et « Speak White » (1980).

En 1974, elle fonde avec Gabriel Arcand et quelques comédiens Le Groupe de la veillée, un théâtre expérimental auquel se joint plus tard Julien Poulin. En 1977, Marie Eykel incarne pour la première fois « Passe-Partout », le célèbre personnage pour enfants auquel tous et chacun l’associent encore aujourd’hui. Après plus de 20 ans d’antenne, Passe-Partout connaît une popularité telle que Marie Eykel ne parvient pas, encore aujourd’hui, à s’en dissocier. Pour cette raison, elle ne joue que très peu à la télévision. Tentant de se défaire une fois pour toute de cette image candide, elle participe au film « La Comtesse de Bâton Rouge » d’André Forcier en 1998. C’est peine perdue. Le succès monstre récolté lors de la sortie des coffrets DVD de Passe-Partout à partir de 2006 témoigne bien de la ténacité du véritable culte autour de ce personnage.

Sans doute pour cette raison, Eykel touche un peu à tout au cours de sa carrière. En plus des quelques rôles qu’elle tient au théâtre et à la télévision, son plus récent date de 2002 dans le téléroman « Les poupées ruses », elle fait aussi de nombreuses narrations pour enfants, dont celles de contes publiés sous forme de disque chez Stanké entre 1995 et 2005. Elle agit parfois comme conseillère artistique et, depuis l’obtention d’une maîtrise à l’Université Concordia en thérapie par les arts, elle œuvre, par des ateliers et des conférences, auprès des gens démunis. Elle s’implique notamment dans la prévention du suicide chez les jeunes.

1966 : La belle au bois dormant / Les marionnettes
1967 : Le roi Dagobert / Barbe bleue / La bébitte à patate / La bataille de la Reichtauffen
1968 : Pierre et le loup / Cadet Rouselle / Le mariage de Pantalon

Sources