Vous ne disposez pas d’une version de Flash suffisamment récente pour visualiser cette vidéo. Vous pouvez télécharger la dernière version de Flash ici. Il est également possible que JavaScript ne soit pas activé.

Accueil > Artisans > Comédiens > Angèle Coutu
201, 204, 205, 207, 209

Angèle Coutu (née en 1946)

Angèle Coutu se maquillant pour un spectacle de La Roulotte
Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Centre d'archives de Montréal. Fonds Paul Buissonneau.
(MSS465)

Dans le sillage de son père comédien Jean Coutu, l’actrice d’origine montréalaise Angèle Coutu a su tailler sa propre place dans le monde du théâtre, de la télévision et du cinéma québécois. Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Montréal, elle commence sa carrière au théâtre dans les années 1960. C’est à partir de l’été 1966 qu’on la retrouve, notamment avec Jean Asselin, Marie Eykel et Julien Poulin, sur les planches de la Roulotte dans les parcs de la métropole. Comme bien d’autres avant elle, elle y parfait son art avant de se lancer une première fois au cinéma en 1971. Elle se fait connaître dès 1978 aux côtés du comédien de talent Jean Besré, dans l’un des téléromans les plus connus de l’histoire de la télévision québécoise, « Jamais deux sans toi ». L’émission, diffusée jusqu’en 1980 connaît un tel succès qu’elle revient à l’antenne de Radio-Canada de 1988 à 1990. La prestation d’Angèle Coutu lui vaut trois Gémeaux.

Très populaire à la télévision, Coutu a aussi joué dans plusieurs séries dont « L'Or du temps » (1985-1993), « Urgence » (1996), « Marguerite Volant » (1996) et « Le Retour » (1996-2001). Moins présente au grand écran, elle a quand même participé à des films renommés dont « Dans le ventre du dragon » (Yves Simoneau, 1989) et « Le Party » (Pierre Falardeau, 1990). Tout récemment, sa prestation dans « Borderline » (Lyne Charlebois, 2008) a été encensée par la critique. Résidant dans le quartier populaire de Hochelaga-Maisonneuve, la dynamique comédienne est très impliquée socialement. Longtemps porte-parole des Œuvres du Cardinal-Léger, elle a participé à quelques voyages humanitaires.

1966 : La belle au bois dormant / Les marionnettes

Sources